Sciences

Où va-t-on si on entre dans un trou noir?

Temps de lecture : 2 min

Et que devient-on?

Un trou noir ne mène nulle part, ou ailleurs. | European Southern Observatory via Wikimedia CC
Un trou noir ne mène nulle part, ou ailleurs. | European Southern Observatory via Wikimedia CC

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d'autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question du jour: «Où mène un trou noir?»

La réponse de Brice Haziza, médiateur scientifique:

Terrible question! Où va-t-on si on rentre dans un truc comme sur cette image? (Notez qu'elle représente la poussière autour de l'horizon d'un trou noir supermassif, dans ma réponse je m'en tiendrai, pour des commodités qui ne changent en rien les conclusions, à un trou noir stellaire, de quelques kilomètres seulement donc.)

En fait, j'ai envie de dire: nulle part. Nulle part ou en tout cas en «nul temps», car par-delà l'horizon des événements le temps diverge, donc pour le reste de l'univers vous êtes «hors temps» (ce qui est mauvais signe :D), pour l'espace c'est pas vraiment mieux non plus, il vous entraîne au centre à la vitesse de la lumière, ce qui vous décompose.

Que devient la matière? Nul ne le sait non plus. Elle est, a priori, empilée, dans un état sûrement étrange (le moins étrange serait des quarks), au centre là où l'infini règne en maître (tant que les théories ne les auront pas définitivement «effacés»).

Un ailleurs... mais lequel?

Bien? Mais toutes ces histoires d'univers parallèles et tout ça? Des fadaises? Parfois… Disons qu'il y a une possibilité intéressante, c'est un renversement d'un signe dans les équations et hop, on voit le trou noir s'inverser, devenir «blanc», c'est-à-dire que sa gravité devient négative (ohh ohhhh?!) et il repousse la matière dans l'univers, mais où? On n'en voit nulle part de ça.

Un trou noir mène, a priori, soit nulle part (nul temps), soit ailleurs (mais sûrement dans un drôle d'état).

Mais peut-être qu'on ne les voit pas simplement parce que le trou noir de départ s'effondre «à l'infini du temps» (c'est-à-dire, pour le moins très tard pour nous restés dehors) et donc, avant que le processus ne s'inverse, il faut l'infini des temps + 1 seconde, par exemple. Et ça, bin pour l'instant on ne voit pas bien comment ça se produit.

Mais sur le papier, le trou noir, pour lui-même, dans son temps «propre», il peut très bien avoir déjà, ou «rebondi» en trou blanc, ou avoir comme le proposait la théorie depuis longtemps, en son centre une espèce de jonction, un pont d'Einstein-Rosen qui débouche –ailleurs!– en un trou blanc.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Donc, je vous dirai, un trou noir mène, a priori, soit nulle part (nul temps), soit ailleurs (mais sûrement dans un drôle d'état).

Newsletters

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Covid long et travail: la double peine pour les malades

Les symptômes persistants forcent certains travailleurs à trouver des solutions par eux-mêmes pour conserver leur emploi, quand ils ne sont pas tout simplement contraints de le quitter.

Pourquoi les mouches ne trouvent-elles jamais la sortie, même fenêtre ouverte?

Pourquoi les mouches ne trouvent-elles jamais la sortie, même fenêtre ouverte?

[L'Explication #60] Elles ont une fâcheuse tendance à faire du lèche-vitrine.

Notre statut socio-économique affecte directement la structure de notre cerveau

Notre statut socio-économique affecte directement la structure de notre cerveau

Une nouvelle étude de neurosciences montre des corrélations entre notre position sociale et le volume relatif de matière grise qu'on possède.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio