Monde

Lech Kaczynski «pire président de la Pologne»

Slate.fr, mis à jour le 14.04.2010 à 14 h 05

Photo: Lech Kaczynski en 2007, REUTERS/Bogdan Cristel

Photo: Lech Kaczynski en 2007, REUTERS/Bogdan Cristel

Un avertissement précède l'article, comme pour inciter d'autant plus à le lire.

Ce papier n'est pas politiquement correct. Sa lecture pourrait causer des dommages chez certaines personnes. Si vous le lisez malgré tout, cela n'engage pas ma responsabilité.

Jean Quatremer se veut sans langue de bois pour parler de la mort du président polonais, Lech Kaczynski, dans l'avion qui s'est écrasé avec à son bord plus de 80 personnalités politiques. Dans son blog Les coulisses de Bruxelles, Quatremer s'exaspère de voir que la disparition du chef de l'Etat -devenue véritable tragédie nationale- suscite une émotion qui semble faire oublier qui était, selon lui, le véritable Kaczynski:

Une partie des hommages qui sont rendus au défunt président sont proprement incroyables, comme si la mort avait transfiguré cet homme réactionnaire, sectaire, eurosceptique, brutal en véritable icône alors qu'il a été le pire président que la Pologne n'ait jamais eu.

Le journaliste, spécialiste des questions européennes pour Libération, n'est pas tendre avec l'ancien chef de l'Etat «dernier représentant d'une certaine Pologne rancie, crispée, réactionnaire (rejet de l'avortement, refus de reconnaître des droits aux homosexuels, etc.)».

Une antipathie qui doit certainement beaucoup à l'eurosceptisme de Kaczynski, qui passe mal avec l'ardent défenseur de la construction européenne qu'est Jean Quatremer. Celui-ci évalue la politique européenne de l'ancien président et de son frère Jaroslaw, qui fut Premier ministre comme une «attitude de rejet» et d'une «méfiance atavique à l'égard de l'Allemagne équilibrée par leur haine à l'égard de la Russie». Et d'accuser les jumeaux Kaczynski d'avoir fortement handicapé les négociations du Traité de Lisbonne en 2007. Pas de cadeau non plus pour Jaroslaw Kaczynski qu'il ne souhaite surtout pas voir à la tête du pays, «celui-ci étant encore bien pire que son jumeau».

«Politiquement incorrect», il avait prévenu. Son article tient ses promesses:

La mort a des vertus qui ne laissent de m'étonner. (...) A son corps défendant, Lech aura finalement été plus grand dans sa mort que dans sa vie.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

À LIRE ÉGALEMENT SUR LA POLOGNE: Katyn: une tragédie polonaise de plus dans la forêt hantée... et Premières images du crash de l'avion du président polonais

Photo: Lech Kaczynski en 2007, REUTERS/Bogdan Cristel

 

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte