Boire & manger

Nice, une ode chaleureuse à la capitale de la Côte d'Azur

Temps de lecture : 8 min

Alors que Nice se reconfine les week-ends, retour sur les bonnes adresses du lieu d'adoption de l'écrivain Patrick Besson, sa ville des amours, des amitiés, des souvenirs et des lectures.

À Nice, la Promenade des Anglais. | Heng Yin via Unsplash
À Nice, la Promenade des Anglais. | Heng Yin via Unsplash

Voilà un guide touristique riche de renseignements, d'adresses, de bons plans vécus dans la douceur méditerranéenne, une invitation romantique au voyage sur la Promenade des Anglais, sur les plages, dans les hôtels, les restaurants car Patrick Besson, auteur prolifique aux 80 livres, est un sacré gourmet. Comment classer les souvenirs niçois de l'écrivain, qui séjourne à Nice depuis trente ans et selon qui le besoin de cette ville est naturel, comme un produit bio? Par hôtels, tables, lectures?

À son premier séjour en 1986, l'écrivain est communiste et le Parti l'a logé à l'hôtel Albert 1er. C'est aussi la première fois qu'il s'installe sur une plage privée de la Promenade où il ne verra plus d'Anglais.

L'occupation principale du romancier parisien dans la ville chère à Friedrich Nietzsche et Romain Gary, c'est l'écriture et surtout la lecture. Il dévore les trois-quarts de Belle du Seigneur d'Albert Cohen en une journée, puis se hasarde sur la plage où les galets lui font mal aux pieds, notant que les pêcheurs n'allaient jamais pieds nus sur le rivage.

La plage. | Nice Tourisme

Découvrant le Michelin 1956, il se rend compte que l'on a beaucoup démoli et reconstruit sur la Promenade aux embouteillages permanents.

L'hôtel des Anglais a été détruit en 1909 et remplacé en 1913 par l'hôtel Ruhl, lui-même devenu l'hôtel Méridien en face du casino, disparu lui aussi: à Nice comme à Paris, les travaux sont sans fin.

Il lui arrive de loger à l'hôtel Westminster et remarque que la mer est ignorée. Jusqu'aux années 1970-1980, Nice accueillait les voyageurs l'hiver car le soleil réchauffait les résidents. Après les années 1980, c'est l'époque bénie du grand tourisme où l'hôtel Negrescu devient le Negresco à cause de son propriétaire roumain qui transforme son nom. C'est le premier palace niçois aux tours rondes qui va devenir la propriété du couple Augier, qui aura de mirobolantes offres de rachat, notamment de Bill Gates, le milliardaire américain. Jamais madame Augier, une fois veuve, ne vendra le Negresco, où elle habitait au cinquième étage, vue sur la mer.

L'hôtel Negresco. | Negresco Hôtel

L'auteur indique que Céline fut Niçois de décembre 1911 à mai 1912, bonne période car «juin est trop chaud et humide à Nice, d'où la soif et l'anxiété».

En 1977, le Concorde se pose à Nice. «Comment a-t-il fait? La piste est courte et se termine dans l'eau.» Aucun accident.

Pour se rendre dans sa ville d'adoption, Patrick Besson alterne l'avion et le train car il aime la gare mais déteste les fleurs, «ravi qu'on les jette». Il n'a jamais assisté au carnaval niçois et pense que «dans cette ville au beau sourire triste, Sagan aurait écrit de meilleurs livres qu'à Saint-Tropez».

Une cité refuge

Le Café de Turin est le premier restaurant cité, Besson apprécie le plateau de fruits de mer, le beurre salé et la carafe de vin blanc. «Dans chaque hôtel, je me sens à la maison, dans chaque maison à l'hôtel. À partir d'un quatre étoiles, la salle de bain est un problème: robinets serrés, douches insolites, baignoires capricieuses. La télé est aussi difficile à allumer qu'à éteindre.»

Le Café de Turin. | Café de Turin

«Mon père préférait un mois dans un petit hôtel qu'une semaine dans un grand. Moi, c'est l'inverse», révèle-t-il.

Il précise: «Hôtels anglais humides, hôtels grecs froids, hôtels serbes surchauffés, hôtels allemands parfaits. Mes velléités à l'hôtel: le fait de noter les consommations et les frais de blanchisserie ne dure jamais plus de trois jours, incapable comme le faisait mon père au Cyrnos de recompter la note d'un mois entier.»

Un bel aveu: comment écrire des souvenirs quand on n'a pas de mémoire? «Trop longtemps, je me suis fié à mon imagination.» Jamais l'écrivain et ses amis niçois n'ont vu même par temps clair les côtes de la Corse.

«Nice est un pays, c'est le pays niçois. On ne dit pas le pays parisien ou marseillais.»
Patrick Besson

Durant ses deux derniers séjours en 1900 et 1901, Anton Tchekhov, le grand écrivain russe, avait choisi la petite pension Oasis, au 23, rue Gounod, où il a précédé Lénine de quelques années. «Lui aussi venait à Nice pour lire, activité hostile qui nous attire l'antipathie des sots.»

«Nice mi-provençale mi-italienne, ville de l'Est qui aurait encore du soleil l'après-midi.» C'est son privilège.

En trente ans, Besson visite trois appartements. «Si tu achètes boulevard Victor Hugo, tu vivras dans le bruit des marteaux-piqueurs pendant des années et ces murs nus n'ont pas envie de s'habiller, le cabinet médical est à l'étage au-dessous. Trop de malades franchissent les portes de l'immeuble. Comme Dieu, je les déteste. Ne pas devenir le c… qui a un appart à Nice.»

Le Vieux Nice. | Valentin Donato

Il n'a pas trouvé le moyen de ne pas se perdre dans le Vieux Nice et pense que le cours Saleya serait mieux sans les fleurs.

Après trente années passés dans la ville du regretté Louis Nucéra, romancier niçois, il avoue faire le compte de tous ces endroits qu'il ne connaît pas mais découvre que Romain Gary parle davantage des avions que de sa mère Mina dans La Promesse de l'aube, laquelle a rédigé 250 lettres posthumes avant de mourir pour que son fils la croie vivante. Anecdote vraie?

À Nice, le cours Saleya. | Nice Tourisme

Nice a été une cité refuge pour Aragon, Istrati, Nietzsche, Nabokov, Matisse et tant d'autres, mais Proust n'est jamais venu à Nice.

«Lire Proust une fois dans sa vie, ce n'est pas assez. À Nice, on n'est pas dérangé dans sa lecture. Peut-être y a-t-il eu un décret municipal? Il y a beaucoup de morts à Nice, c'est à cause de l'âge des habitants. Mourir à Nice, un projet de vie.»

Nice entre mer et montagnes enneigées. | Georges Miha

«Nice est un pays, c'est le pays niçois. On ne dit pas le pays parisien ou marseillais. Mon sentiment a été d'être toujours après mes 50 ou 100 séjours à Nizza un estranger», ajoute l'écrivain voyageur. Mais l'auteur ne s'est-il pas contenté d'être un niçois d'adoption?

Les hôtels et restaurants cités par l'auteur

Une façade gris clair qui contredit l'azur de la côte. Couloirs longs, obscurs. Trois étoiles en 1956. Non cité dans le Michelin 2021.

4, avenue des Phocéens. Tél.: 04 93 85 74 01.

Façade rococo, aucun luxe, papier peint. L'auteur y passe des années avec Gogol, le lit bougeait. Non cité dans le Michelin 2021.

19, avenue Durante. Tél.: 04 93 88 18 05.

L'auteur y va dix ans au printemps et à l'automne. Jolie chambre bleue, 100 euros la nuit. Non cité dans le Michelin 2021.

15, rue Grimaldi. Tél.: 04 93 16 00 24.

C'est le domicile de l'écrivain après le terrible attentat du 14 juillet 2016. Son île, la chambre 315: il ne voit pas la mer mais on l'entend. Buffet au petit déjeuner. Non cité dans le Michelin 2021.

12, avenue Félix Faure. Tél.: 04 92 17 53 00.

Un site admirable bâti en 1912 sur la Promenade des Anglais, l'auteur habite la chambre 412. Le couple Augier en a été le propriétaire durant des décennies; ils sont depuis décédés tous les deux. En 2020, un projet officiel d'une fondation est né afin de préserver le superbe palace convoité par de puissants investisseurs hôteliers. Pour l'heure, le Negresco reste dans son jus. Deux restaurants non cités par l'auteur, dont le Chantecler, étoilé au Michelin. Brasserie élégante, plats niçois de bonne qualité, un must dans la cité chère à Jacques Médecin, l'ancien maire qui a beaucoup fait pour sa ville ensoleillée.

37, Promenade des Anglais. Tél.: 04 93 16 64 11. Chambres de 150 à 800 euros. Plage privée.

Grosse pâtisserie blanche, quatre étoiles. Chambres d'angle recommandées. Non cité dans le Michelin 2021.

31, Promenade des Anglais. Tél.: 04 92 14 44 00.

Deux fois moins cher qu'au Negresco, à dix numéros de la Promenade, quatre étoiles quand même. Non cité dans le Michelin 2021.

27, Promenade des Anglais. Tél.: 04 92 14 86 86.

«Faux ami, il n'est pas beau et ne donne pas sur le rivage», écrit l'auteur. Obscure cour intérieure, pas de vue sur la mer.

24, rue Saint-François de Paule. Tél.: 04 92 47 82 82.

Un Centre Pompidou sans tuyaux. Hôtel de chaîne Bar au premier par l'escalier «pour un Bloody Mary un jour de pluie» écrit l'auteur.

1, Promenade des Anglais. Tél.: 04 97 03 44 44.

De style Belle Époque et le grand frère du West End. L'auteur y a vécu des jours délicieux. Dans le Michelin, Boscolo Exedra. Spa, piscine sur le toit.

12, boulevard Victor Hugo. Tél.: 04 97 03 89 89. Chambres de 160 à 850 euros.

À Nice, l'hôtel Exedra. | Exedra

Un hôtel dans l'hôtel, la poupée russe du parc hôtelier niçois. Grande terrasse au dernier étage, beau jardin, une demeure secrète dit le Michelin. Une charmante simplicité.

11, quai Rauba-Capeu. Tél.: 04 93 62 34 63. Chambres à partir de 245 euros.

Une suite avec vue sur mer à l'hôtel La Pérouse. | Hôtel Pérouse

Les tables recommandées

Brasserie à terrasse spécialisée dans les huîtres, praires et saumon fumé, tarte au citron. Recommandée par Patrick Besson. Carte à partir de 50 euros.

5, place Garibaldi. Tél.: 04 93 62 29 52.

Le meilleur japonais de Nice, sushis, sashimis et makis d'une grande fraîcheur. Non cité dans le Michelin 2021.

18, rue de la Buffa. Tél.: 04 93 88 75 88.

«La table la plus connue de Nice, théâtre à midi, cinéma le soir», écrit Besson. Le Tout Nice, le Tout Paris en goguette animés par Nicole Rubi, la reine dont les yeux voient tout. On trouve la plupart des préparations de cuisine nissarde, pissaladière aux anchois, socca, tarte aux oignons, raviolis d'anthologie. «Les plats arrivent sans qu'on les ait commandé», souligne Besson, membre du prix littéraire maison. Non citée dans le Michelin 2021, une bévue mais la propriétaire souhaite-t-elle y figurer? La célébrité de sa maison crée l'affluence et une très belle clientèle, c'est l'entre-soi niçois. On peut réserver sur la terrasse.

11, rue Saint-François de Paule. Tél.: 04 93 92 59 59.

À La Petite Maison, le pan bagnat et les petits farcis. | La Petite Maison Nice

Non citée par l'écrivain, dommage. Bistrot historique de l'ex-chef étoilé Dominique Le Stanc, cuisinier de la mémoire. Sardines farcies, pissaladière, spaghetti à la niçoise, tourte de blettes, un must absolu.

4, rue Raoul Bosio. Pas de téléphone ni de réservation. Trois fermetures par an.

Le seul restaurant deux étoiles de Nice des frères Tourteaux n'est pas cité. Récital de cuisine poissonnière. Peut-être le premier trois étoiles de Nice, cela manque aux résidents.

25, rue Gubernatis. Tél.: 04 93 62 53 95.

Patrick Besson. | Pascal Ito / Flammarion

Le meilleur de ce portrait de Nice reste le croisement habile des confidences de l'auteur, de ses obsessions, de ses manies de voyageur et l'aspect pratique de l'ouvrage: le savoir-vivre à Nice et les goûts de l'écrivain.

Voici l'itinéraire de ce Niçois d'adoption en quête du bonheur de vivre dans la ville chère à Matisse. Une lecture très plaisante et gaie avant de partir vers la Promenade des Anglais et le Vieux Nice.

Nice-Ville

Patrick Besson

Éditions Flammarion

2021

192 pages

19 euros

Newsletters

Manger épicé, un symbole de virilité (selon les hommes)

Manger épicé, un symbole de virilité (selon les hommes)

Le piment serait-il un pénis de substitution?

Aux Lyonnais, près de l'Opéra Comique, et dix autres excellents bistrots parisiens

Aux Lyonnais, près de l'Opéra Comique, et dix autres excellents bistrots parisiens

Des adresses hautement recommandables pour faire vibrer les papilles et se réchauffer le cœur.

Bushmills, l’Irish whiskey qui a le goût de l’histoire

Bushmills, l’Irish whiskey qui a le goût de l’histoire

L’une des plus anciennes distilleries de whiskey encore en activité, The Old Bushmills Distillery, a traversé les siècles à hauteur d’homme et de femme, avec ses moments de gloire et ses blessures. Pour mieux le raconter dans ses bouteilles.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio