Société

Comment sont sélectionnées les candidatures pour le prix Nobel de la paix

Temps de lecture : 3 min

Plusieurs noms proposés pour le prix Nobel de la paix 2021, comme celui de Zineb El Rhazoui, ont suscité des interrogations quant à la sélection des candidatures.

La journaliste et militante des droits de l'homme franco-marocaine Zineb El Rhazoui a été proposée pour le prix Nobel de la paix 2021. | Jacques Demarthon / AFP

 
La journaliste et militante des droits de l'homme franco-marocaine Zineb El Rhazoui a été proposée pour le prix Nobel de la paix 2021. | Jacques Demarthon / AFP  

Comme chaque année, le 31 janvier marque la date limite à laquelle doivent être soumises les candidatures au prix Nobel de la paix. L'année 2021 ne déroge pas à la règle et, bien qu'ils soient souvent tenus secrets, quelques noms viennent d'être dévoilés, suscitant débats et incompréhension.

Si certains d'entre eux semblent plus ou moins faire l'unanimité, à l'instar du mouvement Black Lives Matter, d'un trio d'opposantes biélorusses et l'agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR), d'autres posent question. Parmi eux, la candidature de l'ex-président américain Donald Trump –déjà proposé à plusieurs reprises ces dernières années– et celle de son gendre et ancien conseiller, Jared Kushner.

En France, une nomination en particulier n'est pas passée inaperçue: celle de Zineb El Rhazoui, journaliste et militante anti-islamiste.

Sur Twitter, le débat fait rage. Certains soulignent son combat pour la liberté d'expression face à l'obscurantisme, d'autres rappellent que l'ex-journaliste de Charlie Hebdo avait notamment appelé la police à tirer à balles réelles dans les banlieues en 2019.

Au cœur des discussions, une question se pose: comment les candidatures pour le prix Nobel de la paix sont-elles choisies?

Des centaines de candidatures

Être candidat pour le prix Nobel de la paix n'est pas donné à tout le monde. Plusieurs règles strictes régissent une nomination pour cette récompense, qui, avec le Nobel de littérature, de chimie, de médecine et de physique, a vocation à récompenser depuis 1901 les hommes, les femmes ou les organisations œuvrant pour le progrès de l'humanité.

Tout commence à partir du mois de septembre de l'année précédant la remise du prix. À cette date, des dizaines de milliers de parlementaires, de professeures, de scientifiques, d'académiciennes et d'anciens lauréats du monde entier sont appelés à soumettre une candidature au Nobel de la paix.

Quelques règles s'imposent alors: personne ne peut soumettre son propre nom et l'identité des personnes non sélectionnées doit rester secrète cinquante ans après la remise du prix.

Toutes ces personnalités venues des quatre coins du globe ont jusqu'au 1er février pour soumettre le nom d'une personne ou d'une institution qui, selon elles, a œuvré en faveur de la paix. Si elles peuvent taire l'identité de leur choix, certaines n'hésitent pas à en informer le public, c'est pourquoi quelques candidatures sont connues à l'avance.

Celles-ci sont ensuite envoyées au Comité Nobel norvégien d'Oslo, composé de cinq membres nommés par le Storting –le Parlement norvégien. Chaque année, plus de 300 candidatures différentes sont examinées par le Comité et leurs conseillers, qui doivent préparer une liste restreinte de noms pour le mois de mars.

Il faut finalement attendre le mois d'octobre pour que le Comité Nobel choisisse le ou les lauréat·es (jusqu'à trois vainqueurs) du prix Nobel de la paix après un vote à la majorité.

Habitué aux controverses

Que ce soit à travers les candidatures ou bien les lauréat·es, le prix Nobel de la paix est régulièrement au cœur de controverses.

Il faut dire que depuis la création de ce prix, certaines propositions de noms contrastent quelque peu avec l'objectif annoncé. Pour ne citer qu'eux, l'on trouve parmi les candidats au Nobel de la paix le duce italien Benito Mussolini (1935), le dirigeant de l'URSS Joseph Staline (en 1945 et 1948), ainsi qu'Adolf Hitler –bien que cette proposition ait finalement été retirée.

Le prix s'est aussi attiré les critiques pour avoir récompensé des figures dont l'engagement en faveur de la paix est contestable.

C'est le cas notamment de Theodore Roosevelt (lauréat en 1906), fervent défenseur des négociations diplomatiques appuyées par une force militaire, ou encore d'Henry Kissinger (lauréat en 1976), secrétaire d'État américain au moment de l'opération Condor, également accusé d'avoir soutenu des dictatures d'extrême droite pendant la guerre froide.

Plus récemment, c'est la Birmane Aung San Suu Kyi (lauréate en 1991), qui a fait les gros titres après avoir été mise en cause dans le génocide contre les Rohingyas. Les prix attribués à Yasser Arafat (1994), leader palestinien, et Barak Obama (2009), alors à peine élu à la tête des États-Unis, ne sont pas non plus passés inaperçus.

Finalement, le prix Nobel de la paix n'est pas à une contradiction près et il n'y a qu'à regarder son origine pour comprendre pourquoi cette récompense suscite toujours des débats explosifs: son créateur, Alfred Nobel, a inventé la dynamite.

Newsletters

Comment j'ai arrêté de gaspiller de l'essuie-tout dans la cuisine

Comment j'ai arrêté de gaspiller de l'essuie-tout dans la cuisine

La découverte des torchons suédois a changé ma vie.

Pierre et vacance

Pierre et vacance

Une entreprise offre 35.000 euros pour fumer de la weed pendant un an

Une entreprise offre 35.000 euros pour fumer de la weed pendant un an

Vous aurez même le droit à des congés payés.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters