Égalités / Monde

En Chine, un homme a dû verser 6.300 euros à son ex-femme pour les tâches domestiques effectuées

Temps de lecture : 2 min

Depuis le 1er janvier 2021, une loi permet au conjoint qui s'occupe des tâches ménagères et des enfants de demander une compensation financière lors du divorce.

L'ex-mari devra également verser une pension de 2.000 yuans, environ 254 euros par mois. l One shot via Pexels
L'ex-mari devra également verser une pension de 2.000 yuans, environ 254 euros par mois. l One shot via Pexels

En Chine, un tribunal a ordonné à un homme de payer 50.000 yuans, soit environ 6.300 euros, à son ex-femme pour les tâches domestiques qu'elle a effectuées pendant leur mariage, rapporte un article du New York Post. Le tribunal populaire du district de Fangshan à Pékin a également accordé à la femme la garde complète de leur fils et a exigé le versement d'une pension de 2.000 yuans (environ 254 euros) par mois de la part de son ex-mari.

Mme Wang et Mr Chen se sont rencontrés en 2010. Ils se sont mariés en 2015 et ont commencé à vivre séparément en 2018, avant de demander le divorce en 2020, selon des documents judiciaires. En plus de réclamer un partage des biens, l'ex-épouse a fait valoir qu'elle avait droit à une indemnisation, en particulier pour les deux années où elle a élevé leur fils sans l'aide de son ex-mari.

C'est le premier jugement dans ce sens depuis l'adoption, le 1er janvier 2021, d'une loi exigeant que l'ex-conjoint rembourse les années que le partenaire a passées à cuisiner, nettoyer, élever les enfants, soigner les parents âgés ou soutenir la famille de toute autre manière depuis le domicile.

«Ceux qui s'occupent des tâches ménagères sont dévalorisés»

Cette décision inédite a suscité le débat en Chine et sur le réseau social Weibo, l'équivalent chinois de Twitter, selon le quotidien South China Morning Post. «Il est normal que cet argent soit versé, mais 50.000 yuans, c'est trop peu. Si vous sortez et travaillez pendant six mois, vous gagnerez plus que cela», écrit notamment une internaute. «Pourquoi est-ce comparé aux tâches ménagères? Cette femme elle-même a apprécié les fruits de son travail ménager», peut-on également lire en commentaire.

Pour Zhong Wen, un avocat spécialisé dans les divorces dans la province chinoise du Sichuan, cette nouvelle législation est bénéfique socialement et juridiquement, car elle reconnaît la valeur du travail domestique. «Ceux qui s'occupent des travaux ménagers dans un mariage sont dévalorisés, l'effet le plus évident étant que leur capacité de survie dans la société et leurs compétences professionnelles vont probablement diminuer», affirme-t-il au quotidien, en précisant que l'indemnisation dans cette affaire est trop faible.

En Grande-Bretagne, dans un procès de divorce, les contributions des deux parties à leur foyer, telles que les travaux ménagers ou les soins à la famille sont pris en compte lors du partage des biens. Cela représente plus qu'une simple «compensation financière» pour une partie, précise Zhong Wen. Selon une étude de l'ONU, les femmes assument encore deux fois et demie plus de tâches ménagères que les hommes.

Newsletters

L'expérience du racisme rend-elle malade?

L'expérience du racisme rend-elle malade?

Aux États-Unis, plusieurs études statistiques font le lien entre expérience du racisme et problèmes de santé.

Testez vos connaissances en écriture inclusive avec une dictée d'Eddy de Pretto

Testez vos connaissances en écriture inclusive avec une dictée d'Eddy de Pretto

Rendez-vous en ligne le 6 avril à 18h30.

La rémunération du travail domestique, un nouveau casse-tête juridique?

La rémunération du travail domestique, un nouveau casse-tête juridique?

L'idée d'une indemnisation des tâches ménagères et de l'éducation des enfants fait son chemin. Mais elle soulève de nombreuses questions pour le législateur.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters