Monde

Jacques Attali: Goldman, le volcan et nous

Jacques Attali, mis à jour le 22.04.2010 à 9 h 34

Dans notre monde, un événement apparemment marginal peut avoir des conséquences planétaires considérables. Seule réponse, une gouvernance mondiale.

Il est parfois des coïncidences hautement symboliques: au moment même, où, en attente à l'aéroport de La Guardia, New York, d'un avion pour  Washington, j'apprenais que mon retour à Paris le lendemain serait sans doute compromis par l'éruption du volcan islandais, un ami voyageant avec moi me présentait un financier, attendant, lui, un avion pour Boston: John Paulson. L'homme qui a construit une immense fortune en pariant sur l'effondrement de Wall Street, parce que, pensait-on, il avait été l'un des très rares à prévoir la crise des subprimes et à avoir très lucidement parié sur la baisse de certains produits titrisés que les autres financiers s'arrachaient.

C'était quelques heures avant qu'on n'apprenne, ce à quoi, selon la SEC (Securities and Exchange Commission), John Paulson avait joué: faire fabriquer sur mesure par Goldman Sachs un produit titrisé très particulier, dont on va devoir apprendre le nom dans nos livres d'histoire: le ABACUS 2007 AC1, un titre volontairement pourri, regroupant, à la demande express de John Paulson, les crédits hypothécaires les pires, les prêts subprimes faits aux Américains les moins solvables, choisis comme tels, et donc les moins certains d'être remboursés. John Paulson, toujours selon la SEC, pouvait ensuite parier sans trop de risque sur leur chute; ce qu'il fit en achetant massivement des CDS associés à Abacus, c'est-à-dire des paris sur l'évolution de la valeur de ce produit, gagnant ainsi, au moment de son effondrement programmé, beaucoup d'argent (en fait plusieurs milliards de dollars) et une réputation de gourou.

Evidemment, il y a moins de mérite à parier sur l'effondrement d'une maison quand on a soi-même décidé que ses fondations seraient en sable. Et il est criminel, alors, de chercher à la vendre. C'est pourtant ce qu'a fait sa banque, Goldman Sachs, qui, dit encore la SEC, non contente d'avoir fabriquer pour un client ce produit volontairement catastrophique et de gagner beaucoup d'argent pour ce travail, s'est permis de commercialiser Abacus 2007 AC1 auprès de ses clients sans leur dire qu'il avait été conçu pour être le plus mauvais possible! Aux cinéphiles, cela rappellera le scénario de The Producers, le chef d'œuvre de Mel Brooks, dont les héros finissent en prison.

A l'heure où nous parlons, la justice n'inquiète pas John Paulson, qui soutient ne pas avoir été informé de la commercialisation de ce produit par son banquier, et ne pas être responsable du fait que certains ont pu croire à sa  valeur, en se portant contrepartie des CDS émis à son endroit, dont la valeur ne pouvait pourtant que baisser. Et il ne se considère pas davantage responsable de ce que l'effondrement d'Abacus 2007 AC1 participa au démarrage de la panique générale sur les subprimes, déclenchant la crise financière et économique mondiale dont nous sommes très loin d'être sortis.

Le volcan islandais et l'abaque américaine évoluent dans deux mondes très différents; l'un dans celui, très réel, de la nature la plus pure. L'autre dans celui, très abstrait, de la finance la plus virtuelle. L'un indépendant des hommes, l'autre totalement conçu par eux.

Et pourtant, tous les deux renvoient à la même réalité: dans notre monde de plus en plus complexe, un événement apparemment marginal peut avoir des conséquences globales considérables. Le volcan va sans doute accélérer la descente aux enfers des compagnies aériennes et affecter  significativement la croissance européenne. L'abaque va sans doute accélérer la descente aux enfers des banques américaines et affecter significativement les marchés financiers américains et mondiaux. Et en plus, pour les banques comme pour les compagnies aériennes, ce sont encore les contribuables qui vont payer: l'abaque et le volcan seront payés par le contribuable.

Indépendamment des leçons, considérables, qu'il faut tirer de chacun de ces deux événements, pour réduire leurs conséquences, et surtout pour éviter, si on le peut, leur récurrence, il faut surtout réaliser que nous entrons dans un moment extrêmement dangereux pour l'humanité, où tout événement local, humain ou naturel, a désormais des conséquences planétaires, sans que nous ayons encore mis en place les mécanismes globaux de prévention et  de protection.

Tel est aujourd'hui le principal enjeu, que si peu de gens veulent comprendre, et que les hommes politiques, dans chaque pays, font tout pour masquer, pour maintenir l'illusion de leur pouvoir: la nécessité d'une gouvernance mondiale.

Il faut évidemment dès aujourd'hui mettre en place les mécanismes de contrôle financier planétaire pour empêcher de telles turpitudes, aux conséquences planétaires. Il faut aussi, dès aujourd'hui, mettre en place des mécanismes d'alerte météorologique et vulcanologique globale, une conception commune du principe de précaution et adopter de règles globales de sécurité aérienne, planétaires, pour éviter un chaos comme celui qui règne actuellement sur les aéroports.

De nouveaux incidents locaux, aux conséquences planétaires, vont se multiplier, dans tous les domaines. Aussi, plus généralement, faut-il dès maintenant nous habituer à penser monde. Pour tout, en tout.

Jacques Attali

À LIRE ÉGALEMENT SUR GOLDMAN SACHS ET LES CENDRES VOLCANIQUES: Goldman Sachs, l'arme fatale d'Obama, La revanche des dieux volcaniques et Du principe volcanique de précaution.

Photo: Des avions de la Lufthansa cloués au sol Johannes Eisele / Reuters


Jacques Attali
Jacques Attali (175 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte