Société

À la recherche de l'impossible vérité

Temps de lecture : 3 min

[BLOG You Will Never Hate Alone] Dans l'affaire qui oppose Richard Berry à sa fille, nous voilà pris au piège de deux sentiments qui s'opposent: la compassion et la nécessité de préserver à tout prix la présomption d'innocence.

Richard Berry le 21 septembre 2017. | Lionel Bonaventure / AFP
Richard Berry le 21 septembre 2017. | Lionel Bonaventure / AFP

L'un des problèmes posé par les révélations faites par la fille de Richard Berry est que de nouveau nous voilà sommés de prendre parti dans une affaire qui ne nous concerne ni de près ni de loin. Pire, quelle que soit la nature de nos sentiments, ces derniers iront forcément à l'encontre d'un des deux principes qui sont au cœur même de notre humanité: la solidarité quasi instinctive avec la victime et la nécessité de clamer qu'une société qui s'assoierait sur le principe de la présomption d'innocence romprait son attachement à l'idée de civilisation telle qu'on l'entend depuis la nuit des temps.

C'est un principe inaliénable: quiconque se voit accusé sur la place publique de faits hautement répréhensibles, tant que cette personne conteste la version donnée par la partie adverse et jusqu'au jour de son jugement, cette personne demeure envers et contre tout rigoureusement innocente. Le problème étant que ce principe fondamental se heurte à la logique de la justice médiatique laquelle accuse, juge et condamne sans laisser à l'accusé la moindre chance de s'en sortir.

Quand bien même la justice finirait par le laver de tout soupçon, l'écume même de la dénonciation continuera à le poursuivre jusqu'à la fin de ses jours et même au-delà. Coupable ou innocent, il perdra tout: son honneur, sa réputation, l'essence même de sa vie. Certes, s'il est coupable, il n'aura eu que ce qu'il mérite. Mais s'il ne l'est pas? S'il s'avère que les faits qui lui étaient reprochés n'étaient que l'expression d'un trouble de la personnalité, d'une distorsion de la réalité, comment donc cette personne pourrait retrouver la sérénité de sa vie d'avant?

C'est ce qu'il y a de tragique et de douloureux dans ces affaires qui remontent si loin dans le passé. On sent bien que quel que soit le zèle mis par la justice -s'il n'y a pas prescription- ou même la qualité des témoignages recueillis, la vérité n'apparaîtra jamais dans toute sa clarté. On restera à jamais dans une zone grise, cette sorte de clair-obscur de l'intime où à la parole de l'un répondra la parole de l'autre sans qu'on puisse établir d'une manière certaine la véracité des propos tenus.

La victime supposée maintiendra ses dires, la personne accusée clamera son innocence, et nous malheureux public, nous resterons à contempler les uns et les autres s'agiter dans un dévoilement de la vie privée qui nous mettra singulièrement mal à l'aise. De ces deux individus qui s'affrontent sous nos yeux nous ne savons rien, nous ne pouvons rien savoir. À jamais l'assise de leur personnalité, la construction de leur relation, l'intensité de leur animosité, la profondeur de leur ressentiment, nous resteront nimbés de la lumière de l'équivoque.

À aucun prix, nous ne souhaiterons remettre en cause le témoignage de l'accusatrice. Le simple fait d'avoir pu être victime d'attouchements de nature sexuelle à un âge précoce nous la rendra d'emblée sympathique et suscitera notre indéfectible compassion. Par ce simple mécanisme de transfert qui fait que nous n'aurions aimé à aucun prix être à cette place, nous tairons en nous ce petit sifflement du doute qui chantonne au loin sa petite complainte.

Et l'accusé aura beau jeu d'aligner démentis sur démentis, de jurer sur tous les dieux de la terre sa parfaite innocence, il aura toutes les peines du monde à se faire entendre. Face à lui se dressera cette terrible assertion, ce syllogisme de l'évidence contre laquelle il ne pourra rien: pourquoi donc irait-on inventer pareils bobards? Quelle serait donc la personne assez dérangée pour se répandre en de pareilles accusations si elles n'étaient pas l'expression même de la vérité?

Évidemment, ce serait mal connaître le cœur humain et les impossibles conflits dans lesquels parfois il se débat. Ce serait aussi nier la complexité même de la nature humaine, les profondeurs où parfois elle plonge et s'agite, ces insondables mystères dont elle s'entoure quand elle agit d'une manière qui semble défier toute logique. De ces vertiges de l'âme prise aux pièges de ses propres contradictions naissent de temps à autre des drames dont nous ne saisirons jamais la logique interne, le cheminement intérieur.

Ces subtilités ne pèseront guère face à la gravité des accusations. La plupart du temps, elles seront même révoquées avec colère par ceux et celles qui se tiennent aux côtés de la victime. Comment osez-vous rajouter de la souffrance à la souffrance? Comment pouvez-vous remettre en cause la version de cette personne qui a déjà eu à souffrir autant dans la vie? Savez-vous seulement les dégâts occasionnés par ce genre de sévices, cette destruction de la personnalité qui empêche la naissance du bonheur?

Non, nous ne pouvons pas. Non, nous n'oserons pas. Non, nous ne savons pas.

Et c'est bien là tout le problème.

Pour suivre l'actualité de ce blog, c'est par ici: Facebook-Un Juif en cavale

Newsletters

Empreinte carbone

Empreinte carbone

«Est-ce que c'est juste pour le sexe de son côté?»

«Est-ce que c'est juste pour le sexe de son côté?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Anne, qui aimerait clarifier la nature de sa relation avec un homme affirmant ne pas vouloir s'engager.

Logan Nisin, les leçons d'une affaire terroriste d'ultra-droite

Logan Nisin, les leçons d'une affaire terroriste d'ultra-droite

Le parcours des six membres de l'OAS, dont le procès s'ouvre ce 21 septembre, témoigne d'une radicalisation violente symptomatique de ces groupes racistes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio