Société / Économie

Une ferme survit à la crise en organisant des Zoom avec ses chèvres

Temps de lecture : 2 min

Visiblement un juteux marché non-exploré.

C'est vrai que c'est mignon. | Kaleb Tapp via Unsplash
C'est vrai que c'est mignon. | Kaleb Tapp via Unsplash

Habituellement, la ferme de Dot McCarthy, une fermière anglaise du Lancashire, accueille l’été des mariages et des voyages éducatifs. Son exploitation a donc été prise de court en avril dernier lorsque des mesures de confinement ont été imposées en Angleterre.

Avec tout le pays cloitré, le confinement a mis un net coup d’arrêt à ses revenus complémentaires. Pour plaisanter, la fermière a donc proposé sur le site de sa ferme une activité inédite: des appels en visio-conférence avec ses chèvres.

«C’était une idée comme ça, je sais que les gens aiment les chèvres et ce sont des animaux naturellement curieux, donc ils fixent la caméra et font les beaux», explique-t-elle au Manchester Evening News. Dès le lendemain, McCarthy est la première surprise de se rendre compte que sa boite mail a été inondée de 200 messages enthousiastes.

57.000 euros récoltés

Pour 5 pounds (5,70 euros) il est donc possible de passer cinq minutes avec la chèvre de son choix, sélectionnée parmi l'une des sept de la ferme. Pour le double, la chèvre peut manger devant la caméra une «note comestible» où aura été noté le message désiré.

Rapidement, la presse locale (et maintenant internationale) s’est emparée du sujet et les Zoom champêtres ont enregistré un succès croissant. Surement dopées par un cruel manque de plein air tout autour du monde, les demandes affluent non seulement d’Angleterre mais aussi de Russie, de Chine, d’Australie et de Nouvelle-Zélande. Certains reviennent même toutes les semaines.

Depuis avril dernier, McCarthy assure que sa ferme a ainsi pu réunir plus de 50.000 livres sterling (57.000 euros), ce qui, en plus d’utiliser pour l’agriculture la grange qui sert habituellement pour les mariages, lui a permis de conserver tout les emplois de son exploitation.

Newsletters

Les lycéens, favorables à une laïcité plus inclusive

Les lycéens, favorables à une laïcité plus inclusive

Une enquête de l'Ifop révèle une conception plus anglo-saxonne de la laïcité chez des jeunes, qui prônent avant tout une égalité entre les cultes.

La semaine imaginaire de Paul Bismuth

La semaine imaginaire de Paul Bismuth

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

Nalleli Cobo, l'ado qui fit plier une compagnie pétrolière

Nalleli Cobo, l'ado qui fit plier une compagnie pétrolière

À 19 ans, la jeune femme a déjà connu de belles victoires d'activiste... mais aussi le cancer.

Newsletters