Monde

Dans la peau d'un déporté du goulag

Temps de lecture : 2 min

deportation day
deportation day

Travail forcé, interrogatoires musclés, privation de libertés. Les apparences peuvent être trompeuses, mais vous êtes bien dans un parc d'attraction. Deportation Day («journée de déportation»), ouvert en janvier 2010, se veut entre le musée et le parc de loisir, plongeant les touristes dans l'univers d'un déporté du goulag.

S'il existe plusieurs parcs dédiés à la déportation à l'époque communiste, un article publié sur le site de France24 s'intéresse particulièrement au Deportation Day de Vilnius en Lituanie, financé par la Commission européenne:

Deportation Day ("journée de déportation") est conçu comme une leçon d'histoire en situation, un parcours réalisé grâce aux témoignages de victimes des goulags staliniens. Rencontre avec des agents du KGB ou avec un médecin qui vous hurle des ordres en russe, interrogatoires musclés: la mise en scène plonge le touriste quatre heures durant dans un de ces camps par lequel des millions de citoyens soviétiques sont passés.

Principal cible de ce projet: «les jeunes générations européennes». Sur son site, y est décrit l'expérience qu'ils vont vivre:

Les jeunes européens ont perdu leur identité en enfilant des tenues de prisonniers avec des numéros. Ils ont passé 4-5 heures dans le camp stalinien, travaillant dans la forêt, préparant le feu et leur repas, essayant de survivre aux interrogations du KGB et de s'échapper du camp. La journée de chaque groupe termine par l'annonce de la mort de Staline et une amnistie.

[Lire l'article de France24 ici]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: © deportation day

Slate.fr

Newsletters

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

La Nasa n’arrête pas de perdre des trésors inestimables

Perdus, volés ou vendus, des équipements historiques ont échappé au fil du temps au contrôle de l’agence spatiale.

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

Comme les milieux religieux, la communauté tech est très divisée sur le phénomène Bolsonaro. Sur le point d'être élu grâce aux réseaux sociaux, il ne sera pas forcément pour autant un président favorable aux nouvelles technologies.

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

La Chine croule sous le poids de ses vélos flottants abandonnés

En Chine, l’industrie du vélo en libre-service est si florissante que des milliers de bicyclettes fanent aux quatre coins des villes.

Newsletters