Sciences / Monde

Quinze ans après, où en est le projet de la Grande Muraille verte du Sahara?

Temps de lecture : 2 min

La barrière végétale qui devait protéger les pays du Sahel de l'extension du désert est encore loin d'être achevée, faute de volonté politique et de moyens financiers.

Deux femmes plantent des graines pour le projet de la Grande Muraille verte, à Malamawa au Niger, en juillet 2019. | Luis Tato / FAO / AFP
Deux femmes plantent des graines pour le projet de la Grande Muraille verte, à Malamawa au Niger, en juillet 2019. | Luis Tato / FAO / AFP

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Quinze ans après son lancement, où en est le projet pharaonique de Grande Muraille verte pour le Sahara et le Sahel?»

La réponse de Brian Gogarty, étudiant en histoire:

L'Afrique est de plus en plus gagnée par la désertification. Comme son nom l'indique, ce phénomène signifie que les terres deviennent de plus en plus arides, voire désertiques. Les déserts comme le Sahara s'étendent toujours plus, menaçant ainsi les écosystèmes et les populations des pays sahéliens. L'extension des déserts est due à plusieurs facteurs. Il y a, bien sûr, le réchauffement climatique. À mesure que les températures globales augmentent, les surfaces désertiques vont inévitablement s'étendre. Environ 40% du continent africain est maintenant touché par la désertification.

Il y a aussi la surexploitation des ressources; les agriculteurs prélèvent toujours plus d'eau dans les nappes phréatiques pour l'irrigation. De leur côté, les éleveurs font paître leur bétail, ce qui dégrade encore plus les sols car les troupeaux mangent et piétinent la végétation. De plus, pour faire place aux champs cultivés ou pastoraux, trop d'arbres sont abattus, ce qui provoque une érosion des sols. En effet, sans les racines des arbres pour les retenir, les sols sont balayés et emportés par les vents, ce qui les érode peu à peu.

Des arbres pour y remédier?

Pour tenter de stopper ou au moins de ralentir la progression du désert, les États sahéliens se sont donc lancés dans un projet on ne peut plus ambitieux: aménager un mur d'arbres sur une distance de 8.000 kilomètres, entre le Sénégal et Djibouti. Au milieu des années 1980, le Niger a adopté une stratégie similaire pour enrayer la désertification. Les agriculteurs ont encouragé la croissance des arbres, ce qui a permis de retenir les sols, d'apporter de l'humidité grâce aux feuilles, des nutriments pour le sol grâce aux branches mortes, etc. Cela a fini par stopper la progression du désert.

Quinze ans après le lancement du projet, seuls quatre millions d'hectares de cette Muraille verte ont été aménagés sur les 100 millions visés d'ici à 2030. Donc seulement 4% du projet a été réalisé, ce qui est très peu évidemment. Pourquoi cela? Malgré les discours officiels, les gouvernements des pays concernés n'ont pas beaucoup soutenu ce projet, sauf ceux du Sénégal et de l'Éthiopie. C'est évidemment un projet très coûteux financièrement, et les ministères de l'environnement ont du mal à trouver les fonds nécessaires.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

De plus, ce projet suscite des critiques. Selon certains, pour planter tous ces arbres, il faudrait déplacer les populations qui vivent sur la zone, ce qui priverait aussi les paysans de nouvelles terres dans un contexte de raréfaction des ressources.

Newsletters

L'éruption du volcan aux îles Tonga pourrait nous aider à comprendre Mars

L'éruption du volcan aux îles Tonga pourrait nous aider à comprendre Mars

Comme sur Mars il y a des milliards d'années, Hunga Tonga s'est formé en présence d'eau.

Et si votre œil révélait la date de votre mort?

Et si votre œil révélait la date de votre mort?

Une intelligence artificielle étudie l'association entre l'âge rétinien et la mortalité.

La douleur après la vaccination contre le Covid, c'est peut-être dans votre tête

La douleur après la vaccination contre le Covid, c'est peut-être dans votre tête

Une nouvelle étude montre que 60% des effets indésirables seraient dus à l'effet nocebo.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio