Monde

Nestlé, Ferrero... nouvelles révélations sur l'huile de palme et le travail d'enfants

Temps de lecture : 2 min

L'huile de palme utilisée par de grandes marques serait liée au travail d'enfants, effectué dans des conditions dramatiques.

Une jeune Indonésienne travaille dans une zone de plantation d'huile de palme à Pelalawan, sur l'île de Sumatra en Indonésie, le 16 septembre 2015. | Adek Berry / AFP
Une jeune Indonésienne travaille dans une zone de plantation d'huile de palme à Pelalawan, sur l'île de Sumatra en Indonésie, le 16 septembre 2015. | Adek Berry / AFP

L'huile de palme est au coeur d'un nouveau scandale suite à une enquête de l'agence de presse américaine Associated Press (AP). La production de cette huile végétale, déjà décriée pour être responsable d'importantes déforestations, est assurée grâce au travail d'enfants en Indonésie et en Malaisie. En bout de chaîne, cette huile se retrouverait dans des produits alimentaires de grandes marques, dont Nestlé, Ferrero et Kellogg's.

Dans son enquête, AP rapporte l'histoire d'Ima, une jeune fille de 10 ans, qui récolte les fruits du palmier à huile dans l'une de ces plantations en Indonésie. Elle a été forcée de quitter l'école pour aider ses parents dans leur labeur et ramasse désormais ces fruits parfois pendant 12 heures par jour, sans chaussures ni gants. Son rêve? Retourner à l'école.

Au total, des dizaines de milliers d'enfants travaillent, à l'instar d'Ima, dans ce type de plantation en Indonésie et en Malaisie -pays qui, à eux seuls, fournissent 85% de la production mondiale d'huile de palme. Ce travail s'effectue souvent dans des conditions terribles. Les enfants sont notamment exposés à des produits chimiques toxiques, ne vont pas à l'école, et certains d'entre eux doivent faire face à des violences sexuelles et des pratiques relevant de l’esclavage.

En analysant le chemin emprunté par ces fruits et en étudiant les registres des douanes américaines ainsi que les récentes données publiées par les producteurs, les commerçants et les acheteurs de cette huile, l'Associated Press a ainsi découvert que plusieurs grandes marques la comptent dans leur chaîne d'approvisionnement. Parmi les noms cités, l'on retrouve également Unilever et PepsiCo.

Les États-Unis interdisent les importations de Malaisie

Suite, entre autres, à ces révélations, les États-Unis ont décidé de réagir. Dans leur viseur: l’un des plus grands producteurs malaisiens, Sime Darby.

Le 30 décembre 2020, le pays a ainsi annoncé l'interdiction des importations d'huile de palme et des produits à base de cet oléagineux en provenance de Sime Darby Plantation, évoquant le travail des enfants et les conditions de vie de ses travailleur·euses, qui subissent notamment des violences sexuelles et physiques.

En outre, l'huile de palme, qui reste l’huile la plus consommée dans le monde, est également responsable de vastes opérations de déforestation qui entraînent la disparition de certaines espèces, dont les orangs-outans.

Newsletters

La Chine en quête d'un nouveau baby boom

La Chine en quête d'un nouveau baby boom

Le taux de natalité n'a quasiment jamais été aussi bas.

Un ponte de la mafia italienne arrêté en pleine recherche d'emploi

Un ponte de la mafia italienne arrêté en pleine recherche d'emploi

Il semblait visiblement désireux de tourner la page et de retrouver le droit chemin.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 27 février au 5 mars 2021

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 27 février au 5 mars 2021

Inculpation de 47 personnes à Hong Kong, enlèvement puis libération de 279 écolières au Nigéria et violences au Sénégal... La semaine du 27 février au 5 mars 2021 en images.

Newsletters