Politique / Monde

Les plus belles bourdes du mandat Trump, de l'humour à deux balles aux fake news

Temps de lecture : 17 min

Cinq années d'inepties, collectées par deux journalistes américains, pour achever en beauté l'année de tous les trumpismes.

Donald Trump, lors du match de football annuel Army-Navy, à West Point (État de New York), le 12 décembre. | Brendan Smialowski / AFP
Donald Trump, lors du match de football annuel Army-Navy, à West Point (État de New York), le 12 décembre. | Brendan Smialowski / AFP

D'une certaine façon, la présidence de Donald Trump a pris fin le 7 novembre. C'est ce jour-là que les médias ont annoncé que la Pennsylvanie, et par conséquent, l'élection de 2020, revenait à Joe Biden.

C'est également le jour où Trump a tweeté que son équipe de campagne tiendrait une conférence de presse au Four Seasons à Philadelphie, suivi d'un rectificatif où il précisait qu'il s'agissait du Four Seasons Landscaping, une jardinerie située en bordure de la ville entre un sex-shop et un crématorium. Oui, l'équipe de campagne a ensuite prétendu qu'elle avait réservé ce lieu-là exprès.

Donc non, nous ne pouvons pas être certains qu'elle avait en réalité eu l'intention de tenir son événement au Four Seasons Hotel (événement durant lequel Rudy Giuliani a fait des déclarations épouvantablement malhonnêtes et fantaisistes sur la fraude électorale), et qu'elle s'est trompée en réservant une jardinerie qui n'avait rien à voir à la place.

Mais on a notre petite idée.

Rudy Giuliani s'exprime lors de la conférence de presse au Four Seasons Landscaping, le 7 novembre, à Philadelphie. | Chris McGrath / Getty Images North America via AFP

Dans de nombreuses années, quand le moment de raconter cette époque sera venu, les étudiants et les amateurs d'histoire apprendront les mensonges, la corruption, l'enrichissement personnel et les abus de Trump. Ce dont ils ne pourront sans doute pas se rendre compte –et ce qui est compliqué à comprendre même maintenant–, c'est le degré de stupidité de toute la période.

Le président a préconisé à la nation de s'injecter de l'eau de javel pendant une pandémie; son équipe a modifié au marqueur la trajectoire prévue d'un ouragan sur un document officiel pour aider le président à sauver la face après la publication d'un tweet erroné. Il y a eu les lave-vaisselle qu'il fallait faire tourner dix fois, aussi. Les piles de feuilles vierges que la Maison-Blanche a fait passer pour des documents importants. Il y a très très longtemps, Trump a déclaré qu'il était un «génie très stable.» Aujourd'hui, cette phrase semble presque normale. Mais sérieusement: c'est une blague?

Pendant presque cinq ans, nous avons réuni ce genre d'anecdotes agrémentées de notes pour plus tard –notes qui, lorsque nous les avons parcourues le mois dernier après la défaite de Trump, nous ont semblé ressembler moins à l'histoire d'une présidence qu'au journal intime d'un malade mental. Il nous a fallu repartir en arrière pour leur donner un sens et faire correspondre nos gribouillis déments à des événements qui se sont réellement produits dans la vraie vie. Nous vous les présentons ici.

Les critiques avancent parfois que les mauvais tweets et l'humour à deux balles du président sont calculés exprès pour détourner l'attention de ses politiques controversées et de son comportement criminel. Nous ne pensons pas que ce soit le cas dans les anecdotes présentées ici. Il s'agit des plus absurdes des phénomènes tragicomiques de la période, des inepties les plus anecdotiques d'une époque noyée dans la stupidité à grande échelle.

Ce sont les déclarations, les doléances et les justifications les plus déconcertantes d'un président qui n'a jamais, au grand jamais, fait son travail –les lésions les plus profondes des années où le cerveau de l'Amérique a été réduit à l'état de bouillie. Nous les partageons ici non pas pour que vous vous les rappeliez, mais pour que vous puissiez, enfin, vous sentir libre d'oublier un tout petit peu les quatre années qui viennent de s'écouler.

Le médecin malgré lui

14 décembre 2015: En décembre 2015, au milieu des interrogations sur ce que CNN qualifiait de «manque d'exercice régulier qu'il admet lui-même et un régime alimentaire complaisant», son équipe de campagne publie une attestation d'un médecin visant à certifier son bon état de santé.

Malgré la promesse de Trump, l'année précédente, de publier «un certificat médical complet», le Dr Harold Bornstein atteste simplement dans une courte lettre que les résultats d'analyse de Trump sont «incroyablement excellents», que sa «force physique» est «extraordinaire» et que, selon lui, il ne fait pas «le moindre doute» que «jamais aucun candidat n'aura été élu en meilleure santé à la présidence». Bornstein, qui ressemble au stéréotype du charlatan tel qu'on le trouve dans le Grand livre des personnages de série télé, confiera plus tard à CNN que Trump lui avait dicté la lettre. –BML

Un conseiller de pacotille

21 mars 2016: Devant les foudres qui se déchaînent contre son candidat qui n'y connaît à peu près rien à la fonction de président des États-Unis, l'équipe de campagne de Trump envoie au Washington Post une liste de ses prétendus «conseillers en politique étrangère» dans laquelle figure un certain George Papadopoulos. Le journal remarque immédiatement que la première entrée de la section «Prix et Récompenses» de la page LinkedIn de Papadopoulos est une participation à une Modélisation des Nations unies en 2012 à Genève, c'est-à-dire une conférence pour étudiants. En 2017, après que Papadopoulos est reconnu coupable d'avoir menti à des agents fédéraux qui enquêtaient sur les connexions entre l'équipe de campagne de Trump et la Russie, le Washington Post découvre que les organisateurs de l'événement à Genève n'ont pas la moindre trace de sa participation. –BML

Jessica et les garçons

14 octobre 2016: Peu de temps après la publication de l'enregistrement Access Hollywood [où on l'entend dire qu'on peut «attraper (les femmes) par la chatte» quand on est célèbre], le New York Times dévoile qu'une femme nommée Jessica Leeds prétend que Trump l'a tripotée dans un avion aux environs de 1980. L'équipe de campagne de Trump s'arrange pour que le New York Post interviewe un Britannique appelé Anthony Gilberthorpe, qui devait avoir dans les 18 ans à l'époque de l'agression présumée.

Gilberthorpe –qui, dans les années qui ont suivi ce vol a raconté avoir «vadrouillé» dans les rues de Blackpool à la recherches de garçons mineurs à payer pour avoir des relations sexuelles avec des hommes politiques tory– affirme qu'il se souvient avoir été assis dans le siège de l'autre côté de la travée par rapport à ceux de Trump et de Jessica Leeds et qu'il l'a reconnue à la télé grâce à sa bonne «mémoire visuelle.» Il prétend se souvenir particulièrement bien que Trump n'avait rien fait d'inapproprié à Jessica Leeds et ajoute que c'était elle qui flirtait avec Trump et qu'elle avait même dit aux autres passagers, lorsque Trump était allé aux toilettes, qu'elle «voulait l'épouser.» –BML

L'homme de l'année.

7 novembre 2016: Lors d'un discours à Grand Rapids, dans le Michigan, Trump raconte qu'il a un jour été nommé «Homme de l'année du Michigan», ce qu'il n'a cessé de répéter tout au long de son mandat. En 2019, Daniel Dale, journaliste à CNN, raconte que Trump se réfère peut-être à une invitation qu'il a reçue pour faire un discours au Michigan lors d'un événement appelé «Oakland County Lincoln Day Dinner» en 2013. Aucune distinction n'a été décernée lors de ce dîner. –BML

ÉLECTION TRUQUÉE!

25 janvier 2017: Au cours d'une réunion avec des législateurs, le tout nouveau président fraîchement investi affirme que le golfeur professionnel allemand Bernhard Langer a été empêché de voter en 2016 parce qu'il y avait une long file d'individus latino-américains devant lui. Une enquête a révélé, qu'en réalité, Langer n'a pas la citoyenneté américaine et qu'il n'a même pas essayé de voter du tout. Langer a expliqué avoir entendu le même genre d'histoire de la bouche d'un ami et l'avoir racontée à quelqu'un qui l'a ensuite répétée à «une personne ayant des liens avec la Maison-Blanche», ce qui pourrait signifier que cette anecdote (évidemment fausse) a été racontée à Trump après un long trajet par le téléphone arabe. –BML

Frederick Douglass enfin reconnu

1er février 2017: À l'occasion d'une intervention en l'honneur du Black History Month célébrant l'histoire noire aux États-Unis, Trump improvise et affirme que «Frederick Douglass est l'exemple de quelqu'un qui a fait un travail fabuleux et, je note, qui est de plus en plus reconnu». Cette remarque, et le fait qu'elle soit exprimée au présent alors qu'elle concerne une personne morte en 1895, n'a jamais été expliquée. –HG

Corée du Nord, Australie, même combat

12 avril 2017: Fox Business diffuse une interview pré-enregistrée dans laquelle Trump confie à la journaliste de la chaîne Maria Bartiromo que les États-Unis «envoient une armada» en direction de la Corée du Nord, affirmation autour de laquelle l'administration construit un récit sur la fermeté et le pragmatisme de sa position vis-à-vis du pays de Kim Jong-un.

Le 13 avril, NBC News rapporte que les États-Unis sont prêts à réaliser une frappe préventive contre la dictature isolée. Deux jours plus tard pourtant, la Marine publie une photo du porte-avions et des bateaux associés censés composer la fameuse armada voguant vers le sud par le détroit de la Sonde, à 5.600 kilomètres de la Corée du Nord. Le site Defense News explique que les bâtiments, qui n'ont jamais approché la Corée du Nord, «participent à des exercices programmés avec les forces australiennes dans l'Océan indien». La campagne de flatterie de Kim parvient ensuite à convaincre Trump de laisser tomber à peu près toutes les objections au programme de développement nucléaire de son pays. –HG

Les dangers du sport

1er mai 2017: Evan Osnos, journaliste au New Yorker, écrit que Trump «considère que faire de l'exercice est une mauvaise idée, avançant qu'une personne, comme une pile, naît avec une quantité d'énergie limitée». Cette réflexion fait écho à un reportage réalisé par Michael Kranish et Marc Fisher, qui ont écrit, dans une biographie de 2016, que Trump avait arrêté le sport après la fac et avait un jour asséné à un de ses employés que son entraînement pour une compétition Ironman le tuerait.

Aussi intuitive que parfaitement fausse, la «théorie de la pile» aux relents médiévaux annonce de futures déclarations médicales du président aux conséquences plus graves au sujet d'un style de virus spécifique qui ne serait pas pire que la grippe, qui disparaîtrait avec la chaleur de l'été et serait vulnérable à l'injection d'eau de javel dans le corps. –HG

Le grand orateur

2 août 2017: Trump affirme au Wall Street Journal que le «chef des Boy Scouts» lui a téléphoné pour lui dire que le discours décousu et partisan qu'il venait d'adresser à un groupe de scouts à l'occasion du jamboree national était «le discours le plus génial qui leur ait jamais été fait». Les Boy Scouts ont répondu dans une déclaration: «Nous n'avons pas connaissance de l'existence de cette conversation téléphonique.» –HG

Les laitiers du coin

3 août 2017: Le Washington Post publie la transcription d'une conversation téléphonique entre le Premier ministre australien Malcolm Turnbull et Trump, peu de temps après son accession au pouvoir. Ils échangent au sujet d'un accord passé par Barack Obama visant à accepter des réfugiés retenus par le gouvernement australien, et voilà ce que Trump en dit: «Je déteste l'idée d'accueillir ces gens. Je vous garantis qu'ils sont mauvais. C'est pour ça qu'ils sont en prison en ce moment. Ce ne sera pas des gens fantastiques qui vont aller travailler pour les laitiers du coin.» Les nombreuses spéculations sur la signification des «laitiers du coin» sont arrivées à la conclusion qu'il évoque le fait, qu'aux États-Unis, de nombreux réfugiés travaillent dans des exploitations laitières. –BML

Le malade pas tout à fait imaginaire mais presque

28 septembre 2017: Trump dit au moins six fois dans la même journée que les Républicains seraient en capacité de voter une loi pour éliminer l'Affordable Care Act si un des sénateurs n'était pas à l'hôpital. Les journalistes à la Maison-Blanche découvrent qu'il fait référence au sénateur Thad Cochran, représentant du Mississippi, en convalescence chez lui (et pas à l'hôpital) à la suite d'une intervention urologique –et surtout, que sa voix n'aurait pas été déterminante pour abroger la loi (qui n'a jamais été votée), quand bien même il aurait été présent. –HG

La main sur le cœur et sur le portefeuille

18 octobre 2017: Le Washington Post publie une interview du père endeuillé d'un soldat mort où il affirme que Trump lui a promis personnellement, lors d'un appel de condoléances, qu'il recevrait un chèque de 25.000 dollars, mais qu'il n'a pas tenu parole et n'a rien envoyé du tout (le Washington Post enquêtait sur le sujet parce que Trump était impliqué dans une querelle publique avec une autre famille endeuillée offensée par des commentaires faits par le président au cours d'un autre appel téléphonique). L'homme a fini par recevoir un chèque daté du 18 octobre, le jour où le Washington Post avait contacté la Maison-Blanche à ce sujet. –BML

C'est Fox qui décide

11 janvier 2018: Trump se plaint rageusement sur Twitter que la Chambre des représentants est sur le point d'autoriser de nouveau le Foreign Intelligence Surveillance Act, ou FISA –nouvelle autorisation soutenue à de nombreuses reprises par sa propre administration. Une analyse minutieuse par l'organisme de vigilance médiatique Media Matters révèle que peu de temps avant le tweet présidentiel, l'émission matinale de Fox & Friends avait diffusé un sujet critiquant le FISA, prétendument utilisé pour espionner les téléphones de Trump pendant le complot de l'administration Obama afin de le piéger pour des crimes en lien avec la Russie. Moins de deux heures après son tweet original, Trump publie un complément d'information dans lequel il prétend avoir ordonné que des changements soient apportés à la loi sur les sujets qui le tourmentaient et qu'il est en faveur de son adoption. –BML

Les marchés financiers font vraiment n'importe quoi

7 février 2018: LOL. –BML

«Autrefois», quand les journaux rapportaient les bonnes nouvelles, les Marchés Financiers montaient. Aujourd'hui, quand il y a une bonne nouvelle, les Marchés Financiers dégringolent. Grosse erreur, et nous avons tant de bonnes (super) nouvelles dans le domaine de l'économie!

Teuton or not teuton, telle est la question

12 juillet 2018: Trump, de passage en Europe pour un sommet de l'OTAN, affirme que son père «vient d'Allemagne», revendication qu'il répétera au moins encore deux fois au cours de son mandat en présence d'Européens, précisant même à une occasion que Fred Trump était «né dans un lieu très merveilleux en Allemagne».

Comme on peut le vérifier dans les documents de l'état civil, Fred Trump est né à New York. Le père de Fred Trump était né en Allemagne –mais là-dessus aussi, Donald Trump a menti publiquement, en écrivant dans The Art of the Deal que sa famille paternelle venait de Suède dans ce qui semblait être une tentative d'éviter que le nom de Trump ne soit associé au nazisme (raté.) –HG

Papiers please

31 août 2018: Lors d'un meeting à Tampa, en Floride, Trump plaide en faveur de lois imposant que les électeurs présentent une pièce d'identité avec photo en évoquant l'usage de ce genre de papiers dans la vie quotidienne aux États-Unis, et s'exclame que «quand vous allez faire vos courses d'alimentation, vous êtes obligé d'avoir une carte avec photo –il vous faut une pièce d'identité.» Ce qu'il répétera au moins deux fois ensuite. –HG

Humide d'un point de vue de l'eau

19 septembre 2018: Depuis la pelouse de la Maison-Blanche, Trump livre son analyse de l'ouragan Florence, qui vient de tuer des dizaines de personnes en Caroline du Nord et du Sud, et le qualifie de «l'un des plus humides qu'on ait jamais vu, d'un point de vue de l'eau.» –HG

Tim Apple

6 mars 2019: Lors d'une réunion du groupe de travail American Workforce Policy Advisory Board, le président appelle le PDG d'Apple Tim Cook «Tim Apple.» L'année précédente, il a appelé Marillyn Hewson, le PDG de Lockheed Martin, «Marillyn Lockheed.» –HG

Dans la lune

7 juin 2019: À la suite d'une inoffensive question rhétorique sur la NASA posée par le présentateur de Fox Business Neil Cavuto, sur Twitter le président décrit la planète Mars comme quelque chose «dont la lune fait partie», ce par quoi il veut dire que les missions pour la lune doivent être utilisées dans le cadre d'une mission vers Mars. Il ajoute qu'il estime que la NASA devrait concentrer ses efforts sur des sujets comme «la science».–BML

Les aéroports de la guerre d'Indépendance

4 juillet 2019: Trump célèbre l'anniversaire de la Déclaration d'indépendance en louant la manière dont l'armée continentale de George Washington «s'est emparée des aéroports» pendant la guerre d'indépendance [qui s'est déroulée entre 1775 et 1783]. –HG

Cours d'anatomie

10 juillet 2019: Trump signe un décret concernant les maladies rénales et remercie ainsi un public composé de néphrologues: «Vous avez travaillé si dur sur ces choses, vous avez travaillé si dur sur le rein. Très spécial. Le rein a une place très spéciale dans le cœur. C'est une chose incroyable.» –BML

Le cancer de l'éolienne

2 août 2019: Trump déclare qu'il a entendu dire que le bruit généré par les éoliennes donne le cancer (il n'y a aucun lien connu, ni même soupçonné, entre éoliennes et cancer). –HG

Le G7 sous oxygène

26 août 2019: La Maison-Blanche annonce qu'une recherche à l'échelon national a déterminé que l'endroit le plus propice à l'accueil du sommet international du G7, censé avoir lieu aux États-Unis en 2020, est le complexe Trump National Doral près de Miami. Trump expliquera plus tard que Doral s'est distingué des autres candidats grâce à son vaste espace de parking et parce que ses salles de bal figurent «parmi les plus grandes de Floride.»

Le chef de cabinet Mick Mulvaney annonce lors d'une conférence de presse que l'un des autres potentiels sites américains susceptibles d'accueillir le sommet était situé à une telle altitude que les participants auraient peut-être eu besoin d'utiliser des bouteilles d'oxygène pour respirer (?). (La Maison-Blanche a ensuite renoncé à ce projet et le sommet a fini par être annulé à cause du Covid-19.) –HG

Trempés en plein soleil

9 septembre 2019: au cours de ce qui est apparemment une discussion avec des journalistes au sujet de réfugiés à la suite d'un ouragan aux Bahamas, le président se met à décrire des supporters à lui en train de faire la queue avant un meeting à Fayetteville, en Caroline du Nord, et s'étend sur le fait que ses fans qui font le pied de grue sont «trempés». Au même moment, le temps à Fayetteville est dégagé et ensoleillé. –HG

«Elle a un fils»

11 septembre 2019: dans le Bureau ovale lors de la promotion d'une initiative anti-vapotage, Trump explique pourquoi la question tient à cœur à la Première dame, Melania Trump: «Elle a un fils, ensemble, c'est un beau jeune homme, et elle se sent très concernée par le sujet». Le fils en question, Barron Trump, est également le sien. –HG

Le crime

11 mai 2020: Lors d'un renouveau de la théorie d'extrême-droite de 2017 selon laquelle Barack Obama aurait contribué à piéger plusieurs personnes dans l'orbite de Trump afin de laisser entendre qu'elles auraient des connexions avec le gouvernement russe, le président fait référence à «l'Obamagate» sur Twitter en le qualifiant de «plus grand crime politique de l'histoire de l'Amérique». Ensuite, il aura cet échange avec Philip Rucker, du Washington Post, pendant une conférence de presse:

Rucker: Vous semblez accuser Obama du «plus grand crime politique de l'histoire américaine, de loin», ce sont vos mots. Quel crime exactement accusez-vous le président Obama d'avoir commis et pensez-vous que le ministère de la Justice devrait le poursuivre?

TRUMP: Oh, l'Obamagate. Ça fait un moment que ça dure. Ça dure depuis avant même mon élection, et c'est une honte que ça soit arrivé, et quand vous regardez ce qui s'est passé et quand vous regardez maintenant toutes les informations qui sont publiées, et de ce que je comprends, ce n'est que le début. Des choses terribles se sont produites et il ne faut jamais permettre que ça se reproduise dans notre pays, et vous allez voir ce qui va se passer au cours des prochaines semaines. Et j'aimerais que vous écriviez honnêtement là-dessus, mais malheureusement, vous avez choisi de ne pas le faire.

Rucker: de quel crime l'accusez-vous exactement?

Trump: Vous savez quel crime c'est. Le crime est très évident pour tout le monde. Il suffit de lire les journaux, sauf le vôtre.

En résumé: Si l'Obamagate est un crime, de quel crime s'agit-il? Réponse: de l'Obamagate. –BML

Lancer d'ego

23 juillet 2020: Quelques heures avant que le Dr Anthony Fauci ne réalise le lancer protocolaire avant le match de baseball des Washington Nationals dans l'ouverture la plus tardive de l'histoire de la MLB, Trump, dans une apparente crise de jalousie, affirme qu'on lui a demandé à lui de lancer la première balle avant un match, le 15 août, entre les Yankees et le Red Sox, dans le Bronx.

Après vérification par les journalistes que les Yankees n'ont pas du tout fait cette proposition, Trump et ses conseillers annoncent qu'il sera de toute façon occupé ce jour-là à des activités qui ont «un grand rapport avec le virus chinois». Il finira par passer le week-end du 15 août sur son parcours de golf de Bedminster, dans le New Jersey. –HG

«Un homme qui adore l'intérieur»

4 août 2020: Trump présente son ministre de l'Intérieur, David Bernhardt, en affirmant que c'est «un homme qui adore l'intérieur.» –HG

Les villes forestières d'Europe

29 septembre 2020: Lorsqu'on lui demande au cours de son premier débat avec Joe Biden si le changement climatique joue un rôle dans les feux de forêt de la côte ouest, Trump répond la chose suivante: «En Europe, ils vivent –ce sont des villes forestières, elles s'appellent des villes forestières. Ils entretiennent leurs forêts. Ils gèrent leurs forêts. J'étais avec le dirigeant d'un grand pays –c'est une ville forestière. Il a dit: “Monsieur, nous avons des arbres qui sont bien plus, ils s'embrasent bien plus facilement qu'en Californie. Il ne devrait pas y avoir ce problème.”»

(Au cours d'une occurrence de feux de forêts précédente, Trump avait prétendu que le président finlandais Sauli Niinistö lui avait confié que la Finlande évitait les incendies en ratissant le sol de ses forêts, ce que Niinistö nie avoir dit. Il est possible, mais pas certain, que cette réflexion vienne de sa conviction que le vrai concept écologique d'«aménagement forestier» implique le ratissage et le nettoyage tel qu'il peut être pratiqué dans «l'aménagement» d'un domaine immobilier.) –BML

Des bisous

12 octobre 2020: Une semaine après sa sortie de l'hôpital où il a été admis pour Covid-19, le président rend hommage à Jim Morrison en déclarant à une foule qu'il se sent «tellement puissant» et qu'il a envie «d'embrasser tout le monde dans le public.» Ha ha ha, c'est si rigolo! Et c'est la dernière chose qu'il a dite et plus personne n'a jamais eu besoin de se faire du souci à cause de lui après ça.

Newsletters

«The Crown» va-t-elle précipiter la chute de la monarchie britannique?

«The Crown» va-t-elle précipiter la chute de la monarchie britannique?

En revenant sur les années Diana, la série souligne une affaire qui a durablement entaché la réputation d'une Couronne de plus en plus embourbée dans ses traditions.

Avant l'arrivée de Biden, le grand ménage

Avant l'arrivée de Biden, le grand ménage

Une transition loin d'être paisible.

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Dernière ligne droite avant l'investiture de Joe Biden, ce 20 janvier, à Washington. Une investiture à laquelle Donald Trump, en bon perdant, ne se rendra pas. Le 45e président des États-Unis a enfin admis sa défaite, dans les mots et dans les...

Newsletters