Sciences

Les animaux aussi auraient des traditions culturelles

Temps de lecture : 2 min

Comme les êtres humains, certaines espèces reproduiraient les traditions de leurs parents.

Les suricates apprennent la prédation à leurs petits en leur fournissant des scorpions vivants sans dards puis des proies non modifiées | Dušan Veverkolog via Unsplash

 
Les suricates apprennent la prédation à leurs petits en leur fournissant des scorpions vivants sans dards puis des proies non modifiées | Dušan Veverkolog via Unsplash  

Une nouvelle preuve que les animaux ne sont pas si différents des êtres humains. Selon des scientifiques, plusieurs mammifères, oiseaux, poissons et insectes seraient capables de développer et d'avoir leur propre culture ainsi que de transmettre ces traditions.

Selon une étude publiée dans la revue américaine Science et réalisée par des chercheurs de l'université de St Andrews, en Écosse, la culture animale engloberait les techniques de recherche de nourriture, l'utilisation d'outils, la communication vocale, les coutumes sociales et les préférences pour certaines proies, pour les sites de nidification ou encore pour les partenaires. Afin de parvenir à ces conclusions, les scientifiques ont examiné des études sur les comportements et les interactions des animaux, réalisées au cours des soixante-dix dernières années.

«La culture imprègne la vie des animaux, de la petite enfance à l'âge adulte», précise l'auteur principal, le professeur Andrew Whiten, expert en psychologie de l'évolution et du développement, au Daily Mail. Avant d'ajouter que les jeunes de nombreuses espèces apprennent de leurs parents, puis d'autres adultes et notamment ceux «qui font preuve de la plus grande expertise».

«La culture n'est pas une capacité uniquement humaine»

Les premières preuves de l'existence d'une culture animale sont apparues au milieu du XXe siècle avec la découverte de dialectes régionaux de chants d'oiseaux et la propagation du lavage de patates douces chez les singes japonais, indique l'étude.

L'équipe de recherche a également découvert que les suricates apprennent d'abord la prédation à leurs petits en leur fournissant des scorpions vivants sans dards puis des proies non modifiées lorsque qu'ils deviennent adultes; que la technique de chasse développée par les baleines à bosse qui consiste à frapper la surface avec la queue afin de regrouper les poissons, s'est transmise sur deux décennies ou encore que la majorité d'un groupe de chimpanzés étudiés dans une réserve naturelle en Zambie –huit sur douze–, a développé une tradition culturelle consistant à placer un brin d'herbe dans une oreille après que l'une des leurs a lancé la tendance.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Selon le professeur Andrew Whiten, cette découverte remet en question l'idée que seuls les êtres humains ont une culture, et que c'est la culture qui nous sépare des animaux. «On pensait que les autres espèces vivaient grâce à leur instinct et à une certaine capacité d'apprentissage, explique-t-il. Il faut reconnaître que la culture n'est pas une capacité uniquement humaine qui a émergé de nulle part, mais qu'elle a au contraire de profondes racines évolutives.»

Newsletters

Des nouveaux fossiles de Denisoviens nous en disent un peu plus sur notre lointain ancêtre méconnu

Des nouveaux fossiles de Denisoviens nous en disent un peu plus sur notre lointain ancêtre méconnu

Avec Néandertal, l'homme de Denisova est le plus proche parent de l'homme moderne.

À quel âge les enfants commencent-ils à apprécier l'humour?

À quel âge les enfants commencent-ils à apprécier l'humour?

Étonnamment tôt, selon une enquête menée auprès de 700 parents dans différents pays.

La mystérieuse disparition d'une civilisation chinoise il y a 4.000 ans enfin expliquée

La mystérieuse disparition d'une civilisation chinoise il y a 4.000 ans enfin expliquée

Un millénaire et puis s'en va.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio