Sciences

À quoi ressemble un homme qui ment?

Temps de lecture : 2 min

À celui qu'il a en face de lui.

Le menteur imiterait la personne à qui il ment. | Nigel Tadyanehondo via Unsplash
Le menteur imiterait la personne à qui il ment. | Nigel Tadyanehondo via Unsplash

Lorsqu'ils mentent, les hommes pourraient imiter le langage corporel des congénères à qui ils s'adressent et ce sans s'en rendre compte. Telle est la principale conclusion d'une étude menée par une équipe de recherche en sciences cognitives dirigée par Sophie van der Zee, de l'Université Érasme de Rotterdam (Pays-Bas).

Ce comportement pourrait servir à diminuer la charge cognitive que constitue le mensonge. Parce que mentir exige davantage de concentration que dire la vérité, les menteurs se calqueraient sur leurs interlocuteurs tant cela exige moins de réflexion que d'inventer son propre langage corporel. Un mécanisme de compensation, comble de sa perversité, qui n'est pas visible à l'œil nu.

Un simple puzzle compliqué

Pour le mettre au jour, Van der Zee et ses collègues ont demandé à une cinquantaine d'étudiants, tous des hommes, de résoudre en cinq minutes un puzzle en bois qui leur avait été vendu comme simple. En réalité, le puzzle était beaucoup trop difficile pour être terminé en si peu de temps.

Van der Zee a donc «caché» sa solution dans la salle où les étudiants passaient le test, ce qui les a incité à tricher, avant, en leur mentant elle-même, de leur demander de ne pas révéler le pot aux roses à son n+1. Si jamais on apprenait qu'elle avait «accidentellement» laissé les solutions au vu et au su de tous, ça allait chauffer pour sa carrière...

Ensuite, Van der Zee et ses collègues ont filmé chaque étudiant expliquant à un autre comment il avait résolu le puzzle. Pendant ce temps, à l'aide d'un accéléromètre sans fil, tous leurs mouvements de tête, de torse et de poignets étaient enregistrés. Les scientifiques allaient constater que lorsqu'un étudiant disait la vérité, les mouvements de son corps différaient de celui qui lui posait les questions. Par contre, quand les étudiants mentaient –comme Van der Zee le leur avait demandé– les mouvements des deux interlocuteurs avaient tendance à s'aligner.

Cette découverte pourrait-elle permettre le développement de nouveaux détecteurs de mensonges? Pas si vite, car c'est là l'une des plus grosses limites de ce travail: impossible de savoir si c'est le menteur qui se calque sur celui à qui il ment, ou l'inverse.

Newsletters

Une femme urine de l'alcool, une première mondiale

Une femme urine de l'alcool, une première mondiale

Des médecins ont signalé un cas extrêmement rare d'auto-brasserie urinaire.

Les «super-physionomistes» pourraient aussi être capables de reconnaître les voix

Les «super-physionomistes» pourraient aussi être capables de reconnaître les voix

Les personnes possédant de telles capacités représenteraient un atout considérable dans des opérations de police et de sécurité.

Les gauchers sont-ils plus enclins à être des génies?

Les gauchers sont-ils plus enclins à être des génies?

[L'Explication #2] Spoiler: dans un certain sens, oui.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters