Sciences

Des «gènes zombies» se développeraient dans le cerveau plusieurs heures après la mort

Temps de lecture : 2 min

Ces gènes présents dans les tissus cérébraux se doteraient même d'appendices semblables à des bras.

Les «gènes zombies» augmenteraient leur activité au moment de la dégradation des gènes neuronaux. | Bret Kavanaugh via Unsplash
Les «gènes zombies» augmenteraient leur activité au moment de la dégradation des gènes neuronaux. | Bret Kavanaugh via Unsplash

Bienvenue dans The Walking Dead. Alors que la majorité des scientifiques affirment que le cerveau cesse de fonctionner lorsqu'une personne est déclarée morte, certains gènes reprendraient en réalité vie. C'est en tout cas ce que révèle l'étude d'une équipe de recherche de l'Université de l'Illinois à Chicago.

Selon elle, l'activité de ces gènes présents dans les tissus cérébraux augmenterait après le décès d'une personne. Ces «gènes zombies» seraient ceux de cellules inflammatoires appelées «cellules gliales», qui évolueraient et se doteraient même d'appendices semblables à des bras, pendant plusieurs heures après la mort, rapporte le Daily Mail.

«La plupart des études partent du principe que tout s'arrête dans le cerveau lorsque le cœur cesse de battre, mais ce n'est pas le cas», affirme le Dr Jeffrey Loeb, chef du service de neurologie de la faculté de médecine de l'UIC. «Nos résultats seront nécessaires pour interpréter les recherches sur les tissus du cerveau humain. Nous n'avons tout simplement pas quantifié ces changements jusqu'à présent.»

80% des gènes sont restés stables vingt-quatre heures après le décès

Pour cette étude, les scientifiques ont analysé des tissus cérébraux frais, prélevés lors d'une opération du cerveau sur une personne atteinte d'un trouble neurologique. Résultat: environ 80% des gènes examinés sont restés relativement stables pendant vingt-quatre heures.

L'équipe de recherche a ainsi distingué trois groupes de gènes: ceux qui se sont éveillés, appelés «gènes domestiques» et qui assurent les fonctions cellulaires de base; les gènes présents dans les neurones et impliqués dans l'activité cérébrale humaine (la parole, la mémoire ou la pensée), qui se sont rapidement dégradés dans les heures qui ont suivi le décès; et les «gènes zombies», qui ont augmenté leur activité au moment où les gènes neuronaux se sont dégradés.

Si la découverte de gènes qui prennent vie post mortem peut sembler étrange, les scientifiques affirment que ce n'est pas totalement surprenant. Ces cellules seraient chargées de faire le ménage «après des lésions cérébrales telles qu'une privation d'oxygène ou un accident vasculaire cérébral», précise l'article. Une précédente étude de l'Université de Washington, datant de 2016, avait d'ailleurs trouvé des résultats similaires chez les animaux. Les scientifiques avaient notamment montré que plus de 1.000 gènes étaient actifs post mortem, dont certains vingt-quatre voire quarante-huit heures après le décès de l'animal.

Newsletters

Une femme urine de l'alcool, une première mondiale

Une femme urine de l'alcool, une première mondiale

Des médecins ont signalé un cas extrêmement rare d'auto-brasserie urinaire.

Les «super-physionomistes» pourraient aussi être capables de reconnaître les voix

Les «super-physionomistes» pourraient aussi être capables de reconnaître les voix

Les personnes possédant de telles capacités représenteraient un atout considérable dans des opérations de police et de sécurité.

Les gauchers sont-ils plus enclins à être des génies?

Les gauchers sont-ils plus enclins à être des génies?

[L'Explication #2] Spoiler: dans un certain sens, oui.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters