Sciences

Vous avez du mal à dormir dans un nouvel endroit? Tout se passe dans votre cerveau

Temps de lecture : 2 min

Les chercheurs appellent cela «l'effet de la première nuit».

L'effet de la première nuit, un phénomène scientifique. | Karlyukav via freepik
L'effet de la première nuit, un phénomène scientifique. | Karlyukav via freepik

Que ce soit dans un avion, une salle d'attente, ou même la première fois chez un ami, certaines personnes ont du mal à dormir dans des endroits inconnus. Certes, le confort peut manquer dans des espaces confinés et non conventionnels, comme une chaise rigide d'aéroport. Mais même les chambres d'hôtel les plus confortables et les plus douillettes représentent une bataille contre l'insomnie pour certains individus. Nous sommes beaucoup à avoir du mal à faire une bonne nuit de repos dans un nouvel endroit. Ce phénomène, connu sous le nom de «first-night effect» (FNE), ou «l'effet de la première nuit», touche de nombreux êtres humains et certains animaux. Mais que se passe-t-il exactement dans notre cerveau pendant ces premières nuits agitées?

Le cerveau à l'affût en cas de danger

Une étude de 2016 publiée dans Current Biology a révélé que lors d'une première nuit de sommeil dans un nouvel endroit, les hémisphères cérébraux ne s'endorment pas de la même façon. Habituellement, dans les lieux familiers, les côtés gauche et droit du cerveau s'endorment de la même manière. Cependant, lors d'une FNE, il y a une asymétrie entre les deux hémisphères. Le côté droit dort correctement et l'hémisphère gauche reste vigilant pour surveiller l'environnement non familier pendant la nuit. En bref, votre cerveau n'est pas encore tout à fait à l'aise avec le nouveau scénario. C'est pourquoi il reste en alerte toute la nuit, en gardant cette posture de survie.

Dans l'étude de 2016, l'équipe de recherche dirigée par Masako Tamaki a utilisé des techniques de neuro-imagerie avancées pour examiner le cerveau de onze volontaires. Il a étudié comment les ondes cérébrales réagissaient aux stimuli pendant le sommeil. Après avoir émis différents bruits, l'équipe a constaté que le côté gauche du cerveau réagissait différemment du côté droit. Les ondes électriques d'un électroencéphalogramme –un test qui détecte l'activité électrique dans le cerveau– se déplaçaient davantage sur le côté gauche. Au-delà de cette réaction, l'hémisphère gauche a également déclenché une action réveillant le corps plus rapidement. En résumé, si un prédateur vous atteint alors que vous dormez pour la première fois dans un environnement inconnu, c'est le côté gauche de votre cerveau qui vous réveillera pour que vous puissiez courir ou vous battre.

Après une ou deux nuits, le cerveau peut se détendre et se reposer, il s'est habitué au nouvel environnement. L'effet de la premiere nuit s'estompe alors. Cependant, d'autres études ont rapporté que le FNE pouvait continuer à perturber le sommeil des gens jusqu'à quatre nuits dans un endroit inhabituel.

Le FNE n'est pas un phénomène exclusivement humain. Certains animaux, comme les chiens, ont également du mal à dormir dans des endroits peu familiers, leur cerveau restant quelque peu alerte toute la nuit. D'autres espèces le font de façon un peu plus visible. Les oiseaux et les dauphins dorment littéralement avec un œil ouvert. Les êtres humains finissent par le faire de manière métaphorique. Nous ne dormons pas que d'un œil, mais l'un de nos hémisphères cerébraux reste aux aguets.

Newsletters

Une prise de sang pourrait permettre de savoir si on va développer une forme grave de Covid

Une prise de sang pourrait permettre de savoir si on va développer une forme grave de Covid

Les cas sévères de Covid-19 pourraient être liés à une réaction des individus à l'infection plutôt qu'au virus lui-même.

Le trou de la couche d'ozone est désormais plus grand que l'Antarctique

Le trou de la couche d'ozone est désormais plus grand que l'Antarctique

Une situation inquiétante que surveillent les scientifiques.

Lorsque des personnes sont captivées par la même histoire, leurs rythmes cardiaques se synchronisent

Lorsque des personnes sont captivées par la même histoire, leurs rythmes cardiaques se synchronisent

La distance n'a pas d'influence, à partir du moment où les individus restent concentrés sur le récit.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio