Monde

Dans la peau d'un déporté du goulag

Temps de lecture : 2 min

deportation day
deportation day

Travail forcé, interrogatoires musclés, privation de libertés. Les apparences peuvent être trompeuses, mais vous êtes bien dans un parc d'attraction. Deportation Day («journée de déportation»), ouvert en janvier 2010, se veut entre le musée et le parc de loisir, plongeant les touristes dans l'univers d'un déporté du goulag.

S'il existe plusieurs parcs dédiés à la déportation à l'époque communiste, un article publié sur le site de France24 s'intéresse particulièrement au Deportation Day de Vilnius en Lituanie, financé par la Commission européenne:

Deportation Day ("journée de déportation") est conçu comme une leçon d'histoire en situation, un parcours réalisé grâce aux témoignages de victimes des goulags staliniens. Rencontre avec des agents du KGB ou avec un médecin qui vous hurle des ordres en russe, interrogatoires musclés: la mise en scène plonge le touriste quatre heures durant dans un de ces camps par lequel des millions de citoyens soviétiques sont passés.

Principal cible de ce projet: «les jeunes générations européennes». Sur son site, y est décrit l'expérience qu'ils vont vivre:

Les jeunes européens ont perdu leur identité en enfilant des tenues de prisonniers avec des numéros. Ils ont passé 4-5 heures dans le camp stalinien, travaillant dans la forêt, préparant le feu et leur repas, essayant de survivre aux interrogations du KGB et de s'échapper du camp. La journée de chaque groupe termine par l'annonce de la mort de Staline et une amnistie.

[Lire l'article de France24 ici]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo: © deportation day

Newsletters

Le végétarisme se réimplante en Afrique

Le végétarisme se réimplante en Afrique

En retournant aux sources de la nourriture africaine, certains restaurants du continent espèrent répondre aux défis sanitaires et environnementaux auxquels leurs pays font face.

Vous ne savez pas vraiment ce que signifie le «posh» britannique

Vous ne savez pas vraiment ce que signifie le «posh» britannique

Le terme «posh» séduit les étrangers, mais seuls les Britanniques savent qu'il tient plus de l'insulte que du compliment.

Le complotisme à l'origine de l'antisémitisme noir aux États-Unis

Le complotisme à l'origine de l'antisémitisme noir aux États-Unis

La région de New York connaît une vague de violences antisémites inspirée non pas par les suprémacistes blancs mais par des mouvements nationalistes noirs.

Newsletters