Monde

En Inde, la forêt brûle, et les animaux avec

Temps de lecture : 2 min

Le parc national de Simlipal est sujet à de vastes incendies qui menacent la faune et la flore sauvage, et les habitants ne parviennent pas à maîtriser le feu.

Près de 25% de la faune et la flore du parc protégé de Simlipal ont été affectés par les incendies. | Henrique Malaguti via Unsplash
Près de 25% de la faune et la flore du parc protégé de Simlipal ont été affectés par les incendies. | Henrique Malaguti via Unsplash

Depuis plus d'un mois, le parc national de Simlipal et sa réserve de tigres brûlent. Situés dans l'État de l'Odisha, au nord-est de l'Inde, ils constituent la deuxième plus grande réserve de biosphère d'Asie, et essuient des ravages considérables, face auxquels les autorités publiques restent passives.

Dans les quatre divisions du parc national, c'est plus de 3.400 feux qui ont été repérés depuis le 11 février, dont 350 dans la réserve de tigres. Certains continuent à brûler, menaçant les populations indigènes tout comme la faune et la flore sauvage. Tigres, léopards, éléphants, cerfs et sangliers mais aussi antilopes et pangolins vivent dans cet écosystème en détresse, qui compte également plus de 200 espèces d'oiseaux et environ 3.000 espèces de plantes. Parmi elles, plusieurs plantes médicinales sont utilisées par la communauté indigène des Adivasis, qui vivent à l'intérieur et autour de la réserve.

Manque de communication

Ces feux de forêt sont causés par des braconniers et une minorité de tribus indigènes locales, qui les allument pour la chasse et la recherche de nourriture. Pour Vanoo Mitra Acharya, co-fondateur de Sangram, une ONG de protection de l'environnement locale, l'ampleur des incendies atteinte cette année est inédite, et liée au cumul des changements climatiques enregistrés dans la région et à l'absence de communication et la méfiance entre le service forestier du gouvernement et les communautés indigènes:

«Nous n'avons pas eu de pluie depuis environ cinq mois, ce qui est très inhabituel, alors les feuilles sur le sol ont brûlé comme du papier. Mais aussi, le département des forêts a perdu la confiance des communautés tribales, qui sont habituellement les premières à éteindre ces feux. Contrairement aux années précédentes, ces villages n'ont pas sonné l'alarme et n'ont pas combattu les feux.»

Terrain inaccessible

La configuration des forêts protégées de Simlipal ajoute à la difficulté de maîtriser les incendies: étendues sur 5.570km², elles recouvrent des terrains escarpés et dangereux sur lesquels les camions de pompiers ne peuvent se rendre. Il faut donc s'y rendre à pieds, et ce sont principalement des volontaires et des fonctionnaires du département forestier de l'État qui font donc le travail avec les moyens du bord: des branches pour frapper les flammes, et des souffleurs de feuilles.

Tandis que le gouvernement de l'État d'Odisha, accusé d'être mal préparé et de tarder à éteindre ces incendies, tend à minimiser les dégâts, une ONG locale, Antyodaya Chetana Mandal estime que près de 25% de la faune et la flore du parc ont été affectés.

Newsletters

Une femme violée dans un train en Pennsylvanie sous le regard des passagers passifs

Une femme violée dans un train en Pennsylvanie sous le regard des passagers passifs

L'agression a duré huit minutes, selon les caméras de vidéo surveillance, sans que personne n'intervienne.

Les scénarios d'une Allemagne post-Angela Merkel

Les scénarios d'une Allemagne post-Angela Merkel

Tandis que l'actuelle chancelière cédera bientôt sa place, l'avenir de la politique allemande au sein de l'Union européenne fait l'objet de nombreux débats et incertitudes.

L'Algérie veut-elle la défaite d'Emmanuel Macron?

L'Algérie veut-elle la défaite d'Emmanuel Macron?

L'escalade des tensions entre les deux pays et la rude précampagne électorale française mettent le président sortant dans une posture délicate.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio