Monde

Le Hamas diffuse un dessin animé sur le soldat Shalit

Temps de lecture : 2 min

Le Hamas a publié dimanche un dessin animé mettant en scène le jeune soldat franco-israélien Gilad Shalit, prisonnier des islamistes à Gaza depuis près de quatre ans. L'animation, d'une durée de 3 minutes, prévient que Shalit pourrait subir le même sort qu'un autre soldat israélien Ron Arad, disparu en 1986 au sud du Liban, dont l'Etat hébreu est sans nouvelles. Le dessin animé du Hamas se termine par l'arrivée du cercueil de Shalit à la frontière entre Gaza et Israël.

La voix off semble être celle du soldat Shalit, tirée de la dernière vidéo le montrant Shalit vivant et enregistrée en septembre 2009. Personnage central de l'animation, Noam Shalit, le père de Gilad, qui marche sans fin. Il se retrouve ensuite avec la une d'un journal qui indique le montant d'une récompense de 50 millions de dollars en échange d'informations sur son fils. Une référence, précise Haaretz, au dix millions offerts par Israël pour toute information concernant Arad.

Le Hamas demande la libération de 1000 prisonniers en échange de la libération du militaire, capturé le 25 juin 2006 au cours d'un raid de Tsahal dans la bande de Gaza.

Regardez la vidéo:

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters