Égalités

Le patriarcat patronymique, bordel de nom

Temps de lecture : 7 min

La France a quarante ans de retard sur le sujet par rapport à ses voisins.

«J'ai pris le nom de mon mari parce qu'on m'avait dit que “pour les enfants c'était mieux”. Depuis, je regrette», m'avez-vous confié. | Sandy Millar via Unsplash
«J'ai pris le nom de mon mari parce qu'on m'avait dit que “pour les enfants c'était mieux”. Depuis, je regrette», m'avez-vous confié. | Sandy Millar via Unsplash

J'ai reçu beaucoup, vraiment beaucoup de réponses après l'article sur le patriarcat patronymique et ça m'a donné envie de faire une suite. Il y a eu des témoignages sur les situations absurdes qui ont encore lieu. Rappelons que, officiellement, la loi dit que les époux peuvent conserver leur nom de naissance comme nom d'usage, ou alors utiliser le nom de l'époux ou de l'épouse, ou les deux noms. Ça, c'est la théorie.

Dans les faits, les entreprises et administrations ont décidé qu'une femme mariée devait utiliser le nom de son mari et qu'un homme marié devait conserver son nom de naissance. (J'ai d'ailleurs appris que cela avait un nom: la subordination patronymique.)

Complexifications

Et les maris qui souhaitent utiliser le nom de leur épouse? Ils sont mal barrés. Les couples qui veulent être égalitaires rencontrent des obstacles. Ainsi, une lectrice me raconte qu'avec son mari ils ont décidé d'avoir chacun les deux noms de famille pour faire un nom composé. Mais pour lui, ça n'a pas été simple. «Après notre mariage civil, mon mari a souhaité qu'au sein de son entreprise il soit désigné par notre nom d'usage commun (le nom composé), ce à quoi les RH lui ont répondu que ce n'était pas possible (!), puis qu'il nous fallait faire la preuve d'un jugement administratif (ce qui n'est bien sûr pas vrai non plus). À force d'insistance, mon mari a eu gain de cause et a donc rempli un formulaire de demande de changement de nom d'usage auprès de l'entreprise… formulaire exclusivement pensé pour des femmes puisqu'il fallait indiquer son “nom de jeune fille”! Le formulaire n'était absolument pas prévu pour une demande qui pourrait venir d'un “jeune homme” maintenant marié.»

Les logiciels ont été créés pour entretenir la subordination patronymique.

Autre exemple de complexification: «Mon collègue n'est pas marié et a eu un enfant. Ils ont décidé de donner les deux noms à leur enfant, celui de la mère en premier. En théorie là aussi tout à fait faisable. Il a eu un mal fou avec la mairie. L'employé ayant notamment exigé d'avoir une attestation précisant qu'elle était d'accord pour ne pas être reléguée au second plan!» Ces problèmes de nom peuvent vous pourrir la vie, y compris en vacances: «J'ai le souvenir de ma mère qui ne pouvait pas utiliser sa carte bleue en Espagne puisqu'elle ne pouvait pas prouver que c'était bien la sienne avec sa carte d'identité.»

Un problème de logiciel

Un point qui revient souvent chez les femmes qui ont décidé de ne pas céder et de faire respecter leur droit: on leur a répondu que c'était un problème de logiciel. Les logiciels ont été créés pour entretenir la subordination patronymique. Le nom d'épouse l'emporte toujours. Si le sujet vous intéresse, on m'a transmis cette interview très instructive d'une femme qui a été chargée de refaire les formulaires en ligne. Elle raconte les blocages auxquels elle a dû faire face pour effacer la case «nom de jeune fille». Cela permet également de comprendre comment les choses se passent réellement (et en quoi cela résulte d'un manque de connaissance). «Les formulaires ne sont pas forcément faits en interne mais confiés à des prestataires qui répondent à des appels d'offre et qui eux-mêmes ne sont pas très informés. J'ai eu un coup de bol d'avoir été vigilante sur ce sujet et d'avoir tenu aux bons intitulés.»

En attendant, le meilleur conseil, que je vous donnais déjà dans le précédent article sur le sujet: «On m'a donné une astuce à la mairie pour éviter qu'on me colle un nom qui n'est pas le mien: ne le notez nulle part, ne le mettez dans aucun papier, laisser “nom d'époux” vide partout... pour l'instant la seule admin qui m'a mis le nom du mari je lui ai fait rectifier direct.»

Une exception française

Mais sommes-nous maudites? Éternellement condamnées à ce bordel?
Eh bien non. La solution serait en vérité assez simple. Pour la trouver, il suffit de regarder chez nos voisins. Parce que le patriarcat patronymique, c'est un truc très français. Chez nos voisins, il est beaucoup moins marqué: «En Italie, en Belgique et au Luxembourg, la pratique du nom double par les femmes mariées est majoritaire.» En Espagne, on a imposé le double nom pour les enfants: «L'enfant a deux noms: le premier des noms de son père suivi du premier des noms de sa mère. Cependant depuis une réforme récente l'ordre des noms peut être inversé soit par les parents d'un commun accord, soit par l'enfant lui-même à sa majorité.»

En réalité, nous sommes super en retard. Eliane Viennot m'avait conseillé d'aller regarder comment ça se passait en Grèce. Figurez-vous que la Grèce a adopté une loi en 1983 qui oblige les femmes mariées à conserver leur nom de naissance. Elles n'ont pas le choix. On ne change pas de nom en se mariant. Comme l'explique le Guardian: «Depuis trente ans, la Grèce est un pays test sur ce qui se passe si les femmes mariées ne changent pas leur nom.» Alors? Comment se conclut ce test grandeur nature? Deux problèmes se sont posés. Pour les profs des enfants qui ne savent pas comment appeler madame si elle n'a pas le même nom de famille que ses enfants. Ok, rien de grave. Et pour les couples grecs qui voyagent dans des pays du Moyen-Orient où il faut être marié pour partager une chambre. Leur nom étant différent sur les passeports, il arrive qu'on les soupçonne de mentir sur le fait qu'ils sont vraiment mariés.

Voilà.

C'est tout.

(En 2008, un gouvernement conservateur est un peu revenu sur cette loi grecque, maintenant les femmes mariées peuvent utiliser le nom de leur mari ou les deux noms si elles le veulent mais la démarche est complexe et coûte beaucoup de temps et d'argent.)

«En Italie, en Belgique et au Luxembourg, la pratique du nom double par les femmes mariées est majoritaire.»
Marie-France Valetas, sociologue

L'autre exemple dont nous pourrions nous inspirer, c'est celui du Québec. En 1980, le nouveau Code civil a imposé la non-modification du nom des époux («Chacun des époux conserve en mariage ses nom et prénom»). Chacune et chacun conserve son nom de naissance. Point barre. Quant aux noms des enfants, comme en Grèce, aux parents de choisir (qu'ils soient mariés ou pas) s'ils donnent le nom du père, de la mère ou un nom composé. Et ils ne sont pas obligés de donner le même nom à tous leurs enfants. «Concernant les enfants, qui auparavant recevaient toujours le nom du père, les travaux de Louis Duchesne révèlent que des changements se sont rapidement produits. Lorsque le nom double est choisi, le nom de la mère vient en premier trois fois sur quatre.» Une lectrice m'avait signalé qu'avant cette modification du Code civil, garder leur nom de naissance était un combat continuel pour les femmes mariées. Donc, en gros, la situation des femmes françaises actuelles. On a seulement quarante ans de retard…

Et le pire c'est qu'en France, tout le monde s'en fout. Les femmes galèrent avec ces histoires de noms et il n'y a pas un organisme vers lequel se tourner qui punirait les entreprises ou administrations qui imposent la subordination patronymique. (Oui, j'adore cette expression.) On ne peut même pas les signaler.

Pour les enfants, un nom d'usage

Reste encore un souci: le nom des enfants. Nombreuses sont les femmes à regretter de ne pas avoir imposé que leur enfant porte leur nom en plus du nom du père. Certaines ont tenté de corriger la situation: «Je suis passée en mairie pour savoir comment ajouter mon nom à l'état civil de mon fils. Pensant accomplir une simple formalité. Il s'avère qu'il faudrait qu'un juge statue, et que j'ai pour cela des raisons valables. L'employée m'a bien fait comprendre VA-LA-BLE (grave). Porter le même nom que ses enfants ne semble donc pas valable en soi. Donc voilà, mon fils ne porte pas mon nom. Mais en fait personne ne vérifie jamais les papiers d'identité, alors je déclare partout mon fils avec les deux noms et voilà!»

Après recherche, on ne peut pas changer le nom de naissance, mais on peut ajouter en nom d'usage les noms des deux parents. Ça me semble la solution la plus simple. Le site du Service public le dit exactement: «Toute personne peut utiliser un double nom composé de son nom de naissance et du nom du parent qui ne lui a pas transmis son nom à la naissance. Il suffit que l'acte de naissance fasse apparaître la double filiation (indication du nom des deux parents). Ce nom sera un nom d'usage. Vous pouvez demander qu'il figure sur vos documents d'identité et qu'il soit utilisé par les administrations.» Pour une personne mineure, «le choix d'un nom d'usage doit être fait avec l'accord des parents. Il faut fournir une autorisation de l'autre parent quand vous refaites les papiers d'identité.» (S'il n'est pas d'accord, c'est direction juge des affaires familiales.)

Une perte d'identité

Si peu de temps et tellement de combats à mener. Mais c'est un combat qui mérite d'être mené, il ne faut pas le minimiser. Surtout quand j'ai lu la souffrance derrière certains messages: «J'ai pris le nom de mon mari parce qu'on m'avait dit que “pour les enfants c'était mieux”. Depuis, je regrette, je ressens comme une perte d'identité. Je ne me sens proche ni de mon nouveau nom, ni de l'ancien» ou «Une autre chose terrible avec les noms c'est qu'une veuve doit avoir sur ses papiers (passeport, etc.) “nom de jeune fille, veuve nom du mari”. Ma mère veuve à 59 ans doit garder cette douleur jusque dans ses papiers d'identité, son identité officielle c'est d'être veuve de l'amour de sa vie. Je lis que cette question a été abordée au Sénat en 2006 comme discrimination mais pour les papiers qu'on a dû faire il y a deux ans il lui a été exigé cette formule.» Derrière nos noms, il y a toute une histoire.

Ce texte est paru dans la newsletter hebdomadaire de Titiou Lecoq.

Newsletters

Dans ce Monopoly «socialement conscient», le privilège blanc est représenté

Dans ce Monopoly «socialement conscient», le privilège blanc est représenté

Blacks & Whites vient d'être réédité. Les pions blancs commencent la partie avec un millions de dollars, les noirs avec 10.000.

Les difficiles questions du logement quand on est victime de violences conjugales

Les difficiles questions du logement quand on est victime de violences conjugales

Avec l’histoire de trois personnes, l’association Solidarité femmes explique en vidéos les démarches à effectuer pour garder son domicile, le quitter ou se reloger quand on est victime de violences conjugales.

«Et pourtant elles tournent»: le palmarès du concours Arte

«Et pourtant elles tournent»: le palmarès du concours Arte

Dix-sept réalisatrices viennent d'être désignées lauréates du concours de courts-métrages documentaires au féminin lancé en décembre 2020 par Arte France, dont Slate est partenaire.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio