Monde

Corée du Nord: enfin une photo du probable dauphin

Temps de lecture : 2 min

Difficile de trouver des informations fiables sur la Corée du Nord. La plupart proviennent de rumeurs ou de suppositions. Le dictateur Kim Jong-il est régulièrement présenté comme mourant, avant de réapparaître sur les écrans de télévision. Sa succession est tout aussi mystérieuse.

Depuis une déclaration d'un député sud-coréen en juin 2009, il semblerait que son troisième fils, Kim Jong-un, soit destiné à prendre la tête de l'Etat communiste. Mais les informations sur le dauphin se comptent sur les doigts de la main: son année de naissance est incertaine et la seule photo connue de lui a été prise quand il était adolescent.

La parution dans le journal japonais Mainichi Shimbun d'une photographie de Kin Jong-un (à gauche ci-dessous) est donc une première... vite démentie par le Korea Times.

Pour le site de Foreign Policy, la raison de cette bataille est avant tout la lutte entre les agences de presse japonaises et sud-coréennes sur les scoops concernant la Corée du Nord.

[Lire l'article sur le Foreign Policy]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de une: Drapeau nord-coréen réalisé par des enfants tenant des pancartes, giladr via Flickr CC License by

Newsletters

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Dernière ligne droite avant l'investiture de Joe Biden, ce 20 janvier, à Washington. Une investiture à laquelle Donald Trump, en bon perdant, ne se rendra pas. Le 45e président des États-Unis a enfin admis sa défaite, dans les mots et dans les...

À Bali, les singes voleurs savent reconnaître les objets de valeur

À Bali, les singes voleurs savent reconnaître les objets de valeur

Au temple d'Uluwatu, les macaques ont mis au point un système de troc pour que les touristes leur donnent à manger.

Les chiottes les plus chères du mandat Trump

Les chiottes les plus chères du mandat Trump

Parce que le service de sécurité chargé d'assurer la protection d'Ivanka Trump n'avait pas accès à ses toilettes, les contribuables américains ont déboursé 3.000 dollars par mois pour que les agents puissent se soulager.

Newsletters