Santé

Montrer des images de malades permet-il de convaincre des dangers du Covid-19?

Temps de lecture : 2 min

Selon une nouvelle étude, les chiffres restent probablement plus convaincants que les images.

Malgré le nombre important de victimes du Covid-19, il reste parfois difficile de convaincre certaines personnes des dangers du virus. | Markus Winkler via Unsplash
Malgré le nombre important de victimes du Covid-19, il reste parfois difficile de convaincre certaines personnes des dangers du virus. | Markus Winkler via Unsplash

Malgré le nombre de victimes du Covid-19 qui ne cesse d'augmenter, il reste parfois difficile de convaincre certaines personnes des dangers de ce virus. Selon Sarah Elizabeth Lewis, historienne de l'art à Harvard, la pandémie ne nous changera que si «elle pénètre dans nos cœurs et nos esprits. Les images nous forcent à affronter ce qui est épouvantable».

Pour le magazine Scientific American, Nathan Ballantyne, professeur de philosophie à l'université Fordham, et Jared Celniker, candidat à un doctorat en psychologie à l'université de Californie à Irvine, se sont interrogés sur le pouvoir de persuasion qu'ont les images choquantes liées à la maladie sur des personnes qui doutent des dangers du Covid-19.

Dans le cadre de leur recherche, ils ont souhaité comprendre si montrer des photographies d'individus sévèrement impactés par le virus pourrait être une solution pour parvenir à persuader les sceptiques des dangers du Covid-19.

Un réel pouvoir de conviction?

En décembre 2020, les deux chercheurs ont montré à 510 participants plusieurs images liées à la pandémie actuelle. Parmi elles, des photographies de membres du personnel soignant en train de soulever des corps dans des housses mortuaires vers des semi-remorques réfrigérées, par exemple. Les spécialistes ont remarqué que la plupart des individus interrogés n'avaient finalement pas modifié la façon dont ils évaluaient la menace du Covid-19, après avoir été face à des images pourtant choquantes.

Seuls certains participants, qui associaient déjà le virus à une terrible menace, ont été encore davantage persuadés des dangers du Covid-19 après avoir vu les photographies. Au contraire, les personnes qui, au début de l'enquête, doutaient des risques liés au virus, n'ont pas particulièrement changé d'opinion après. Les chercheurs en ont finalement conclu que les images paraissaient moins inquiétantes pour les individus qui ne se sentaient pas ou peu menacés par le Covid-19.

Pourtant, l'utilisation d'images choquantes semble parfois avoir un pouvoir de conviction. Par exemple, comment se fait-il que beaucoup de personnes se disent troublées en voyant des images repoussantes qui représentent les dégâts de la cigarette sur notre corps? Selon les auteurs de l'étude, la dynamique est différente. Lorsque des photographies de dents abimées et de poumons malades sont imprimées sur des paquets de cigarettes, elles rappellent les dangers de fumer qui sont déjà connus par tout le monde. Au contraire, les dangers du Covid-19 sont encore débattus et certaines personnes ne croient pas en la menace de ce virus.

Selon les deux spécialistes, si des images peuvent renforcer des arguments convaincants, elles n'ont pas nécessairement de pouvoir de persuasion. La meilleure façon reste peut-être donc de continuer à utiliser des mots et des statistiques pour convaincre, et faire changer d'avis celles et ceux qui ne croient pas suffisamment aux dangers du Covid-19.

Newsletters

La dépense calorique des coureurs du Tour de France en équivalent Big Mac

La dépense calorique des coureurs du Tour de France en équivalent Big Mac

Le Tour 2022 arrive en France… Vingt-et-une étapes cette année, au cours desquelles les coureurs parcourront plus de 3.400 kilomètres. Voici l'estimation de l'incroyable quantité d'énergie qu'ils vont brûler.

Covid-19: le sous-variant BA.5 est bien là et risque de cogner fort

Covid-19: le sous-variant BA.5 est bien là et risque de cogner fort

La situation épidémique actuelle en France suscite des inquiétudes pour l'été à venir. Il est donc temps de prendre des mesures.

Ses médecins lui donnaient un an à vivre, son cancer du sein disparaît lors d'un essai clinique

Ses médecins lui donnaient un an à vivre, son cancer du sein disparaît lors d'un essai clinique

Touchée par une forme agressive de la maladie, Jasmin David s'est tournée vers un hôpital spécialisé en dernier recours.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio