Politique

Comment Trump a forcé des milliers de supporters à faire des dons pour sa campagne

Temps de lecture : 3 min

Une arnaque digne des techniques marketing les plus agressives pour un total de 122 millions de dollars.

Des supporters de Trump à Palm Beach, Floride le 15 février 2021 | Joe Raedle/Getty Images/AFP 
Des supporters de Trump à Palm Beach, Floride le 15 février 2021 | Joe Raedle/Getty Images/AFP 

Le journaliste américain Shane Goldmacher a mené une très longue enquête qu’il livre dans un article d’une vingtaine de pages pour le New York times. Il révèle l’étendue de l’arnaque menée par le candidat Trump et son équipe de campagne chargée des levées de fonds dans le cadre des élections présidentielles américaines de 2020.

Le journaliste raconte l’histoire de Stacy Blatt, un supporter de Trump qui en septembre 2020 décide de faire un don en ligne ponctuel de 500 dollars (425 euros) pour la campagne de son candidat préféré. Cela représente une somme importante pour ce retraité luttant contre le cancer dont les revenus mensuels sont d'environ 1000 dollars. En seulement quelques semaines, les prélèvements se multiplient pour atteindre 3000 dollars et les comptes de l’homme sont gelés.

L'histoire de Stacy Blatt est loin d'être isolée, des milliers de supporters de Trump se sont retrouvés dans la même situation quand leur don qu'ils pensaient ponctuel sont devenus réguliers.

122 millions de dollars

En septembre 2020, alors que les finances de campagne du candidat Trump sont en mauvais état, son équipe met en place un système d’incitation aux dons digne des techniques de marketing les plus agressives interdites en Europe depuis la loi RGPD. Cette technique s'appelle le «opt-in passif»: une option est présentée à l’internaute dans une case qui est pré-cochée, s’il ne la décoche pas, il consent à ce qui est inscrit dans la case.

Des milliers de contributeurs sont tombés dans le panneau. Il faut dire qu'à mesure que l'échéance des élections se rapproche, les explications qui accompagnent les cases pré-cochées sont de moins en moins claires. Quand les donateurs se rendent compte de l'arnaque ils font opposition aux dons et croient pour la plupart à une fraude et demandent le remboursement, sans soupçonner le candidat.

Selon les chiffres du New-York Times, dans les deux derniers mois et demi de la campagne, le parti Républicain a dû procéder à 530.000 remboursements équivalant à 64,3 millions de dollars (54,7 millions d’euros). Pour la même période, l'équipe Biden a procédé à 37.000 remboursements pour un total de 5,6 millions de dollars (4,8 millions d’euros). Le candidat Biden doit la plupart de ses remboursements au dépassement du montant maximal forfaitaire individuel autorisé par la loi américaine.

En tout, 10% de l’argent levé par le candidat Trump a dû être remboursé –contre 2,2% pour Biden– soit 122 millions de dollars (104 millions d’euros) –contre 21 millions de dollars (18 millions d’euros) pour Biden. Pour le candidat Trump cette trésorerie est l’équivalent d’un prêt à taux zéro bienvenu dans un moment crucial de la campagne.

«Faites de cet apport un don mensuel»

Tout commence en mars 2020, avec l’apparition d’un premier rectangle jaune contenant une case pré-cochée et une indication claire sur le site de dons en ligne de Trump: «Faites de cet apport un don mensuel

Le New York Times présente ensuite cinq des versions utilisées de ce rectangle jaune, de plus en plus confuses. En juin est ajouté à la proposition de mensualisation un second rectangle contenant une case pré-cochée avec l’inscription: «Battons ensemble un record pour l’anniversaire du Président Trump» en gras, puis, en dessous, en caractères plus petits: «Cette donation supplémentaire sera prélevée le 14 juin.» Le 14 juin, le candidat bat ses records de donation.

À l’approche des élections, de nouveaux rectangles apparaissent en plus de la suggestion de mensualisation: «Président Trump: Je vais débattre contre Joe Biden le 29 septembre et j’ai besoin de savoir que vous me soutenez. Rejoignez l’attaque de cash éclair de Trump MAINTENANT.» En plus petit, une mention indique: «Donnez automatiquement 100 dollars de plus le 29 septembre

En septembre, la proposition de mensualisation se transforme en proposition de don hebdomadaire avec une indication plus floue: «Rejoignez le club des patriotes du président Trump».

Enfin la dernière version a pour vocation de perdre le donateur comme le montre cette image:

Dix lignes en gras pour perdre le donateur avant de lui indiquer qu'il a pré-cochée l'option «Faire de ce don une donation hebdomadaire» et «Donnez automatiquement 100 dollars supplémentaires le 10 septembre» | Capture d’écran du New York Times

Par ailleurs, entre octobre et novembre les supporters reçoivent jusqu'à quinze mails par jour pour les inciter à faire des dons.

Ce n'est pas fini. Lors de l’élection sénatoriale de novembre, les mêmes techniques ont été utilisées par certains candidats Républicains. Et à la suite de la première prise de parole post-présidentielle à la fin du mois de février, l’équipe de Trump a envoyé à tous ses supporters un message: «Je vous ai manqué?» avec un lien, bien sûr, vers son site pour effectuer une donation et ceci avec une case pré-cochée pour la mensualiser.

Newsletters

L'Allemagne va-t-elle interdire le parti d'extrême droite AfD?

L'Allemagne va-t-elle interdire le parti d'extrême droite AfD?

L'avenir de ce parti, soupçonné d'atteintes à l'ordre démocratique, pourrait se jouer devant la Cour constitutionnelle.

Ceux que l'Amérique abandonne en Afghanistan

Ceux que l'Amérique abandonne en Afghanistan

Joe Biden a annoncé le retrait des troupes après vingt ans d'une guerre qui n'a mené à rien. Une partie de la population afghane paiera de sa vie et de sa liberté ce retrait des troupes, aussi justifié qu'il puisse paraître.

Marine Le Pen n'a plus aucun effort à faire pour être au second tour

Marine Le Pen n'a plus aucun effort à faire pour être au second tour

[Chronique #6] La candidate à la présidentielle 2022 a réussi sa mue: le brun a viré au bleu marine et le diable borgne s'est effacé au profit de la «girl next door».

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters