Parents & enfants / Santé

Comment repérer la dépression chez les enfants? 

Temps de lecture : 2 min

Les symptômes sont plus subtils que chez l'adulte.

2 à 3% des enfants de 6 à 12 ans souffrent de formes graves de dépression. | Janko Ferlic via Unsplash
2 à 3% des enfants de 6 à 12 ans souffrent de formes graves de dépression. | Janko Ferlic via Unsplash

Depuis le début de la pandémie, le moral de toutes et tous n’est pas bon, voire très mauvais. De nombreuses publications font état d’un niveau rarement atteint de dépressions et de pensées suicidaires, en particulier chez les jeunes. Les très jeunes enfants peuvent aussi souffrir de dépression mais les symptômes de celle-ci sont plus difficiles à identifier. Des études américaines et françaises montrent que 2 à 3 % des enfants de 6 à 12 ans souffrent de formes graves de dépression.

Or, ce n'est que depuis les années 70, grâce à Maria Kovacs, que la dépression infantile et ses symptômes ont trouvé une véritable définition scientifique. Elle a développé le CDI, le Children Depression Inventory, un guide à propos de la dépression infantile à l’adresse des professionnels de santé aujourd’hui utilisé partout dans le monde.

À quoi être attentif?

Pour répondre à cette question, Perri Klass interroge plusieurs psychologues dans le New-York Times. Perri Klass est une pédiatre et autrice américaine multi-récompensée pour ses nombreux ouvrages sur les enfants.

Contrairement aux adultes, les enfants identifient difficilement leur propre tristesse qu’ils ne parviennent pas à verbaliser simplement: «Quelque chose ne va pas parce que je suis triste.» En revanche, ils peuvent se montrer très irritables.

Pour reconnaître une dépression infantile, il faut être attentif aux changements de comportements de l’enfant. Ce n’est pas tant ce que l’enfant fait que ce qu’il ne fait plus. Par exemple, il a arrêté subitement de jouer avec son doudou préféré, il ne répond plus comme avant quand on l’appelle; il montre des signes de fatigue plus rapides, il a moins d’énergie; il se plaint de symptômes physiques comme des douleurs à l'estomac ou un mal de tête; il dort davantage ou il dort moins, il a perdu l'appétit. Parfois, l’enfant qui souffre de dépression développe des troubles du comportement à l’école qui le mettent lui ou ses camarades en danger.

Même si elles restent rares, les tentatives de suicide chez les enfants de moins de 12 ans ont augmenté ces dernières années. Aux États-Unis, le suicide était la deuxième cause de mortalité chez les enfants de 10 à 14 ans en 2018.

Maria Kovacs, la psychologue à l'origine de la définition de la dépression infantile, estime qu’il ne faut pas hésiter, en cas de doute, à demander à un enfant s’il a des pensées suicidaires: «Si vous êtes face à un enfant pour lequel ce n’est pas un problème, il va vous regarder comme si vous étiez malade.» Cela ne risque pas de l’influencer. Si votre enfant évoque des pensées suicidaires, il faut lui demander ce qu’il entend précisément par celles-ci et contacter un thérapeute car cela est rarement un simple moyen de réclamer de l'attention, explique-t-elle.

Il faut réellement commencer à s’inquiéter si, pendant deux semaines, les signes d'un changement d'attitude de votre enfant persistent (humeur, irritabilité, fatigue, problèmes de sommeil). Dans ce cas, il ne faut pas hésiter à consulter un spécialiste, en commençant par le pédiatre habituel de votre enfant qui pourra ensuite vous orienter.

La bonne nouvelle est que souvent, le traitement consiste en une thérapie parents-enfants qui fonctionne très bien. En attendant, et si cela est possible, il faut encourager les enfants à faire des activités extérieures, marcher, jouer dehors.

Une cellule nationale de soutien psychologique Covid-19 offre de l'aide pour la population générale en détresse psychologique pendant l'épidémie et le confinement, au 0 800 130 000 (numéro vert, 24h/24, 7j/7). En cas de grande détresse psycho-sociale (crise d'anxiété, idées suicidaires…), appelez le 15.

Newsletters

Ne pas fermer les écoles était une décision économique et non pas éducative

Ne pas fermer les écoles était une décision économique et non pas éducative

[BLOG You Will Never Hate Alone] Je serais plus inquiet pour un enfant qui aura eu un de ses parents atteint d'une forme de Covid grave que pour celui dont la scolarité aura connu une traversée du désert.

Lettre à un parent en «continuité pédagogique»

Lettre à un parent en «continuité pédagogique»

Tu es un bon prof, tu es mon seul repère et tu permets à ton enfant de garder le lien avec sa classe, son enseignant, son école.

Désolé, les enfants, mais votre «Roblox», là, c'est nul

Désolé, les enfants, mais votre «Roblox», là, c'est nul

En ces périodes où on les autorise à passer plus de temps devant les écrans, les enfants méritent un meilleur jeu en ligne.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters