Santé

Des malades du Covid-19 développent des troubles psychotiques graves

Temps de lecture : 2 min

Bien que rares, plusieurs cas de ce type ont été recensés partout sur le globe.

Ces cas montrent un nouvel impact du virus sur la santé mentale des malades. | Anthony Tran via Unsplash
Ces cas montrent un nouvel impact du virus sur la santé mentale des malades. | Anthony Tran via Unsplash

Le Covid-19 affecte les individus de différentes manières. Si les principaux symptômes de la maladie restent la fatigue, une détresse respiratoire, la toux et une perte de l’odorat ou du goût, des conséquences plus insidieuses sont découvertes petit à petit. Dernière en date: certains malades développeraient des troubles psychotiques graves après avoir été testés positif au virus.

Le New York Times rapporte en effet plusieurs cas de personnes n'ayant aucun antécédent de maladie mentale qui sont devenues psychotiques dans les semaines qui ont suivi leur infection au Covid-19.

Parmi les exemples cités par le quotidien américain, l'on trouve une kinésithérapeute de 42 ans, mère de quatre enfants, qui a été testée positive le printemps dernier. Quelques mois plus tard, elle a dû être prise en charge pour plusieurs symptômes psychotiques sévères: elle entendait des voix lui disant de se suicider et de tuer ses enfants –ce qu'elle a fini par planifier.

Les médecins ont d'abord pensé à un cas isolé, sans lien avec le virus. Mais les multiplications d'exemples similaires après infection les ont alertés. Hallucinations en Grande-Bretagne, crises de paranoïa, épisodes délirants à New York, cas de psychose recensés dans un hôpital espagnol... ces cas restent rares, mais montrent un nouvel impact du virus sur la santé mentale des malades.

Un lien, l'intensité de la maladie

Les recherches sur les effets psychologiques du virus en sont encore à leurs balbutiements, mais quelques pistes émergent. Le Dr.Goueli, de l'hôpital psychiatrique de Long Island, a observé un lien entre ces différents cas de troubles psychotiques: les personnes qu'il a observées n'auraient pas été physiquement malades du Covid-19 ou auraient eu simplement de légers symptômes. Toutes seraient également âgées entre trente et cinquante ans, un âge où les cas de psychose sont rares.

Certains patients ont eu du mal à s'en remettre, et ont notamment eu besoin de plusieurs semaines d'hospitalisation et de médicaments, dont un antipsychotique, la Rispéridone, qui semble avoir fonctionné, ajoute le média américain.

Auparavant, plusieurs écrits scientifiques montrent que le Covid-19 aurait aussi des effets cognitifs –comme un déclin mental– et neurologiques. Des scientifiques ont notamment alerté sur une possible troisième vague, non pas d'infections, mais de maladies neurodégénératives liées au virus.

Newsletters

Non, 1.200 calories par jour ne suffisent pas au corps pour fonctionner

Non, 1.200 calories par jour ne suffisent pas au corps pour fonctionner

Un mythe qui a la dent dure.

Le couvre-feu à 18h: trop, c'est trop

Le couvre-feu à 18h: trop, c'est trop

Même en classe de quatrième, j'avais le droit de rentrer à la maison plus tard que ça.

Grâce au Covid, je peux enfin déprimer tranquillement

Grâce au Covid, je peux enfin déprimer tranquillement

[BLOG You Will Never Hate Alone] La dépression est devenue tendance. Quiconque n'en souffre pas est désormais considéré comme suspect.

Newsletters