Sciences

Les chats, des alliés de choix pour les autistes

Temps de lecture : 2 min

Selon une étude préliminaire, ces animaux pourraient aider les enfants souffrant d'un trouble du spectre autistique à notamment gagner en empathie.

Un chat, au tempérament calme, peut améliorer les capacités sociales d'un enfant. | Veronika Homchis via Unsplash
Un chat, au tempérament calme, peut améliorer les capacités sociales d'un enfant. | Veronika Homchis via Unsplash

Du temps où elle était infirmière scolaire, Gretchen Carlisle voyait souvent des élèves souffrant de troubles et de handicaps mentaux, à qui l'on avait prescrit de lourds traitements médicamenteux et qui faisaient des crises tout au long de la journée. Dans certains établissements, pour récompenser les enfants de leur bon comportement, des éducateurs spécialisés venaient avec des chiens, des cochons d'Inde ou des poissons. Gretchen Carlisle allait remarquer combien les animaux semblaient calmer les élèves handicapés.

Désormais chercheuse dans le laboratoire d'études sur les interactions entre humains et animaux de l'école vétérinaire de l'université du Missouri, Gretchen Carlisle vient, avec ses collègues, de mener la première étude en essai randomisé contrôlé sur les bénéfices qu'un animal de compagnie peut avoir sur des enfants autistes. Et pas n'importe quels animaux: les chats.

L'étude est exploratoire et ne porte que sur un petit nombre (11) de patients âgés de 6 à 14 ans, mais elle est assez bien faite pour indiquer un impact très positif. En l'espèce, un chat calme améliore les capacités sociales de l'enfant, en particulier son empathie, et diminue les symptômes de ses angoisses de la séparation, souvent terriblement invalidants chez les enfants dont les troubles sont situés dans la moitié supérieure du spectre autistique.

Une «présence apaisante»

Avant d'arriver à cette conclusion, Gretchen Carlisle et ses collègues ont divisé des familles d'enfants avec autisme en deux groupes. Celles assignées au hasard dans le premier, le groupe traitement, ont dû adopter un chat et être suivies pendant dix-huit semaines. Les familles du second, le groupe témoin, ont été suivies pendant dix-huit semaines sans intervention, avant de devoir adopter un chat et d'être suivies pendant encore dix-huit semaines supplémentaires. En amont, tous les chats adoptés avaient été sélectionnés pour leur tempérament calme.

Pourquoi les chats? Parce que, comme l'explique Gretchen Carlisle, «leur principal avantage est qu'ils peuvent être acceptés sans condition. Il arrive que certains enfants autistes aient des problèmes sensoriels ou soient sensibles aux bruits forts. De par sa présence apaisante, un chat a donc tout de l'animal de compagnie approprié et réconfortant pour certaines familles.»

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Gretchen Carlisle espère que son étude sera suivie par d'autres, à la puissance statistique plus élevée, et que ses résultats préliminaires seront confirmés pour que l'adoption d'un chat soit intégrée dans les interventions proposées aux familles d'enfants avec autisme.

Newsletters

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Les insomnies peuvent-elles engendrer un déclin cognitif?

Selon une nouvelle étude impliquant près de 1.800 participants, un manque de sommeil aigu à l'âge adulte participerait au développement de troubles de la concentration et de la mémoire.

On va construire sur la Lune et sur Mars (avec la poussière trouvée sur place)

On va construire sur la Lune et sur Mars (avec la poussière trouvée sur place)

Quant au sang et à l'urine des astronautes, ils pourraient permettre de fabriquer du ciment.

Pourquoi l'accouchement est plus difficile chez les humains que chez les grands singes

Pourquoi l'accouchement est plus difficile chez les humains que chez les grands singes

Une étude très récente s'est intéressée à l'accouchement chez les australopithèques pour comprendre depuis quand donner naissance était si compliqué pour notre espèce.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio