Culture

Un après-midi au McDo avec Daniel Johnston

Temps de lecture : 2 min

Dans le sérail du rock indépendant, il existe une poignée de personnalités fuyantes et incontrôlables. Il y a Anton Newcombe, le leader sociopathe du Brian Jonestown Massacre. Mais il y a surtout Daniel Johnston, ce génie bipolaire qui hante le paysage depuis près de 30 ans. Jeudi, avant de monter sur scène au Bataclan, le songwriter dysfonctionnel devait se plier au traditionnel exercice promotionnel, répondre à la presse. Comme d'autres journalistes, Pierre Siankowski, des Inrockuptibles, aurait dû être une victime collatérale. «Au départ c'est une interview qui aurait pu tout bonnement être annulée», écrit-il dès l'attaque de son article.

Au lieu de ça, Siankowski a de la chance. En regagnant son bureau, il reconnaît la silhouette de Daniel Johnston sur un trottoir:

Enormes baskets au pied, jogging noir un peu lycra, veste de cuir trois-quarts de flic un peu, et tête d'ahuri total, une cigarette collée au bec. Je lui parle? Il faudrait mais le type à l'air un peu bizarre. Il s'éloigne lentement, et puis je décide de le suivre.

Quand il finit par l'aborder, dans une supérette de la rue Saint-Sabin, le frère de l'artiste lui propose de les suivre. De leur hôtel aux bacs du Gibert Musique, en passant par un McDonald's, le journaliste cale ses pas dans ceux, hésitants, du gros Daniel. Ensemble, ils parlent de Queen, de tournées, de «quarter pounder with cheese»:

Il chantonne un truc en regardant par la fenêtre. Le taxi arrive à son hôtel, Daniel Johnston descend et me dit à ce soir. Dans quelques heures, il sera sur la scène du Bataclan.

Et Siankowski aura son bel article gonzo.

[Lire l'article sur le site des Inrocks]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo de une: Daniel Johnston / evilcabeza via Flickr CC License by

Slate.fr

Newsletters

Silence, on mange!

Silence, on mange!

Le cinéma français n’aime rien tant que casser la croûte. À tel point que la cuisine et la gastronomie sont devenues un élément central de ses chefs-d’œuvre. Ou de ses navets.

«La Fête des Mères», mais pas celle de l'engagement politique

«La Fête des Mères», mais pas celle de l'engagement politique

Le gentil film-catalogue de Marie-Castille Mention-Schaar, qui sort opportunément à quatre jours de la fête des mères, évite avec souplesse toute forme de prise de position politique.

Twin Peaks, le retour: la plus grande série du monde, du cosmos et de l'univers tout entier

Twin Peaks, le retour: la plus grande série du monde, du cosmos et de l'univers tout entier

[BLOG You Will Never Hate Alone] Je n'attendais rien des nouveaux épisodes de la série culte et j'étais un âne de penser de la sorte.

Newsletters