Égalités / Société

En Angleterre, les colis alimentaires destinés aux enfants pauvres provoquent un tollé

Temps de lecture : 3 min

Certaines familles ont reçu des paquets si indigents qu'une députée se demande si quelqu'un essaie de se faire de l'argent sur le dos des familles défavorisées.

Les images du contenu des colis font peine à voir. | Yash Sachapara via Unsplash
Les images du contenu des colis font peine à voir. | Yash Sachapara via Unsplash

L'Angleterre est strictement confinée et les écoliers doivent rester chez eux. Outre la difficulté de faire l'école à la maison et de tenter de télétravailler tout en s'en occupant, il y a pour les parents des familles défavorisées un souci supplémentaire: les nourrir.

Ordinairement, le système anglais prévoit que les enfants dont les familles ont de grandes difficultés financières bénéficient de repas gratuits à l'école, mesure qui concerne environ 1,7 million d'entre eux. Or, plus d'école, plus de repas.

Le gouvernement britannique a trouvé la parade et propose une alternative: ces familles bénéficieront désormais d'un colis alimentaire contenant suffisamment de nourriture pour répondre aux besoins d'un enfant pendant une semaine, soit l'équivalent de cinq repas de cantine, d'une valeur totale de 15 livres.

Dans de nombreux cas, c'est Chartwells, filiale de l'entreprise de restauration collective Compass habituellement chargée de la restauration scolaire, qui a envoyé des colis alimentaires. Problème: ceux-ci ont suscité un tollé très vite relayé sur Twitter.

Comme le raconte le Financial Times, des mères de famille indignées ont publié la photo du contenu du colis destiné à leurs enfants. L'image d'un paquet de pain de mie, deux patates, trois pommes, une tomate solitaire, deux bananes mal portantes, une boîte de haricots, quelques tranches de «fromage» et cinq grignotages censés nourrir un enfant pendant une semaine fait plutôt peine à voir, d'une part pour son insuffisance flagrante et d'autre part parce que de toute évidence, le compte n'y est pas. Les internautes ont calculé que loin des 15 livres qu'est censé valoir ce colis, ces victuailles coûteraient moins de 6 livres au supermarché du coin.

Angela Rayner, la cheffe de l'opposition au Parlement britannique, est montée au créneau: «Dans quelles poches atterrit l'argent destiné aux repas scolaires gratuits? Qui profite du fait que nos enfants affamés se voient pourvus de repas honteusement inadaptés?» et a invité les familles qui les recevaient à la contacter directement par mail.

Conséquence de la précipitation

La Harris Federation, qui gère cinquante écoles au Royaume-Uni, a déclaré qu'elle cessait de distribuer les colis alimentaires de Chartwells et qu'elle les remplacerait par des bons d'achat alimentaires. Marcus Rashford, joueur du club Manchester United engagé dans la cause des besoins alimentaires des enfants défavorisés, a pris la parole sur les réseaux sociaux pour dénoncer la situation.

«Trois jours de nourriture pour une famille... ça ne suffit pas.» (Précision: le colis est destiné à nourrir un enfant, pas une famille entière.)

Le ministère de l'Éducation a déclaré qu'il s'était penché sur le problème. La ministre de l'Enfance et de la Famille Vicky Ford a rencontré le directeur de Chartwells et déclaré avoir été «assurée» que l'entreprise prenait des mesures pour que la qualité des colis alimentaires distribués aux familles soit plus appropriée. L'entreprise a reconnu qu'elle était responsable du contenu de ces colis, mais que ce raté était la conséquence de la précipitation avec laquelle tout le système d'élaboration et de distribution avait dû être mis au point, ayant été prévenue trop tardivement de l'imposition du confinement et de la fermeture des écoles.

«Dans le cadre de nos efforts pour fournir des milliers de colis alimentaires par semaine dans un délai extrêmement court, nous regrettons sincèrement que les quantités n'aient pas été à la hauteur dans ce cas», a-t-elle déclaré.

En réaction, d'autres internautes ont publié les images du contenu des colis qu'eux avaient reçus pour montrer, comme ici au Pays de Galles, que la mission n'était finalement pas impossible.

Newsletters

L'expérience du racisme rend-elle malade?

L'expérience du racisme rend-elle malade?

Aux États-Unis, plusieurs études statistiques font le lien entre expérience du racisme et problèmes de santé.

Testez vos connaissances en écriture inclusive avec une dictée d'Eddy de Pretto

Testez vos connaissances en écriture inclusive avec une dictée d'Eddy de Pretto

Rendez-vous en ligne le 6 avril à 18h30.

La rémunération du travail domestique, un nouveau casse-tête juridique?

La rémunération du travail domestique, un nouveau casse-tête juridique?

L'idée d'une indemnisation des tâches ménagères et de l'éducation des enfants fait son chemin. Mais elle soulève de nombreuses questions pour le législateur.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters