Sciences

Les cauchemars ont aussi de bons côtés

Temps de lecture : 2 min

Les cauchemars sont un moyen de digérer nos émotions. 

Ceci n'est pas un rêve. | Pixabay via Pexels
Ceci n'est pas un rêve. | Pixabay via Pexels

Depuis le début de la pandémie, vous faites de plus en plus de rêves bizarres? Vous n’êtes pas seul·e. En 2020, plusieurs études ont montré que plus la population étudiée était atteinte par le virus ou par des mesures strictes de confinement, plus ses rêves étaient confus. Un quart des soignants de Wuhan interrogés dans le cadre d'une étude publiée en janvier 2021 ont même avoué faire des cauchemars de manière fréquente. Le reste de la population est elle aussi sujette à une augmentation des cauchemars depuis le début de la pandémie.

Rien d’étonnant pour la plupart des psychologues cliniciens qui étudient les traumatismes. En effet, plusieurs travaux de recherche ont permis de lier le stress chronique à une activité cérébrale nocturne intense: que ce soit sous la forme de rêves saisissants ou de cauchemars.

Pourquoi rêvons-nous?

William Park de la BBC Future a interrogé Joana Davis sur le sujet. Cette psychologue clinicienne de l’université de Tusla aux États-Unis estime que l’une des fonctions du sommeil et des rêves est d’organiser nos souvenirs du jour-même et de re-classer les plus anciens. Pendant la dernière phase d’un cycle de sommeil (il y a 3 à 6 cycles par nuit) qu’on appelle le sommeil paradoxal, nous classerions les souvenirs les plus émotionnels. En rêvant de ceux-ci, on les «digère» afin de réagir avec moins d’implication émotionnelle à la prochaine occurrence d’une situation semblable. Le journaliste de la BBC donne un exemple: «Si votre boss vous crie dessus et que plus tard dans la nuit, vous en rêvez, la prochaine fois que vous verrez votre boss, vous vous sentirez moins émotif par rapport à cela.»

Pour preuve, pendant le sommeil paradoxal, l'hippocampe qui stocke les souvenirs et l’amygdale cérébrale qui traite des émotions sont très actifs. De nombreux chercheurs spécialisés dans le sommeil estiment que cette activité est la manifestation du rangement effectué par notre cerveau qui classe les souvenirs en fonction de nos réponses émotionnelles.

Soigner ses cauchemars

Ce classement d'un souvenir et de sa réponse émotionnelle serait perturbé chez les personnes qui font des cauchemars de manière chronique. En particulier si les cauchemars provoquent le réveil soudain.

Davis, la psychologue clinicienne de Tusla, suit de nombreux patients atteints de syndromes post-traumatiques. S’ils sont sujets à de nombreux cauchemars, elle leurs conseille de les écrire immédiatement comme ils s’en souviennent ou de les écrire avec une fin différente, in fine moins traumatisante. Alors, même si le cauchemar revient, il sera sûrement moins intense et pourrait même, à terme, disparaître.

Pour la psychologue, prendre en compte les cauchemars lorsqu’on traite une dépression permet souvent d'obtenir de meilleurs résultats. Elle estimque qu'il est nécessaire de donner plus d'importance aux cauchemars en les traitants à part entière et non plus uniquement comme un symptôme d’une autre maladie.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Les cauchemars doivent susciter l'inquiétude s'ils ont des conséquences sur la santé générale d'une personne, sinon, il faut les accueillir en se disant qu'ils permettent de «digérer» une situation intense en émotions.

Newsletters

Voyage au cœur du Pilbara, le plus ancien endroit de la Terre

Voyage au cœur du Pilbara, le plus ancien endroit de la Terre

Cette région d'Australie-Occidentale abrite les preuves fossilisées des plus anciennes formes de vie de notre planète.

Faire repousser les membres, le nouvel espoir fou de la science

Faire repousser les membres, le nouvel espoir fou de la science

Une étude effectuée sur des grenouilles pourrait, dans un avenir lointain, profiter aux humains.

Le cerveau des chats s'est rétréci à cause de la domestication

Le cerveau des chats s'est rétréci à cause de la domestication

Au fil des années et du contact avec l'être humain, le cerveau de nos boules de poils a rapetissé.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio