Santé / Culture

Les fans des films de zombies ont été mieux préparés à la pandémie

Temps de lecture : 2 min

Ils auraient moins souffert psychologiquement que les autres depuis le début de la crise sanitaire.

Lorsque l'on compare les films de zombies à la pandémie du Covid-19, certaines ressemblances sont frappantes. | Zorik D via Unsplash
Lorsque l'on compare les films de zombies à la pandémie du Covid-19, certaines ressemblances sont frappantes. | Zorik D via Unsplash

Si vous êtes fan des films de zombies, vous réagissez probablement mieux que les autres à la pandémie actuelle. En effet, d'après une nouvelle étude, les personnes qui apprécient et regardent régulièrement des films d'horreur, et particulièrement ceux qui racontent des histoires de zombies, souffrent moins de détresse psychologique depuis le début de la crise du Covid-19.

Lorsque l'on compare ce type de films à la pandémie actuelle, certaines ressemblances sont frappantes. D'après Coltan Scrivner, étudiant-chercheur à l'université de Chicago spécialisé dans l'étude de la psychologie de l'horreur et auteur de la nouvelle étude, «les apparitions de zombies sont presque par définition des pandémies».

En effet, dans les œuvres de fiction, des zombies contaminent des personnes ordinaires et les transforment en zombies. Les individus qui n'ont pas encore été infectés vivent alors dans la peur d'être contaminés, et essayent à tout prix de se protéger, de ne pas croiser le chemin de prédateurs. Depuis plusieurs mois, dans le monde entier, on essaie aussi de se protéger contre le virus du Covid-19, qui se transmet de personne en personne.

De la fiction à la réalité

L'équipe de recherche derrière la récente étude assure que la ressemblance entre la fiction et la réalité est très surprenante. Après avoir fait passer divers tests de psychologie et de personnalité à 300 participants, les universitaires ont finalement conclu que les personnes qui aiment les films d'horreur, surtout ceux de zombies, pourraient avoir été mieux préparées sur le plan matériel à la pandémie.

Coltan Scrivner explique que les adeptes de ce genre cinématographique «avaient le sentiment de savoir ce qu'il fallait acheter pour survivre à la pandémie, et que les conséquences de la pandémie ne les avaient pas pris par surprise». Ils feraient aussi preuve de davantage de résilience et auraient moins souffert psychologiquement depuis le début de la crise.

Cela veut-il dire que nous devrions tous et toutes nous mettre à regarder des films d'horreur pour mieux survivre à la pandémie actuelle? La solution n'est peut-être pas si simple. «Je ne suis pas certain que regarder ce genre de films maintenant soit utile dans le cadre de la situation actuelle», répond le psychologue John Johnson. Il explique toutefois que cela pourrait permettre de se préparer à faire face aux futurs défis majeurs que la vie nous réserve. Commencer à regarder des films de zombies pourrait donc nous préparer psychologiquement pour les prochains obstacles de notre vie.

Newsletters

Le syndrome du cœur brisé touche de plus en plus de femmes

Le syndrome du cœur brisé touche de plus en plus de femmes

Une tendance qui pourrait s'être d'autant plus accélérée avec la pandémie.

Le décalage horaire, un enfer à vivre

Le décalage horaire, un enfer à vivre

[BLOG You Will Never Hate Alone] Depuis que je suis rentré au pays après un long voyage en avion, j'erre comme un somnambule atteint de paralysie mentale.

Une épidémie de maladie rénale pourrait se propager avec le changement climatique

Une épidémie de maladie rénale pourrait se propager avec le changement climatique

Les reins sont responsables de l'équilibre hydrique de l'organisme, ce qui les rend particulièrement sensibles aux températures extrêmes.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio