Culture

L'affaire Polanski

Les dossiers de Slate, mis à jour le 15.05.2010 à 12 h 52

 

L'affaire Polanski a connu un nouveau rebondissement vendredi 14 mai. Après les accusations de viol sur Samantha Geimer, 13 ans à l'époque, Charlotte Lewis, une actrice anglaise de 42 ans, a affirmé avoir, elle aussi, été abusée sexuellement par le réalisateur franco-polonais.

Les faits remonteraient à l'année 1984. Lewis, alors âgée de 16 ans, prépare le film de Polanski, «Pirates», qui sortira deux ans plus tard. «Il savait que je n'avais que 16 ans quand nous nous sommes rencontrés, et il m'a forcée à avoir des relations sexuelles avec lui dans son appartement à Paris», a révélé l'actrice lors d'une conférence de presse à Los Angeles.

Charlotte Lewis espère  que son témoignage sera pris en compte par les autorités suisses au moment de la décision de l'extradition de Roman Polanski vers les Etats-Unis. Les avocats du cinéaste menacent de porter plainte contre Charlotte Lewis.

 

La justice américaine l'avait confirmé le 22 avril: Roman Polanski devra être présent lors de son procès à Los Angeles. En d'autres termes, pas question d'un jugement par contumace pour le réalisateur. Lors de son séjour aux Etats-Unis en mars, Nicolas Sarkozy avait remis à Barack Obama une lettre de Roman Polanski dans laquelle le cinéaste expliquait pourquoi cela ne servirait à rien qu'il soit extradé. Une démarche qui n'aura donc pas suffi et un raisonnement qui n'a pas été entendu par le juge américain.

La cour d'appel du 2e district de Californie a également rejeté la demande de la victime, Samantha Geimer, d'abandon des poursuites. Une fois encore, le sort du cinéaste est entre les mains des autorités suisses, sommées par les Etats-Unis d'extrader le ressortissant français (Polanski est né à Paris et a été élevé en Pologne).

Le réalisateur est sorti de sept mois de silence le 2 mai dans une tribune diffusée sur la Règle du Jeu est intitulée «Je ne peux plus me taire».

Roman Polanski a été interpellé à son arrivée à l'aéroport de Zurich le 26 septembre 2009. Depuis, il est en résidence surveillée dans son chalet de Gstaad. La justice américaine lui reproche d'avoir eu des relations sexuelles avec Samantha Geimer, en mars 1977, alors que celle-ci était âgée de 13 ans. Jugé pour viol, le cinéaste s'était enfui des Etats-Unis avant le prononcé du jugement.

***

Retrouvez les articles que Slate a consacré à l'affaire depuis l'arrestation de Roman Polanski.

Si Roman Polanski s'est fait arrêter, c'est de sa faute par Jessica Grose
Pourquoi la justice américaine a-t-elle décidé de faire arrêter Roman Polanski le 27 septembre, soit plus de trente ans après que le célèbre réalisateur récompensé aux Oscars a fui les Etats-Unis en 1977, avant d'avoir pu être jugé pour le viol de Samantha Gailey, alors âgée de 13 ans? Son statut de célébrité lui a fait commettre l'erreur de trop. Lire l'article

Roman Polanski le fugitif par Jonathan Schel
«Wanted and desired»: c'était le sous-titre de l'excellent documentaire de Marina Zenovich (sorti en 2008) sur Roman Polanski. Recherché et désiré, tel était de fait Polanski en 1977, lorsque les parents de Samantha Geimer - une adolescente de 13 ans - portèrent plainte pour viol sur mineure. Tel est encore, et c'est plus étonnant, le Polanski d'aujourd'hui: la justice californienne vient en effet de relancer une saga judiciaire qui a commencé il y a 32 ans en demandant à la police suisse d'arrêter le cinéaste à Zurich. Lire l'article

Pourquoi le procureur de Los Angeles veut Roman Polanski par Emily Bazelon
Stephen L. Cooley a voulu me faire bien comprendre une chose très simple: Polanski ne peut échapper au plaidoyer de culpabilité qu'il a fait il y a trente ans. «Le plaidoyer est inébranlable», a-t-il expliqué. «Ce plaidoyer, c'est la Bible.» Entretien exclusif avec le procureur de LA

La France ne peut rien pour Roman Polanski par Charlotte Pudlowski
Si Roman Polanski s'était trouvé en France, il aurait été protégé juridiquement. Là, ce n'est pas le cas. Lire l'article

Affaire Polanski: penser aux enfants par Christopher Hitchens
Je préfère vivre dans un pays qui protège les mineurs et juge les prédateurs, même si cela signifie être en butte à la désapprobation. Lire l'article

Photo: Roman Polanski/ Ina Fassbender / Reuters

Les dossiers de Slate
Les dossiers de Slate (14 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte