Monde

Après la mort d'un bébé, l'église roumaine se divise sur ses pratiques de baptême

Temps de lecture : 2 min

Un enfant de six semaines est décédé à la suite d'un baptême où sa tête a été immergée dans l'eau.

L’archevêque roumain Theodosie Tomanitanul célèbre la messe, le 30 novembre 2020. | Daniel Mihailesco / AFP
L’archevêque roumain Theodosie Tomanitanul célèbre la messe, le 30 novembre 2020. | Daniel Mihailesco / AFP

Contrairement au baptême catholique où la tête du baptisé est généralement uniquement aspergée d'eau, dans la tradition orthodoxe c'est l'intégralité du corps qui est immergée trois fois dans les fonds baptismaux.

Si ça ne pose pas de problème pour les adultes, la pratique peut être dangereuse pour les enfants baptisés très jeunes. En témoigne une tragédie survenue récemment dans le nord-est de la Roumanie, où un enfant de six semaines est décédé d'un arrêt cardiaque juste après son baptême.

Après avoir été réanimé dans l'église, le bébé est mort quelques heures plus tard à l'hôpital, avec de l'eau dans les poumons. L'Église orthodoxe de Roumanie a déploré la tragédie et déclaré l'ouverture d'une enquête. Son porte-parole Vasile Bănescu a insisté sur le fait qu'un enfant plongé dans l'eau doit normalement «avoir son nez, sa bouche et ses oreilles couvertes».

60.000 signatures

Ces explications n'ont pas suffit à apaiser l'indignation de milliers de Roumains. Une pétition en ligne réclamant une régulation de la pratique a rapidement rassemblé plus de 60.000 signatures. Elle a reçu le soutien de certains membres hauts placés de l'Église du pays.

L'archevêque Calinic, qui siège sur l'archevêché d'Arges, a déclaré dans la presse roumaine qu'il souhaitait que l'Église enquête sur cette pratique et qu'il jugeait préférable que les bébés aient les pieds plongés dans l'eau et la tête simplement aspergée, ce que réclame la pétition.

Le journal Adevarul précise que le fils de Nicholas de Roumanie, héritier de l'ex-famille royale roumaine, a récemment été baptisé par Calinic de cette manière. Cependant, la position de l'archevêque d'Arges ne fait l'unanimité au sein de l'Église.

La BBC rapporte que Teodosie Petrescu, l'archevêque de Tomis et membre de la branche plus conservatrice de l'église, refuse toute modification: «Nous ne changerons jamais le rituel. Les canons de cette religion sont en place depuis 1.000 ans. Nous ne nous ferons pas intimider.»

Une enquête pour homicide involontaire a été ouverte par la police roumaine à l'encontre du prêtre ayant conduit le baptême incriminé.

Newsletters

La Chine en quête d'un nouveau baby boom

La Chine en quête d'un nouveau baby boom

Le taux de natalité n'a quasiment jamais été aussi bas.

Un ponte de la mafia italienne arrêté en pleine recherche d'emploi

Un ponte de la mafia italienne arrêté en pleine recherche d'emploi

Il semblait visiblement désireux de tourner la page et de retrouver le droit chemin.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 27 février au 5 mars 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 27 février au 5 mars 2021

Inculpation de 47 personnes à Hong Kong, enlèvement puis libération de 279 écolières au Nigéria et violences au Sénégal... La semaine du 27 février au 5 mars 2021 en images.

Newsletters