Culture

Le célèbre tableau «Le Cri» contient un message caché

Temps de lecture : 2 min

Dans son chef-d'œuvre expressionniste, Edvard Munch a inscrit un commentaire qui semble en dire long sur sa santé mentale.

Une photographie infrarouge du tableau a permis de déchiffrer l'inscription mystérieuse. | Edvard Munch, National Gallery of Norway via Wikimedia Commons
Une photographie infrarouge du tableau a permis de déchiffrer l'inscription mystérieuse. | Edvard Munch, National Gallery of Norway via Wikimedia Commons

«Kan kun være malet af en gal Mand!» («Ne peut avoir été peint que par un fou!»): voilà la note presque imperceptible écrite par l'artiste norvégien Edvard Munch sur sa célèbre œuvre Le Cri. Des images infrarouges du Musée national de Norvège l'ont confirmé lundi 22 février.

L'inscription a toujours été visible à l'œil nu, mais ces nouvelles images ont aidé à distinguer plus clairement l'écriture qui s'est avérée être celle du peintre. «La conclusion clôt la question de savoir qui était l'auteur de l'inscription», explique Mai Britt Guleng, conservatrice du musée situé à Oslo.

Rédigés au crayon à papier en haut à gauche de la toile emblématique devenue un symbole de l'angoisse existentielle, les quelques mots en norvégien ont longtemps nourri des doutes sur l'identité de leur auteur. «La photo infrarouge a donné une image nette de la phrase, ce qui a permis de comparer cette écriture à celle de Munch. La taille des lettres est également trop petite pour que quiconque puisse les avoir écrites comme un acte de vandalisme», relève Mai Britt Guleng.

L'inscription, qu'on décèle mieux en noir et blanc. | Boerre Hoestland / The National Museum of Norway / AFP

La folie d'Edvard Munch

L'œuvre expressionniste a suscité de nombreux questionnements quant à l'état mental de Munch. Le critique d'art Henrik Grosch a écrit au début du XXe siècle qu'avec ce tableau, Munch «ne pouvait plus être considéré comme un homme sérieux avec un cerveau normal».

Les lettres intimes d'Edvard Munch décrivent un homme à la fois prêt à provoquer et vulnérable. L'artiste se souciait des maladies héréditaires, car son grand-père et son père souffraient de dépression. Sa sœur Laura a quant à elle été traitée dans un service psychiatrique. «Il y avait des maladies héréditaires dans la famille de Munch, des maladies mentales, nerveuses et la tuberculose», affirme Mai Britt Guleng.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Le Cri a été exposé pour la première fois en octobre 1895 dans une galerie d'art privée à Christiania, au Danemark. Il se trouve aujourd'hui à Oslo, en Norvège. La conservatrice du musée suggère que ce que Munch a écrit était ironique. «L'inscription dit que la peinture n'aurait pu être peinte que par un fou. Venant de l'artiste lui-même, qui ne se croyait clairement pas fou, c'est ironique. L'inscription peut également être considérée comme un moyen de prendre le contrôle de sa propre vie et de ses propres sentiments. C'est une chose peu orthodoxe à faire, écrire sur votre propre peinture. Cependant, de cette façon, il montre qu'il est responsable de la situation.»

Newsletters

Festival de Cannes, jour 4: «Frère et sœur», le bruit et la fureur du vivant

Festival de Cannes, jour 4: «Frère et sœur», le bruit et la fureur du vivant

Le nouveau film d'Arnaud Desplechin est un vertigineux et bouleversant affrontement entre Alice et Louis, qui se haïssent d'amour.

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Festival de Cannes, jour 3: fulgurante plongée dans le labyrinthe des années de plomb

Festival de Cannes, jour 3: fulgurante plongée dans le labyrinthe des années de plomb

Présenté comme une série, «Esterno Notte», de Marco Bellocchio, est un immense film sur les multiples formes de la folie en politique, déployant les ramifications de l'affaire Aldo Moro.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio