Monde

Jake Angeli, sous le costume, le néo-nazi

Temps de lecture : 4 min

On l'a découvert le 6 janvier lors des émeutes pro-Trump et de l'envahissement du Capitole. Ce militant QAnon ultra est devenu le symptôme d'une démocratie américaine en perdition.

On est loin de l'habituel uniforme paramilitaire ou d'inspiration sudiste des militants trumpistes. | Capture d'écran via BFMTV
On est loin de l'habituel uniforme paramilitaire ou d'inspiration sudiste des militants trumpistes. | Capture d'écran via BFMTV

Les images sont hallucinantes. Le Capitole envahi par une foule bigarrée, drapeau des Confédérés à la main, casquette «Make America Great Again» sur la tête, treillis, passe-montagnes noirs sur le visage. Certains sont suréquipés (on frémit en pensant à des preppers armés). D'autres, hilares, ont les pieds sur le bureau de la Speaker Nancy Pelosi… Tous ou presque sont blancs. L'un d'eux arbore même un T-shirt marqué «Auschwitz».

Dans cette anarchie totale, un homme attire tous les regards. Avec sa fourrure de renard sur la tête, son casque qui semble emprunté à un Viking de pacotille et ses tatouages tribaux, il est vite reconnu par les observateurs avertis de la mouvance QAnon: il s'agit de Jake Angeli, 32 ans, militant pro-Trump venu d'Arizona. Depuis des mois, l'homme est de toutes les manifestations alt-right, s'affichant même avec Rudy Giuliani et se répandant sur Facebook. Angeli répond aussi affablement aux interviews des journalistes, dénonçant, en vrac, les mensonges des médias et des banques, un gigantesque complot pédo-sataniste, le clonage ou le deep state –bref, les marottes de cette mouvance d'extrême droite qui a fait de Donald Trump son champion. Rien de nouveau sous le soleil QAnon.

Ce qui est assez nouveau, en revanche, ce sont les codes choisis par Jake Angeli pour se mettre en scène dans la foule des militants: costume digne d'un Village People traînant sur Hollywood Boulevard, torse nu tatoué malgré l'hiver, cornes Viking… Un vrai déguisement. On est loin de l'habituel uniforme paramilitaire ou d'inspiration sudiste des militants trumpistes. Ce qui n'a pas manqué de taper dans l'œil des photoreporters présents au Capitole, qui l'ont mitraillé. Jake donnant le change, façon kermesse de fin d'année. Normal, Angeli est acteur et doubleur de cinéma à ses heures perdues, comme l'affirme sa fiche sur un site professionnel, repérée par des internautes (supprimée depuis).

Aubaine médiatique

Pour Jake Angeli, toute cette agitation dans le Capitole est évidemment une aubaine médiatique. Son accoutrement vaguement folklorique, façon Jamiroquai (le chanteur proche de la nature des années 1990) le rendrait presque sympathique. Si son couvre-chef en poil de renard (ou est-ce du coyote?), emprunte largement au mythe populaire de Davy Crockett, ce vieux trappeur du temps de la conquête de l'Ouest, le look de Jake nous fait aussi penser à ces vieux grigous que l'on aperçoit en zappant mollement tard le soir sur RMC Découverte… La famille Brown, vous connaissez? En version française mal doublée cela s'appelle «Génération Alaska» et c'est un show qui met en scène une famille américaine tentant de survivre dans cet état inhospitalier. Au programme de cette télé-réalité (douze saisons, quand même): de la pêche à la truite, du coupage de bois et… de bien belles bacchantes.

Bref, une célébration de l'esprit pionnier cher au cœur des Américains conservateurs, comme sait si bien le faire la télé américaine. Dans les années 2010, «Duck Dynasty», autre émission devenue un canon du genre (diffusion en France sur Planète +), suivait les aventures de rednecks fabricants d'appeaux à canard dans le sud des États-Unis (oui, ça intéresse des gens).

Inoffensif? En 2013, pourtant, la chaîne A&E suspend le contrat du patriarche sudiste Phil Robertson, après une interview dans laquelle il avait tenu des propos racistes et homophobes. Soutenu par la Républicaine Sarah Palin, ancienne gouverneure de l'Alaska et candidate à la vice-présidence en 2008, Phil sera finalement réintégré. On ne sait pas si Jake Angeli est fan de ces émissions, une chose est sûre, avec sa coiffe de survivaliste, il est devenu en une nuit le nouveau visage grand public des thèses complotistes QAnon. Et accessoirement, un mème.

Une collection de symboles néo-nazis

Tout cela pourrait prêter à sourire. Mais à y regarder de plus près, certains détails de l'accoutrement de celui qui se fait surnommer le «shaman QAnon» inquiètent. Comme ce crâne rasé, mais surtout ce casque à cornes, façon Viking. Dans les croyances nordiques, Odin (ou Wotan, en vieux haut allemand), dieu des morts et de la victoire, était souvent représenté avec un tel casque, ou dans une version ailée. Les mouvances suprémacistes blanches américaines ont très largement récupéré cette imagerie, la mâtinant d'autres influences, façon gloubiboulga idéologique. On l'a vu en août 2017, dans les rangs des manifestants d'extrême droite à Charlottesville, où symboles nazis classiques comme la croix de fer ou la svastika côtoyaient des logos plus cryptés comme le tétraèdre (emprunté à la culture germanique) ou la lettre grecque «lambda» (allusion aux fiers guerriers de Sparte).

Sur la poitrine d'Angeli, de curieux tatouages attirent aussi l'œil. Trois triangles noirs (un valknut), un marteau de Thor et un Yggdrasil, un arbre monde –soit trois emprunts à la culture nordique, mais aussi trois symboles très en vogue chez les néo-nazis américains. Sur internet, on trouve à portée de clics des boutiques qui proposent le nécessaire pour des soirées plus ou moins fascisantes: sweats en lettrage gothique et slogans en allemand, treillis camouflage, etc. Difficile pourtant de savoir s'il s'agit de simple fans d'heroic fantasy et de la série Vikings, ou de véritables identitaires white power, tant les codes se mélangent.

Après cette nuit de chaos, Jake Angeli est lui devenu une vedette de réseaux sociaux. Il pourra peut-être se reconvertir dans la télé-réalité, qui sait? On connaît bien une ex star de la real-tv devenue président des États-Unis…

Newsletters

Concurrence

Concurrence

Tolkien, visionnaire, se souciait déjà des réfugiés climatiques

Tolkien, visionnaire, se souciait déjà des réfugiés climatiques

L'acuité de la fiction de l'écrivain britannique nous permet de réfléchir au sort actuel des réfugiés environnementaux.

C'est quoi exactement la charia?

C'est quoi exactement la charia?

Ce terme ne renvoie littéralement qu'à un concept vague de voie divine. La charia peut aussi bien être interprétée de façon moyenâgeuse que libérale selon les personnes qui s'en emparent. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio