Monde

Le délit de sale gueule inscrit dans la loi en Arizona

Temps de lecture : 2 min

tijuana
tijuana

Le délit de faciès existe déjà dans les faits un peu partout. Mais il est en passe d'être inscrit dans la loi en Arizona, rouvrant ainsi le débat sur l'immigration. Le Parlement de cet Etat voisin du Mexique a en effet adopté le 19 avril un texte permettant d'arrêter toute personne suspectée d'être un sans-papier.

Comme le rapporte le Politico, la proposition de loi est actuellement examinée par la Maison Blanche:

Le texte permet notamment à la police de procéder à une arrestation sur la seule base de "suspicion légitime" d'immigration clandestine, si la personne appréhendée n'a pas sur elle de permis de conduire ou de papiers d'identité.

La loi, qui intervient dans une dure course à l'investiture républicaine en vue des élections législatives de mi-mandat, est loin de faire l'unanimité dans la population comme parmi les élus. Courrier International rapporte néanmoins que la mobilisation contre cette loi discriminatoire enfle en Arizona et prend des allures de débat national:

Des milliers de personnes ont défilé pacifiquement le 25 avril à Phoenix, la capitale de l'Arizona, pour dénoncer la loi très controversée sur l'immigration(...)Le président du Mexique Felipe Calderón a officiellement condamné cette loi, tout comme le Salvador, le Honduras et le Guatemala, qui estiment que ce texte "persécute" les immigrés.

La décision repose aujourd'hui entre les mains de Barack Obama, même si, en cas d'approbation de la loi, elle pourrait être remise en cause par la Cour suprême américaine. Car de fait, rappelle Kasie Hunt dans le Politico, «la Constitution américaine protège les citoyens contre les traques et les arrestations qui ne sont infondées».

[Lire l'article sur Politico ici, celui sur Courrier International ]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: traversée de la frontière à Tijuana/mexadrian, via Flick CC License by

Newsletters

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

La rupture par l'Australie du «contrat du siècle» ne devrait surprendre personne

Pour Canberra, le dilemme était simple: se conduire en nation souveraine et respecter le contrat passé avec la France, ou privilégier sa sécurité et son lien de longue date avec Washington.

En Algérie, le drapeau berbère de la discorde

En Algérie, le drapeau berbère de la discorde

La chasse est lancée contre le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie.

En Chine, la main visible du PCC se referme sur des pans entiers de la société

En Chine, la main visible du PCC se referme sur des pans entiers de la société

Le Parti communiste chinois prépare de nouvelles régulations pour lutter contre les monopoles dans les secteurs de la technologie, de l'éducation, des transports et de la santé.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio