Monde

Berlusconi tiraillé par ses droites

Temps de lecture : 2 min

berlu
berlu

Silvio Berlusconi ne sait plus où donner de la tête et va devoir faire des choix entre ses alliés. La tension est à son comble avec Gianfranco Fini, son allié au sein du Peuple de la liberté (PdL) qui lui a posé un ultimatum lors d'un entretien jeudi:

Il a demandé à Berlusconi de choisir clairement: soit il continue de construire le PdL, soit il préfère privilégier ses relations avec Umberto Bossi.

Umberto Bossi, dirigeant de la Ligue du Nord, est le grand gagnant des élections régionales de mars dernier. Son parti conservateur et xénophobe a remporté les régions du Piémont et de Vénétie, redessinant le schéma politique italien. Si Berlusconi ressort vainqueur du scrutin, malgré la perte d'un million de voix, c'est grâce à son alliance avec la Ligue du Nord qui l'emporte en Vénétie et dans le Piémont. Celle-ci souhaite donc le retour de sa pièce et réclame des postes-clé.

Cela n'est évidemment pas du goût des alliés traditionnels du président du conseil italien. Gianfrano Fini, président de la chambre des députés et promoteur d'une droite moderne, se voit mis en difficulté par cet élément perturbateur venu de sa droite. Un article du Corriere Della Sera cite un communiqué des services de Gianfranco Fini:

Le Peuple de la liberté, que j'ai contribué à fonder, est un instrument essentiel (...), il doit être renforcé et non affaibli.

Selon un article de l'agence Ansa, il aurait d'ailleurs menacé, lors d'un repas du parti, de quitter le PdL pour fonder son propre groupe au Parlement:

Des sources issues du parti affirment que Fini a déclaré qu'il donnerait sa réponse à Berlusconi la semaine prochaine.

Son départ mettrait très certainement en péril le PdL, fondé il y a un an par le rapprochement de l'Alliance Nationale de Fini et le parti Forza Italia de Berlusconi.

[Lire l'article du Corriere de la Sera ici et celui de l'agence Ansa ]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: Silvio Berlusconi/Alessio85 via Flickr License CC by

À LIRE ÉGALEMENT SUR LES ÉLECTIONS ITALIENNES: Les scandales ne suffisent pas à faire tomber Berlusconi par Cesare Martinetti

Slate.fr

Newsletters

Quand le Canada était antisémite

Quand le Canada était antisémite

[Blog You Will Never Hate Alone] Le 7 novembre, Justin Trudeau s'est solennellement excusé pour l'attitude de son pays lors de la Seconde Guerre mondiale. Notamment visé, le refus par les autorités de l'époque de laisser entrer des juifs fuyant le nazisme.

La NRA s'en prend aux médecins qui soignent les blessés par balles

La NRA s'en prend aux médecins qui soignent les blessés par balles

Le lobby américain des armes est furieux qu'une association de médecins demande une plus grande régulation des armes à feu.

Guerre tiède

Guerre tiède

Newsletters