Monde

Le Times et le Guardian lâchent Gordon Brown

Temps de lecture : 2 min

À moins d'une semaine des élections législatives du 6 mai, c'est un gros coup dûr pour le premier ministre travailliste Gordon Brown. Le Guardian, traditionnel soutien du Labour, et le Times, qui soutenait la gauche depuis 18 ans, ont lâché Gordon Brown dans des éditoriaux paru samedi 1er mai.

Le Guardian effectue une petite révolution politique en soutenant les libéraux-démocrates de Nick Clegg, le troisième parti britannique, normalement relégué loin derrière les deux autres. Mais la montée médiatique de Nick Clegg le rend crédible et le Guardian estime que son élection est le seul moyen d'aboutir à une nécessaire réforme électorale.

Dans un long éditorial, le journal estime que les travaillistes sont grillés par leur obstination à maintenir Gordon Brown en leader. «Etre invité à adhérer à cinq années supplémentaires de gouvernement travailliste, et avec Gordon Brown comme Premier ministre, peine à inspirer l'enthousiasme». L'an dernier, le Guardian avait appelé -sans succès- le Labour à changer de leader.

Pour enfoncer le clou, le Guardian publie une interview de Nick Clegg, qui annonce avec aplomb que les libéraux-démocrates ont «pris la place des travaillistes dans la vie politique britannique».

«M. Brown est le changement»

Le Times fait aussi volte-face mais appelle à voter pour les conservateurs de David Cameron parce que le journal estime nécessaire de réduire le déficit budgétaire, supérieur à 11% du PIB, ainsi que la taille du gouvernement.

Le Times veut avant tout du changement après 13 ans de gouvernement travailliste: «L’argumentaire de M. Brown pour cette élection est que les électeurs ne devraient pas risquer de mettre en danger la reprise économique en votant conservateur. Mais il ne comprend pas que la plus grande menace, c’est de continuer à faire la même chose. Oui, l’économie est en danger. Et M. Brown est le danger».

De son côté, l'hebdomadaire The Economist, qui avait soutenu le Labour lors des dernières élections, soutient cette année les conservateurs.

[Lire les éditos du Guardian, du Times et de The Economist]

À LIRE ÉGALEMENT SUR SLATE: Les Britanniques veulent du changement, par Jean-Marie Colombani

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Photo de une: Gordon Brown lors du World Forum de 2007, World Economic Forum via Flickr CC License by

Newsletters

Un an de présidence Biden: l'heure du bilan

Un an de présidence Biden: l'heure du bilan

Économie, social, international, sanitaire... Qu'a accompli le président américain 365 jours après son investiture?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

Trente ans après sa dissolution, l'URSS est-elle en train de se reconstituer en Asie centrale?

L'envoi de 3.000 soldats de l'OTSC pour soutenir le régime du président Tokaïev au Kazakhstan laisse deviner les objectifs stratégiques de Vladimir Poutine.

Qatar, Chine, Arabie saoudite: les événements sportifs de 2022 seront plus politiques que jamais

Qatar, Chine, Arabie saoudite: les événements sportifs de 2022 seront plus politiques que jamais

Jeux olympiques d'hiver en Chine, Coupe du monde de football au Qatar, Rallye Dakar en Arabie saoudite… La carte des méga-événements de l'année révèle l'émergence d’une nouvelle économie géopolitique du sport.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio