Monde

Pour Google, il n'y a pas que la Chine qui censure

Temps de lecture : 2 min

Le moteur de recherche Google a mis en ligne sur une page spécialement dédiée le nombre de requêtes de retrait de contenu et d'accès aux données privées d'utilisateurs qu'il reçoit des gouvernements. Google y explique:

Comme d'autres entreprises de technologie et de communication, nous recevons régulièrement des demandes venant de gouvernements du monde entier pour retirer du contenu de nos services, ou pour fournir des informations sur des utilisateurs de nos services et produits. Cette carte montre le nombre de requêtes que nous avons reçues entre le 1er juillet et le 31 décembre 2009, avec certaines limites.

«Alors que ses problèmes de censure avec les Chinois ont attiré l'attention sur le gouvernement communiste, Google veut rappeler au monde que la Chine n'est pas le seul pays à vouloir contrôler ce qui est visible sur Internet», note le site Numerama, qui précise que les demandes concernent principalement des procédures pénales.

La France n'a pas demandé beaucoup de retrait de contenu sur cette période (moins de 10 fois), loin derrière les 291 requêtes du Brésil ou les 123 des Etats-Unis. En revanche, la France est cinquième en termes de demande de données personnelles, derrière le Brésil, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Inde.

Google précise à la fin de sa page: «C'est la première fois que nous faisons cela, et nous sommes encore en train de chercher le meilleur moyen de collecter et de présenter ces informations. Nous continuerons d'améliorer cet outil et d'ajuster le type de données que nous publions

Le 19 avril, Google rappelait sur son blog officiel que sur 100 pays où il était présent, 25 le censurent:

La censure du Web est un problème grandissant. [...] Nous voyons ces tentatives de contrôle de plusieurs façons. La Chine est l'exemple le plus probant, mais ce n'est pas le seul. Les services de Google - de la recherche à Blogger, en passant par YouTube et Google Docs - ont été bloqués dans 25 des 100 pays où nous les offrons. [...] Nous sommes animés par la conviction que de plus amples informations signifient plus de choix, plus de liberté et, finalement, plus de pouvoir pour l'individu.

«Des idées forts louables, mais encore faut-il avoir les moyens de les appliquer...», estime le site Clubic.

[Lire les artiles sur Google, le blog officiel de Google et Numerama]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de Une: (Self) Censored, carolyntiry, via Flickr CC License by

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters