Santé / Société

Doit-on porter deux masques pour mieux se protéger du Covid?

Temps de lecture : 8 min

Tissu ou jetables? Et les élastiques, derrière les oreilles ou autour du crâne? On ne sait plus où donner de la tête.

Un homme porte un masque chirurgical et un autre en tissu, le 10 décembre 2020, à New York. | Kena Betancur / AFP
Un homme porte un masque chirurgical et un autre en tissu, le 10 décembre 2020, à New York. | Kena Betancur / AFP

Les masques, nous avons fini par intégrer l'idée qu'ils sont un moyen utile et pas trop compliqué de contribuer à se protéger du coronavirus (enfin, la plupart d'entre nous l'a intégrée). Mais ces derniers temps, de nouvelles questions ont commencé à se poser: est-ce qu'un seul masque, c'est suffisant? Si deux masques, c'est mieux, alors est-ce qu'il ne vaut carrément mieux pas en mettre trois? Comme on pouvait s'y attendre, les réponses n'ont rien de simple. Voici ce que nous avons pu faire de mieux pour tirer tout ça au clair.

Est-ce que je ferais mieux de porter deux masques en même temps quand je sors?

Probablement, oui.

«J'ai commencé à mettre deux masques dans des lieux clos où c'est le même air qui circule» explique Lindsey Leininger, professeure de santé publique à Dartmouth et membre de Dear Pandemic, une campagne où des expert·es répondent à des questions sur le Covid-19 sur les réseaux sociaux. Depuis le 10 février, le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) préconise le port de deux masques simultanément pour obtenir une meilleure protection.

Rappel: si vous êtes à moins de deux mètres de quelqu'un avec qui vous ne vivez pas, vous devez porter un masque, surtout si vous êtes à l'intérieur (où il faut des précautions supplémentaires, comme la ventilation, le traçage et limiter le temps de contact quand c'est possible). Dans les lieux clos ou les lieux extérieurs très fréquentés, il est plus prudent d'envisager de porter deux masques.

«J'ai commencé à en mettre deux quand j'en ai su un peu plus sur les nouveaux variants», explique Leininger.

Pourquoi faut-il mieux se masquer face aux nouveaux variants?

Pas parce qu'ils sont plus agiles –«ces variants-là ne sont pas plus capables de traverser un masque que n'importe quel autre variant en circulation», précise Angela Rasmussen, virologue et occasionnelle autrice pour Slate.com.

Les scientifiques ne sont toujours pas tout à fait certains de comprendre pourquoi ils semblent plus contagieux, mais la raison pourrait être qu'il leur faut une charge virale moindre pour infecter quelqu'un. Si c'est le cas, il est donc possiblement plus risqué désormais de porter un masque qui n'est pas très ajusté. Mais Rasmussen souligne que rien chez le nouveau variant ne rend les masques moins efficaces qu'ils ne l'étaient auparavant. Elle continue de n'en porter qu'un –soit un N95 [l'équivalent américain du FFP2] (son mari est tombé sur un stock datant de projets de la vie d'avant), soit, pour aller faire les courses pas trop loin, un masque chirurgical avec une barrette métallique au niveau du nez. «Je ne sors pas beaucoup», précise-t-elle.

Tout cela pour dire que, contre les nouveaux variants, «nos protections actuelles vont fonctionner si nous sommes plus vigilants», affirme Leininger. En gros, cette étape de la pandémie est le moment idéal pour réévaluer nos habitudes. Les experts se sont longuement penchés sur la question et ils ont un petit paquet d'astuces sous le coude.

Donnez-moi le meilleur tuyau

Le consensus de base parmi les spécialistes du port du double masque à qui j'ai parlé, c'est ça: mettez un masque chirurgical d'abord, et un masque en tissu par-dessus. Les masques chirurgicaux filtrent bien mais ils ne s'ajustent pas parfaitement. Un masque en tissu superposé à un masque chirurgical –surtout si son attache passe derrière la tête, pas derrière les oreilles– peut fixer le masque chirurgical plus près du visage et assurer une meilleure étanchéité. «Le fait d'avoir deux masques l'un sur l'autre garantit un ajustement au plus près», explique Leininger. Une étude du CDC publiée le 10 février révèle que l'exposition aux aérosols (entre deux mannequins dans un laboratoire) diminuait de façon spectaculaire lorsque les deux portaient soit un masque chirurgical aux bords bien étanches, soit un ensemble masque chirurgical-masque en tissu sur le nez et la bouche.

Une autre possibilité qui fonctionne bien, à en croire les expert·es, consiste à porter un masque en tissu avec un filtre à l'intérieur.

Je me suis mis deux masques, mais l'air passe beaucoup sur les côtés

Oui, il est impératif que le masque du dessus soit vraiment très ajusté pour que ça marche. Encore une fois, ici les attaches qui passent derrière la tête sont préférables aux élastiques qui s'accrochent aux oreilles. «Les rebords doivent vraiment coller au visage, explique John Volckens, ingénieur mécanique à la Colorado State University. Les gens qui s'y connaissent les attachent derrière la tête.»

Il se peut également, s'il y a trop de couches, que «le masque soit court-circuité» comme l'explique Linsey Marr, ingénieure à Virginia Tech et célèbre experte en contagion. Essayez un masque en tissu avec moins de couches puisque de toute façon, il y aura un masque chirurgical dessous.

Est-ce que mettre deux masques en tissu peut servir à quelque chose?

À moins que vous ne soyez bloqué quelque part avec deux masques en tissu trop fin, vous allez sûrement avoir le problème de l'épaisseur due à la superposition des couches et vous aurez du mal à respirer sans avoir le bénéfice du filtre du masque chirurgical.

Comment puis-je savoir que mon masque est correctement ajusté?

Voyez si vos lunettes s'embuent, conseille Volckens (faites le test avec des lunettes de soleil si vous n'avez pas de correction). Si c'est le cas, «ça veut dire que votre respiration sort du masque sur les côtés, pas à travers», explique-t-il. Une autre astuce: mettez tout en place et soufflez le plus fort possible. Si vous clignez des yeux, c'est que l'air monte au lieu de sortir, filtré, à travers le masque.

Franchement, c'est mission impossible

Volckens souligne qu'il existe des adaptateurs pour masque: ce sont des structures conçues sur mesure qui se placent autour de la bouche et s'attachent derrière la tête, ajustant étroitement le masque au visage.

Mais plus globalement, il est important de se rappeler que tout ce que vous envisagez en ce moment dans ce sens –porter un masque, chercher des moyens pour faire en sorte qu'il soit bien ajusté et filtre mieux– vous aide à rester en sécurité et à protéger les autres. Volckens a tout un graphique interactif sur les mérites comparés des bandanas, des cache-nez et des masques double épaisseur, entre autres. Ce qui en ressort c'est que n'importe quelle protection est toujours mieux que rien du tout.

Chercher à faire toujours mieux est à la fois une démarche utile et bonne et qui vaut la peine d'être entreprise. C'est particulièrement une bonne idée pour les gens qui ont le pouvoir d'œuvrer à nous fournir, à l'échelle du pays, de meilleurs masques. En revanche, ce qui ne serait pas utile, ce serait de laisser tomber sous prétexte que trouver la formule idéale est vraiment trop difficile. «Des masques en tissu de mauvaise qualité offrent quand même un bon degré de protection», assure Volckens.

Aux États-Unis, le CDC ne s'est mis que récemment à recommander de porter des protections plus sophistiquées qu'un masque en tissu double épaisseur bien ajusté, et seulement après que beaucoup, beaucoup, d'expert·es ont suggéré qu'une meilleure protection serait plus avisée. On essaie de rattraper le temps perdu et de faire de notre mieux!

J'ai vu des gens porter un masque en tissu par-dessus un N95 [FFP2]. À quoi ça sert?

Un N95 doit être bien ajusté pour être efficace, donc un masque en tissu peut aider à le faire tenir en place. Et cela peut contribuer à garder sa surface extérieure propre, ce qui permet de le réutiliser plus facilement et en courant moins de risque.

J'aimerais tant avoir un N95

Moi aussi, j'aimerais que vous en ayez un. «Ce serait idéal, si tout le monde portait un N95 correctement ajusté» explique Marr. Mais il est compliqué de se procurer un N95 qui ne soit pas une contrefaçon (Amazon n'est vraiment pas l'endroit idéal pour acheter des fournitures médicales). Et aux États-Unis, le CDC déconseille d'en porter parce que les soignants en ont besoin. «Le marché des masques est extrêmement troublant pour moi, et je suis un expert», déplore Leininger.

Trois personnes à qui j'ai parlé pour cet article ont spécifiquement utilisé le terme «Far Ouest». (Encore une fois, la situation que nous essayons de négocier est partie en vrille). Les KN95 –si vous pouvez vous en procurer–peuvent être une bonne solution ici, vu que la différence est principalement une question de certification (la principale différence est que les N95 ont des élastiques qui se fixent autour de la tête et que ceux des KN95 se passent derrière les oreilles, ce qui est moins sûr). Marr et d'autres expert·es ont laissé entendre que l'administration Biden devrait fournir aux Américains des masques de haute qualité, ainsi que des instructions claires sur la façon d'évaluer la qualité et l'ajustement des masques.

Mais ceci dit, débarrassez-vous de l'idée qu'il vous faut un N95. «Je ne suis pas sûre que dans un monde idéal, tout le monde porterait un N95 tout le temps» dit Leininger. Ces masques peuvent s'avérer inconfortables quand ils sont correctement portés et franchement superflus dans de nombreux cas, quand par exemple vous êtes en plein air où il vous est possible de garder facilement vos distances avec les autres. Même Marr explique qu'on peut atteindre des performances très proches de celles d'un N95 avec un masque en tissu bien ajusté et un filtre.

Je croyais que je n'étais pas censé porter des masques chirurgicaux à cause de la pollution qu'ils provoquent

Oui, la pollution causée par les masques est un problème. Si vous portez un masque chirurgical, coupez les élastiques avant de le jeter pour ne pas qu'ils finissent par étrangler des créatures marines, et assurez-vous qu'il atterrira bien à la poubelle et pas par terre dans la rue. Si vous ne voulez pas porter de masque chirurgical, vous pouvez toujours opter pour le masque en tissu avec filtre. Le filtre n'est pas lavable –cela réduirait son efficacité– donc lui finira à la poubelle, mais globalement ça fait quand même moins de déchets. Ceci dit, nous sommes en pleine pandémie. Portez un masque chirurgical.

Qu'y a-t-il d'autre que je fais de travers?

Leininger aimerait en profiter pour rappeler que l'hygiène des masques reste un problème. Elle raconte avoir vu, lors de l'investiture de Joe Biden, des dignitaires qui tripotaient leurs masques: «En tant que professeure de santé publique, j'avais envie de hurler!» C'est à cause de cette histoire de transmission de surface –nos masques protègent des gouttelettes chargées de coronavirus, donc il peut y avoir du coronavirus dessus, par conséquent il ne faut pas y toucher en vaquant à nos occupations.

Idéalement, dit Leininger, il faut les laver entre chaque utilisation. La transmission de surface n'est peut-être pas le plus gros risque, mais il existe et reste accompagné du conseil toujours valable de continuer à se désinfecter les mains.

Est-ce qu'il vaut mieux que j'évite d'aller au supermarché comme le préconise cet article de Vox?

«Et où êtes-vous censé faire vos courses?» répond Rasmussen. Certes, si faire vos achats en ligne est une option pour vous, c'est sans doute une bonne idée. Mais le principe, ce n'est pas que les choses qui comportaient peu de risques auparavant sont soudain devenues extrêmement risquées; c'est que s'il nous faut en effet limiter nos allées et venues et évaluer la qualité de nos masques, nous devons continuer à faire toutes ces choses. Certaines activités de base nous sont nécessaires pour vivre.

Newsletters

Fumer un joint pour s'endormir n'est pas une si bonne idée

Fumer un joint pour s'endormir n'est pas une si bonne idée

Une étude a établi un lien entre consommation de cannabis et troubles du sommeil.

Un vieux masque rangé dans son sac à main ou sa poche reste-t-il efficace?

Un vieux masque rangé dans son sac à main ou sa poche reste-t-il efficace?

Il est loin le temps où nous traitions nos masques en respectant scrupuleusement les règles indiquées par les spécialistes du Covid-19. Faut-il s'en inquiéter?

Cluster

Cluster

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio