Culture

Malcolm McLaren est-il le père de Vampire Weekend?

Temps de lecture : 2 min

De prime abord, les points communs entre le défunt producteur des Sex Pistols et des New-Yorkais en mocassins ne sautent pas aux yeux. Pourtant, de l'avis de l'historien du punk Jon Savage, Malcolm McLaren aurait indirectement influencé la scène afro-pop du troisième millénaire, celle emmenée par Fool's Gold, Yeasayer, et bien sûr, Vampire Weekend.

Dans le Guardian, l'auteur d'England's Dreaming évoque le «pèlerinage» en Afrique du sud entrepris par le producteur rouquin au début des années 80, quand celui-ci abandonna le costume de manager pour celui de «performer»:

[Sa chanson] Soweto a sensibilisé les occidentaux à la pop africaine en général, et au son seventies du mbaqanga (zoulou), cette musique dansante et rythmée qui accompagnait les ouvriers migrants.

Avec ce titre, Malcolm McLaren fit entrer une part de la world music dans les charts britanniques. Aujourd'hui, les petits jeunes en goguette reprennent le flambeau. On ne se plaindra sûrement pas de cette filiation, bien plus agréable à l'oreille que les vuvuzelas de la prochaine Coupe du monde de football.

[Lire l'article sur le site du Guardian]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Malcolm McLaren / REUTERS, Vincent Kessler

Newsletters

«Jinpa» et «Sortilège», ô pays des merveilles!

«Jinpa» et «Sortilège», ô pays des merveilles!

L'un et l'autre magnifiques, aux confins du rêve et du monde le plus concret, le film de Pema Tseden et celui d'Ala Eddine Slim sont des invitations au voyage, par les chemins enchantés du cinéma.

Clerc, Sardou, Dingler: ces chansons faussement féministes

Clerc, Sardou, Dingler: ces chansons faussement féministes

Qu'ils déclarent leur amour ou leur admiration à trois ou quatre milliards de femmes, les chanteurs ne peuvent pas s'empêcher de tout mélanger, voire d'injecter leurs fantasmes dans leurs textes. Sous un vernis de bienveillance, la...

Paule/Prune, 25 ans: «Seule ma famille a le droit de m'appeler Paule»

Paule/Prune, 25 ans: «Seule ma famille a le droit de m'appeler Paule»

On en a un, ou deux, ou plus. Ils sont communs, originaux, chargés d'histoire, hérités d'ancêtres, religieux, inventés. On les choisit rarement mais ils peuvent forger notre identité. Parfois, on veut en changer parce qu'on les déteste, parfois...

Newsletters