Culture

Les différences entre «La Chronique des Bridgerton» de Netflix et les livres

Temps de lecture : 7 min

Les romans de Julia Quinn ont servi de source d'inspiration, mais la réalisatrice Shonda Rhimes a pris bon nombre de libertés avec le récit d'origine.

Daphné et Simon, personnages principaux de la série. | Capture d'écran via YouTube
Daphné et Simon, personnages principaux de la série. | Capture d'écran via YouTube

Les huit épisodes de la première saison de La Chronique des Bridgerton, sur Netflix, se déroulent à peu près durant la même période de temps que Daphné et le duc, premier livre de la série de Julia Quinn. Cependant, la série produite par Shonda Rhimes emprunte aussi des éléments aux sept autres livres de la série… et prend bon nombre de libertés avec le récit d'origine.

Nous avons recensé ci-dessous les principaux changements. Inutile de dire que cet article contient donc de nombreuses révélations sur l'intrigue qui pourraient vous en gâcher le visionnage (ou, pour le dire autrement: spoiler alert!).

Une histoire alternative

La Chronique des Bridgerton imagine un Londres en 1813 sans racisme, avec une aristocratie ethniquement diversifiée, que l'on ne trouve pas dans les livres.

Deux des personnages principaux, qui sont vraisemblablement blancs dans les livres, sont interprétés par des acteurs noirs: Simon Basset (dont Quinn ne cesse de mettre en avant les yeux d'un «bleu glacier»), qui est joué par Regé-Jean Page et Lady Danbury, interprétée par Adjoa Andoh.

Golda Rosheuvel interprète la reine Charlotte. | Capture d'écran via YouTube

La Chronique des Bridgerton offre cependant une explication à ce casting, en attribuant cette diversité des classes élevées de la société au mariage du roi George III et de la reine Charlotte. Il existe des spéculations autour de la véritable reine Charlotte, qui pourrait avoir eu des ancêtres africains.

La série a décidé de prendre cela comme un fait, en choisissant l'actrice noire Golda Rosheuvel pour l'interpréter et lui attribuant le mérite d'avoir diversifié la composition raciale de la haute société britannique en attribuant des titres et des terres à d'autres personnes de couleur.

Daphné, «sans défaut»?

Phoebe Dynevor en Daphné Bridgerton. | Capture d'écran via YouTube

La Chronique des Bridgerton s'ouvre sur la quatrième fille Bridgerton (l'aînée des filles de la famille) alors qu'elle est sur le point d'être présentée devant la reine. Cette dernière la déclare «sans défaut», ce qui va avoir pour conséquence d'en faire ce que Lady Whistledown appelle le «diamant de la saison»: recherchée par les hommes et enviée par les femmes.

Daphné a de nombreux prétendants, mais ils sont tous repoussés par Anthony, son grand frère très protecteur. Cela conduit Daphné à entamer une fausse relation avec Simon Basset, le duc de Hastings, afin de se redonner encore un peu plus de prestige.

Dans les livres, Daphné a des difficultés à trouver un bon parti.

Dans Daphné et le duc, c'est la deuxième année que Daphné se trouve sur le marché du mariage et elle est loin d'être le «diamant de la saison». Elle a des difficultés à trouver un bon parti, car la plupart des hommes éligibles la voient plutôt comme une amie. Elle refuse quatre propositions pour des raisons d'âge ou d'incompatibilité, y compris Nigel Berbrooke (qui est plus bête que vraiment méchant dans les livres, même si Daphné le frappe tout de même dans les deux cas).

Enfin, il est certain qu'elle n'a jamais eu de relation avec un prince, comme c'est le cas dans la série.

Les autres Bridgerton

Anthony (qui est bien plus raisonnable au sujet de sa sœur dans les livres qu'à l'écran) et Benedict ont tous deux des relations amoureuses dans La Chronique des Bridgerton qui sont basées sur des personnages peu importants des livres.

Benedict (à g.) et Anthony. | Captures d'écran via YouTube

Siena Rosso est ainsi inspirée de Maria Rosso, la chanteuse d'opéra qui attire l'attention d'Anthony dans le deuxième livre, Le Vicomte qui m'aimait, même si leur relation ne devient jamais aussi intense que dans la série. Madame Delacroix, la couturière qui simule un accent français, est un personnage original de la série.

La première saison se termine sur la séparation d'Anthony et Siena, mais il sera intéressant de voir ce qu'il advient de la nouvelle relation de Benedict, en sachant qu'il a une relation amoureuse tout autre dans le tome 3, Benedict.

Simon, vraiment bègue?

Les détails sur l'enfance de Simon sont fidèles au livre: il n'a commencé à parler qu'à l'âge de 4 ans et son père avait honte de son bégaiement. Cependant La Chronique des Bridgerton accorde à Lady Danbury un plus grand rôle dans son éducation en faisant d'elle une amie proche de sa mère, qui chapeaute son éducation. Dans le livre, ce rôle est attribué à sa nourrice, Mme Hopkins.

Dans la série, Simon a aussi un penchant pour la boxe qu'il n'affiche pas dans les livres. Ses amis Will et Alice Mondrich sont des personnages entièrement nouveaux.

Regé-Jean Page en Simon Basset, et Adjoa Andoh en Lady Danbury. | Captures d'écran via YouTube

La scène du «viol»

Le drame fondamental du couple Simon-Daphné est le même dans Daphné et le duc et la série: Daphné veut des enfants mais Simon a fait la promesse à son père mourant qu'il serait le dernier de sa lignée. Simon déclare à Daphné qu'il ne peut avoir d'enfant, mais cette dernière ne sachant pas exactement comment les bébés se conçoivent, elle ne s'aperçoit pas que c'est parce que Simon se retire qu'elle ne peut avoir d'enfant.

Dans les livres, l'ordre des évènements et la scène en elle-même sont très différents (et encore plus gênants).

Aussi, lorsque Daphné apprend la vérité, elle attend de coucher à nouveau avec lui pour le chevaucher et l'empêcher de se retirer alors qu'il lui demande deux fois d'attendre (une scène qui a suscité bon nombre de controverses). Les deux discutent alors de la supercherie de Simon.

L'ordre des évènements et la scène en elle-même sont très différents (et encore plus gênants) dans le roman de Quinn. D'abord Daphné confronte Simon à ce qu'il a fait et elle refuse de coucher à nouveau avec lui, ce à quoi il répond en menaçant de la violer et en lui rappelant qu'elle est «à lui» avant de la laisser seule. Plus tard, il revient la voir dans sa chambre, ivre, et alors qu'il est à moitié endormi, elle profite de la situation pour le forcer à éjaculer en elle.

Il faut aussi remarquer qu'à ce moment, Simon a très bien compris que Daphné ne sait pas comment on fait les bébés, alors que dans la série il dit avec insistance qu'il n'avait pas idée de l'étendue de son ignorance.

Les Featherington

Dans les livres, Lady Featherington est déjà veuve, alors que dans La Chronique des Bridgerton, son mari est vivant et accro au jeu. Il finit toutefois (apparemment) par mourir à la fin de la première saison, laissant sa famille dans une délicate situation financière.

Cela offre aussi à la série un cliffhanger qui n'est pas dans les livres: qui héritera du domaine du baron Featherington après sa mort? À en juger par la réaction de Lady Featherington, quelqu'un qui ne lui plaît pas.

Lady Featherington. | Capture d'écran via YouTube

Marina Thompson, un destin tragique

La pauvre Marina n'est pas vraiment mieux lotie dans les livres qu'à l'écran. Dans la série, elle est une cousine des Featherington qui est envoyée à Londres en dépit de son amour pour un soldat, George Crane, dont elle porte secrètement l'enfant.

Lorsqu'il cesse de répondre à ses lettres, Marina se retrouve obligée de trouver rapidement un homme à épouser afin de sauver sa réputation. N'y parvenant pas, elle tente, sans succès, d'avorter.

Elle finit par découvrir que si George ne répond plus à ses lettres, c'est parce qu'il est mort et non parce qu'il la rejette, comme Lady Featherington lui a fait croire. Marina reçoit finalement une proposition en mariage du frère de George, mais il la fait par honneur et non par amour. Lorsque nous la voyons pour la dernière fois, elle s'en va à contrecœur vivre sa nouvelle vie avec Sir Phillip Crane.

Lady Featherington et Marina Thompson, jouée par Ruby Barker. | Capture d'écran via YouTube

Dans les livres, Marina a effectivement épousé un certain Sir Phillip Crane après la mort du frère de ce dernier. Toutefois, nous n'avons pas l'occasion de faire vraiment connaissance avec le personnage de Marina puisqu'elle est déjà morte, suicidée, dès le cinquième livre, Éloïse, dans lequel Sir Phillip entame une relation épistolaire avec Éloïse. Et il apparaît clairement, lorsqu'Éloïse part rejoindre Sir Phillip, que ce dernier lui en veut d'avoir souffert de ce que les lecteurs modernes identifieront facilement comme une longue dépression chronique.

Un tel destin est déjà triste lorsqu'il est réservé à un personnage que l'on n'a jamais rencontré, mais vu le temps que nous avons déjà passé avec Marina, ce mariage malheureux et cette mort tragique semblent bien trop sombres pour un genre de fiction dans lequel les héroïnes finissent normalement par vivre heureuses jusqu'à la fin de leurs jours. Aussi, il sera intéressant de voir ce que les prochaines saisons lui réservent.

Ajoutons que, dans les livres, elle n'est pas liée aux Featherington. C'est une lointaine cousine des Bridgerton.

L'identité de Lady Whistledown

Les livres La Chronique des Bridgerton gardent le secret sur l'identité de Lady Whistledown jusqu'au quatrième tome, Colin. Aussi, la grande révélation à la fin de la première saison de la série est plutôt surprenante, même s'il s'agit de la même personne.

L'abeille de fin

La première saison de La Chronique des Bridgerton s'achève sur une image qui a pu étonner les personnes qui n'ont pas lu les livres: la caméra s'éloigne du jeune couple et de leur nouveau-né pour se concentrer sur… une abeille qui vient se poser sur le rebord de la fenêtre. Étrange!

Cette abeille est un clin d'œil au deuxième livre, Anthony, dans lequel les abeilles –oui, les abeilles– jouent un rôle important et parfois tragique dans la vie d'Anthony Bridgerton. Je ne peux pas en dire plus sans trop en révéler, mais ne vous inquiétez pas, l'héroïne ne va pas quitter son homme pour une abeille, comme dans un certain film, et le héros ne va pas non plus se prendre pour une abeille, comme dans un certain autre film.

Newsletters

«Au vieux pays de mes pères», un podcast qui invite à questionner l'histoire familiale

«Au vieux pays de mes pères», un podcast qui invite à questionner l'histoire familiale

Dans ce documentaire en quatre volets produit par Binge Audio, Thomas Rozec tente de découvrir la vérité sur le supposé passé collaborationniste de son arrière-grand-père breton.

Dans les comics, les gros sont rarement des super-héros

Dans les comics, les gros sont rarement des super-héros

Il s'agit soit de super-héros en crise existentielle, soit de super-vilains, soit de personnages secondaires... Quand leur surpoids n'est pas simplement le super-pouvoir qui les caractérise.

Celui où Anais et Marie font leur (clip) show

Celui où Anais et Marie font leur (clip) show

En attendant le grand retour d'AMIES la semaine prochaine, on vous propose un épisode un peu spécial, dans la grande tradition de Friends. Voici donc un clip show avec les meilleurs moments des onze premiers épisodes d'AMIES entrecoupés de...

Newsletters