Culture

Vingt nouvelles séries qu'on a hâte de découvrir en 2021

Temps de lecture : 10 min

Cette année, le binge-watching sera notre seul salut.

Avec, entre autres, WandaVision, Little Birds, The Good Lord Bird, En Thérapie. | Captures d'écran via Youtube / Montage Slate.fr
Avec, entre autres, WandaVision, Little Birds, The Good Lord Bird, En Thérapie. | Captures d'écran via Youtube / Montage Slate.fr

Alors que les lieux d'art et de culture continuent d'attendre une réouverture de plus en plus lointaine, les séries télé sont l'un des rares refuges auxquels il est encore possible d'avoir accès. Et heureusement, dans la masse toujours exponentielle de nouveautés, les petites pépites abondent. Après une année 2020 perturbée, les prochains mois nous offriront le retour de certaines excellentes séries comme Succession, Servant, Search Party ou encore Insecure. Mais 2021 sera aussi l'occasion de découvrir de nouvelles œuvres, pour certaines très attendues. Petit tour d'horizon.

«The Good Lord Bird» (Canal+)

Créée, produite et incarnée par Ethan Hawke, cette série est disponible sur Canal+ depuis quelques jours. Elle raconte comment John Brown, un abolitionniste blanc excentrique et pétri de bonnes intentions, a constitué une petite armée de rebelles et donné naissance aux préludes de la guerre civile américaine. Avec un ton irrévérencieux et parfois volontairement anachronique, la série se moque ouvertement du côté très «white savior» de son héros, et adopte le point de vue d'un jeune esclave qui se retrouve embarqué dans cette quête malgré lui.

«WandaVision» (Disney+)

Après Star Wars, Disney+ s'attaque à une autre franchise culte pour poursuivre sa percée dans l'univers des séries: Marvel. Une stratégie un peu cynique pour attirer plus d'abonnés vers la très jeune plateforme, mais le pitch et la bande-annonce de WandaVision sont assez alléchants pour nous laisser tenter. La mini-série se concentre sur la relation de Wanda et Vision (Elizabeth Olsen et Paul Bettany) alors qu'ils s'installent dans une petite banlieue américaine et essaient de dissimuler leurs pouvoirs. Inspirée des sitcoms classiques comme Ma Sorcière bien aimée et I Love Lucy, WandaVision a tout d'un ovni sériel et devrait rafraîchir l'univers Marvel (les retours des critiques américaines sont, pour le moment, très positifs). Les deux premiers épisodes sortent le 15 janvier et ce ne sera pas la seule production Disney+ autour de personnages Marvel, puisqu'on va aussi avoir droit à Falcon and the Winter Soldier (sortie prévue le 19 mars) et Loki, deux autres séries où des fan favorites de la saga Infinity reprennent leurs rôles.

«Nine Perfect Strangers» (HBO)

David E. Kelley et Nicole Kidman sont instoppables. Après Big Little Lies et The Undoing, voici un nouveau projet à base de mystères, de drame et, on l'espère, de très beaux costumes. Adaptée d'un roman de Liane Moriarty (oui, encore!), la série suit neuf inconnus qui participent à une retraite de santé de luxe. Et côté casting, on aura droit comme d'habitude à une belle part de gratin, puisque Melissa McCarthy, Michael Shannon, Regina Hall, Bobby Cannavale ou encore Samara Weaving seront de la partie.

«Station Eleven» (HBO Max)

On attendait déjà l'année dernière cette adaptation du superbe roman d'Emily St. John Mandel, mais la pandémie en a décidé autrement. Alternant entre passé et présent post-apocalyptique, le livre raconte le destin de plusieurs personnages après… une pandémie mondiale. Oui, on sait, ça ne vend peut-être pas du rêve à l'heure actuelle, mais comme The Leftovers, Station Eleven est un récit mélancolique qui contourne les attentes du genre, et propose plutôt une réflexion sublime sur la résilience à travers l'art, même dans les moments les plus sombres. Le tournage de la série a enfin pu démarrer avec un peu de retard, et on a bon espoir de la découvrir cette année. D'autant plus que les rôles principaux seront incarnés par Mackenzie Davis (Halt and Catch Fire, Terminator Dark Fate) et Gael Garcia Bernal.

«Gossip Girl» (HBO Max)

Qu'on se le dise: on n'en peut plus des reboots, des suites et des prequels de séries cultes. Mais en 2021, après un enchaînement d'événements historiques tous plus sombres et inquiétants les uns que les autres, une suite de Gossip Girl et une nouvelle génération de jeunes lycéens riches, frivoles et insupportables ne représenteraient-elles pas notre seul salut? C'est en tout cas ce qu'on peut espérer. Et puis, on a toujours hâte de retrouver Kristen Bell, qui reprendra son ancien rôle en incarnant la voix off de Gossip Girl.

«Conversations entres amis» (BBC 3)

Après Normal People, la BBC s'attèle à l'adaptation de l'autre best-seller de Sally Rooney, Conversations entre amis, l'histoire de deux jeunes étudiantes et de leurs relations avec un couple d'artistes plus âgés. Ici aussi, l'intrigue est minimaliste et plus intéressée par les rapports humains, la sexualité, les tensions de classe et la santé mentale que par un excès de rebondissements. La série sera réalisée par Lenny Abrahamson, à qui l'on doit la première moitié de Normal People, et Alice Birch, qui avait co-écrit la série phénomène, reviendra aussi au scénario –Sally Rooney a la casquette de productrice exécutive. Pas de date de sortie pour l'instant, mais on a hâte que la série sauve notre sixième confinement comme sa prédécesseure l'avait fait lors du premier.

«The Dropout» (Hulu)

En 2015, Elizabeth Holmes était considérée comme la plus jeune self-made milliardaire aux États-Unis par le magazine Forbes, grâce à son entreprise Theranos. Cinq ans plus tard, la trentenaire est ruinée et poursuivie pour fraude par la justice américaine. C'est l'ascension puis la chute fulgurantes de Holmes que The Dropout, basée sur un podcast du même nom, va raconter. Kate McKinnon, célèbre pour ses talents comiques dans Saturday Night Live, va interpréter l'anti-héroïne dans ce projet très attendu.

«En thérapie» (Arte)

BeTipul, la version originale israélienne, et In Treatment, son adaptation américaine, faisaient incontestablement partie des meilleures séries des années 2000. Le principe: un psychologue rencontre des patient·es différents à chaque épisode. Cette année, la France reprend le flambeau avec sa propre version développée par le duo Toledano & Nakache (Intouchables), et franchement, ça tombe bien, parce qu'on a tous besoin d'une thérapie en ce moment. Au casting, on retrouvera Frédéric Pierrot dans le rôle du psy, et sur son divan, un parterre de stars parmi lesquelles Mélanie Thierry, Reda Kateb, Pio Marmaï ou encore Clémence Poésy. Hasard du calendrier, HBO sortira également son propre remake américain cette année, avec Uzo Aduba dans le rôle de la psy.

«The Nevers» (HBO)

Cela fait de nombreuses années qu'on attend le prochain projet télévisuel de Joss Whedon, le créateur génial de Buffy contre les vampires, Firefly, ou encore Dollhouse. Malheureusement, ce ne sera pas pour cette fois, car le scénariste qui devait servir de showrunner à The Nevers a récemment abandonné le projet. Qu'à cela ne tienne, la série, censée suivre un gang de femmes aux pouvoirs extraordinaires à l'ère victorienne, nous fait toujours autant envie. Avec d'anciennes scénaristes de Buffy et l'ancienne productrice de Game of Thrones, Bernadette Caulfield, à la barre, on attend du lourd.

«Colin in black and white» (Netflix)

Après Selma, 13th ou encore Dans leur regard, Ava DuVernay continue son parcours de réalisatrice et productrice aussi prolifique qu'engagée pour une meilleure représentation de l'histoire afro-américaine à l'écran. Dans ce nouveau projet de série docu-fiction, elle racontera ainsi les années lycée du futur footballeur Colin Kaepernick, connu pour son engagement contre le racisme et les violences policières.

«Reservation Dogs» (FX)

Cette comédie sur un groupe de jeunes Amérindien·nes dans une zone rurale de l'Oklahoma est co-écrite par Sterlin Harjo, qui puise ici dans sa propre adolescence, et Taika Waititi, premier Maori oscarisé à qui l'on doit Thor: Ragnarok et Jojo Rabbit. C'est la deuxième série du Néo-Zélandais pour la chaîne américaine FX après la déjantée What We Do In The Shadows. Le reste de la writer's room est exclusivement composé de scénaristes amérindiens. Une petite révolution pour la télé américaine.

«Cowboy Bebop» (Netflix)

Cowboy Bebop, c'est avant tout une série animée japonaise culte sur une équipe de chasseurs et chasseuses de primes qui voyagent à bord d'un vaisseau spatial en 2071. Le western de l'espace va être adapté en live-action par Netflix avec une première saison de dix épisodes. Mais le plus enthousiasmant dans cette histoire (en tous cas pour tous ceux qui ne connaissent pas l'œuvre originale), c'est que John Cho a été casté dans le rôle principal. L'occasion pour l'acteur, qu'on a pu admirer dans Star Trek et Searching, d'enfin avoir un rôle de star à la télé.

«Scènes de la vie conjugale» (HBO)

Une adaptation de l'œuvre vénérée d'Ingmar Bergman, avec Jessica Chastain et Oscar Isaac dans les rôles principaux, diffusée sur HBO… On ne va pas se mentir, ce projet ressemble presque à une parodie de série «peak TV». Mais il ne faut pas oublier que Scènes de la vie conjugale, à la base, était une mini-série –qui plus est, une excellente mini-série. On est donc prêtes à oublier toute méfiance, juste pour cette fois, et on a hâte de découvrir le résultat.

«Le Seigneur des Anneaux» (Amazon)

On l'attend depuis 2017, quand Amazon avait racheté les droits du Seigneur des Anneaux pour la modique somme de 250 millions de dollars. Heureusement, la série (dont on ignore encore le titre définitif) ne va pas revisiter la trilogie originelle de Tolkien, déjà parfaitement adaptée au cinéma par Peter Jackson. On ne sait pas encore grand-chose de l'intrigue, mais l'action devrait se dérouler pendant le Deuxième Âge de la Terre du Milieu, à l'époque de Sauron et des anneaux de pouvoir. Amazon mise énormément sur cette série au potentiel épique digne de Game of Thrones et a déjà commandé une deuxième saison avant même que la première ne soit prête. Le tournage qui, comme les films, a lieu en Nouvelle-Zélande, a été interrompu par la pandémie début 2020 mais a pu reprendre en septembre. On croise donc les doigts pour pouvoir enfin retrouver la Terre du Milieu sur nos écrans cette année.

«Little Birds» (Starzplay)

Créée par Sophia Al Maria, cette série s'inspire librement du recueil de nouvelles érotiques d'Anaïs Nin, Les Petits Oiseaux. L'action se situera à Tanger dans les années 1950, et suivra entre autres la charismatique Juno Temple dans le rôle d'une jeune ingénue américaine. Entre les décors somptueux et la distribution alléchante (Amy Landecker, Rossy de Palma, Matt Lauria), autant dire qu'on a très hâte.

«Halston» (Netflix)

Si elle a été fructueuse pour ce qui est du nombre de séries produites, la collaboration entre Ryan Murphy et Netflix laisse pour l'instant à désirer niveau qualité –The Politician, Hollywood et Ratched étant au mieux anecdotiques, au pire, franchement bancales. On espère que les choses vont changer avec Halston, le nouveau projet de Murphy, une mini-série de cinq épisodes sur la vie du styliste américain du même nom, figure légendaire du Studio 54, mort du sida en 1990. C'est Ewan McGregor qui incarnera le rôle principal. Le tournage a déjà commencé et Ryan Murphy a affirmé que la série serait «graphique» et «un récit édifiant sur la célébrité, la drogue et le sexe». Tout un programme!

«Ripley» (Showtime)

Après Le talentueux Mr Ripley, film culte des années 1990 avec Matt Damon dans le rôle-titre, le personnage inventé par l'écrivaine Patricia Highsmith revient sur nos écrans, incarné cette fois-ci par l'exceptionnel Andrew Scott (Fleabag, Sherlock). Escroc et serial killer, Ripley est l'un des anti-héros les plus célèbres de la pop culture et si on en a parfois un peu marre de l'obsession de la télé prestige pour les charmants sociopathes, on doit avouer qu'on attend Ripley avec impatience. D'autant que la production Showtime sera écrite et réalisée par Steven Zaillian, à qui l'on doit la très bonne mini-série The Night Of.

«Inventing Anna» (Netflix)

Anna Delvey, de son vrai nom Anna Sorokina, est une arnaqueuse qui a prétendu être une riche héritière allemande pour escroquer des membres de la haute société new yorkaise. Condamnée en 2019 pour grand banditisme, escroquerie, et crime organisé, son histoire a été racontée dans un article du New York Magazine qui l'a transformée en sorte de phénomène culte sur internet. C'est cet article que la série Netflix adapte. Produite par Shonda Rhimes, la mini-série est en partie réalisée par David Frankel (Le Diable s'habille en Prada), avec un casting mené par Julia Garner (Ozark, The Americans), Anna Chlumsky (Veep) et Laverne Cox (Orange is the New Black).

«Fondation» (Apple TV+)

Après des années de développement, et un projet de Jonathan Nolan (Westworld) avorté par HBO, cette adaptation de l'œuvre culte d'Isaac Asimov verra enfin le jour chez Apple en 2021, avec David S. Goyer aux manettes. Ce récit de science-fiction ambitieux a toujours paru difficile à transposer à l'écran, mais les premières images nous en ont mis plein la vue, et depuis, on n'attend rien de plus que d'être transportées dans le futur avec Jared Harris et Lee Pace.

«The Underground Railroad» (Amazon)

Prenez l'un des meilleurs romans américains de ces dernières années, confiez son adaptation à l'un des réalisateurs contemporains les plus talentueux et vous obtenez le projet télé le plus enthousiasmant de 2021. Le livre de Colson Whitehead, qui a été couronné d'un prix Pulitzer et d'un National Book Award, raconte l'histoire de deux esclaves qui fuient une plantation de Géorgie en empruntant un réseau de routes ferroviaires clandestines. Il est ici adapté en mini-série par Barry Jenkins, à qui l'on doit les magnifiques Moonlight et If Beale Street Could Talk. On n'a pas encore de date de sortie mais le tournage s'est conclu en septembre 2020, on a donc bon espoir de découvrir très vite la série.

Newsletters

Depuis deux ans, j'écoute en boucle la musique de Gustav Mahler

Depuis deux ans, j'écoute en boucle la musique de Gustav Mahler

[BLOG You Will Never Hate Alone] C'est comme une maladie, un sortilège, un envoûtement auquel je ne peux ni ne veux me soustraire.

«Ça me rappelle Woodstock»: mais qui sont ces vieux que vous croisez en festival électro?

«Ça me rappelle Woodstock»: mais qui sont ces vieux que vous croisez en festival électro?

Pourquoi ne pourrions-nous pas faire la fête jusqu'à la fin de notre vie? Si la musique électronique est victime d'un sacré paquet de clichés, les plus de 65 ans aussi.

Quatre lumières tamisées pour le début de l'automne

Quatre lumières tamisées pour le début de l'automne

«La Voix d'Aïda» de Jasmila Žbanić, «Tout s'est bien passé» de François Ozon, «La Troisième Guerre» de Giovanni Aloi et «Stillwater» de Tom McCarthy attirent l'attention parmi les pléthoriques sorties de la semaine.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio