Économie

Les mails qui accusent Goldman Sachs

Temps de lecture : 2 min

Avis de tempêtes sur Goldman Sachs. Une commission du Sénat américain s'est procuré une série d'e-mails échangés fin 2007 entre les dirigeants de la banque d'affaires qui se félicitaient des sommes qu'ils engrangeaient en spéculant contre le marché immobilier. Selon le New York Times, ces courriels semblent contredire certaines déclarations de la banque estimant que la société avait perdu de l'argent dans ses investissements sur les crédits hypothécaires à risque (subprimes). La publication de ces e-mails intervient à quelques jours d'une audition parlementaire de certains membres de la banque, dont son directeur général sur l'origine de la crise financière, et après le dépôt d'une plainte pour fraude par l'autorité des marchés financiers américaines (SEC).

Ces courriels pourraient aussi peser sur le débat au Congrès sur la réforme financière. Selon la SEC, le gendarme de la bourse américaine, Goldman Sachs a trompé des investisseurs lors de la commercialisation d'un produit financier complexe lié à des crédits immobiliers de type «subprime».

Selon le Washington Post, la banque est bien décidé à se défendre de ces accusations. Selon un document interne qui liste la défense à mettre en place en vue de l'audition de mardi, «Goldman était déboussolée, comme beaucoup d'autres établissements financiers, sur le niveau de l'effondrement du marché». Les patrons de Goldman Sachs, rapporte le Post, estimaient même ne pas croire que le marché immobilier allaient entrer dans une période de récession prolongée. Un d'entre eux jugeant même que la banque était trop pessimiste.


Newsletters

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

La finance verte est (pour le moment) une arnaque

Le vert est à la mode, qu'il s'agisse de croissance ou de finance. Mais il y a un grand décalage entre les mots employés et la réalité. Cela pourrait changer s'il y avait une réelle volonté politique.

Concurrence

Concurrence

Reconversion professionnelle: du rêve à la désillusion

Reconversion professionnelle: du rêve à la désillusion

En France, un actif sur cinq a songé à quitter son emploi durant la crise sanitaire. De l'idée au passage à l'acte, encore faut-il anticiper pour éviter quelques déconvenues. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio