France

La courbette de Sarkozy face à Hu Jintao

Temps de lecture : 2 min


 

Nicolas Sarkozy effectuait du 27 au 30 avril la deuxième visite d'Etat de son mandat en Chine, où il a notamment rencontré le président Hu Jintao. Ce dernier a déclaré que cette visite ouvrait «une nouvelle page» dans les relations entre les deux pays, et nombreux sont les observateurs à avoir noté le climat amical entre les deux chefs d'Etat. Mais une photo prise par l'agence Reuters donne une autre image, hautement symbolique, des relations entre la France et la Chine: un Sarkozy faisant la courbette à un Hu Jintao se tenant bien droit.

L'image est la copie presque conforme d'une photo du président américain Barack Obama s'inclinant devant son homologue chinois lors du sommet sur le nucléaire à Washington début avril, et qui lui avait valu d'être accusé de déshonorer les États-Unis par des blogs républicains. Le site Scared Monkey écrivait ainsi:

C'est devenu le symbole de Barack Obama... des dépenses hors de contrôle, plus d'impôts, le refus d'écouter le peuple et l'inclinaison face aux leaders étrangers. [...] Pour rappel, la Chine est un pays communiste. Imaginez-vous un président américain s'inclinant devant le cubain Fidel Castro ou un Premier ministre soviétique?

En France, la Guerre froide est oubliée et Nicolas Sarkozy n'a pas été accusé de s'incliner devant l'ennemi communiste, mais Pierre Haski souligne dans les colonnes de Rue89 la portée symbolique du geste:

C'est la photo qui tue. Sans doute ce «moment décisif» cher à Henri Cartier-Bresson était-il trop tentant pour symboliser la nouvelle puissance chinoise et la contrition de Nicolas Sarkozy qui cherchait à se réconcilier avec LA nouvelle superpuissance. Et peut-être que cette image est totalement trompeuse, ne montrant qu'un instant déconnecté de son environnement.

Il n'empêche, cette photo de l'agence Reuters est violente car elle illustre à merveille les nouveaux rapports de force mondiaux tels que cherchent à les signifier les dirigeants chinois, d'abord à leur peuple, et au reste du monde.

Au petit jeu des courbettes, c'est en tous cas le ministre de l'Ecologie Jean-Louis Borloo qui a remporté le premier prix en Chine, se cassant littéralement en deux face à Hu Jintao.

[Lire l'article de Rue89]

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Newsletters

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

Jean-Paul Belmondo, professionnel de Roland-Garros

L'acteur avait deux amours: le cinéma et le sport. Fan de boxe, cofondateur du PSG, le comédien mort le 6 septembre 2021 à l'âge de 88 ans ne manquait presque jamais une édition de Roland-Garros. Dans les dernières années de sa vie, c'est l'un des...

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Lu Shaye, l'ambassadeur qui prouve que la diplomatie chinoise passe à l'offensive

Les remous provoqués par ce «loup guerrier», qui a insulté un chercheur français sur Twitter, s'inscrivent dans un cadre plus large.

VGE, président du cool trente ans avant Obama

VGE, président du cool trente ans avant Obama

Valéry Giscard d'Estaing est mort ce mercredi 2 décembre à l'âge de 94 ans. Tout au long de sa vie politique, l'ancien président de la République n'aura cessé de tenter de se construire une image d'homme moderne, en rupture avec les chefs d'État...

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio