Économie

La Chine, bientôt première puissance économique mondiale?

Temps de lecture : 2 min

L'économie chinoise devrait à terme bénéficier de son rebond par rapport à la crise du Covid-19, et dépasser les États-Unis plus rapidement que prévu.

Le président des États-Unis, Donald Trump, et le président de la Chine, Xi Jinping, à Mar-a-Lago, en Floride, le 6 avril 2017. | Jim Watson / AFP
Le président des États-Unis, Donald Trump, et le président de la Chine, Xi Jinping, à Mar-a-Lago, en Floride, le 6 avril 2017. | Jim Watson / AFP

Selon un rapport publié par le Centre for Economics and Business Research (CEBR), la Chine devrait dépasser les États-Unis pour devenir la première puissance économique mondiale d'ici 2028.

Alors que cette remontée n'était pas attendue avant une décennie dans les précédentes estimations, la crise du Covid-19 et sa gestion assez inégale aurait rebattu les cartes, à l'avantage de la Chine.

Après le Covid-19

Dans son classement annuel des perspectives de croissances de 193 pays, le CEBR a relevé le rapide rebond de la Chine face à la pandémie. Le pays devrait connaître une croissance économique moyenne de 5,7% par an de 2021 à 2025, avant de ralentir à 4,5% par an de 2026 à 2030. De leur côté, les États-Unis devraient, après un bref rebond post-Covid de 5%, plafonner à 1,9% par an entre 2022 et 2024, pour redescendre par la suite à 1,6%, ce qui permettra à la Chine de réduire l'écart plus rapidement que prévu.

Selon Douglas McWilliams, le vice-président du CEBR, «d'autres économies asiatiques sont également en train de se hisser au sommet du classement. L'une des leçons que doivent tirer les décideurs politiques occidentaux, qui ont obtenu des résultats relativement médiocres pendant la pandémie, est qu'ils doivent accorder beaucoup plus d'attention à ce qui se passe en Asie plutôt que de se contenter de se regarder les uns les autres».

Au total, le FMI estime que la crise du Covid-19 marquera cette année une baisse du produit intérieur brut mondial de 4,4%, ce qui correspond à la plus forte baisse enregistrée en un an depuis la Seconde Guerre mondiale.

Alors que la part de la Chine dans le PIB mondial ne représentait que 3,6% en l'an 2000, elle est passée à 17,8% en 2019. D'ici 2023, la Chine devrait passer dans la catégorie des pays à revenus élevés, en dépassant le seuil des 12.536 dollars de revenu par habitant défini par la Banque mondiale.

Toutefois, ce classement ne reflète pas le niveau de vie réel des habitants, qui restera, en Chine, bien en deçà de celui des États-Unis et des pays d'Europe occidentale. Aux États-Unis, le revenu per capita est situé à un peu plus de 63.000 dollars, quand il avoisine en France les 42.000 dollars par an.

Évolutions à venir

D'après les estimations du CEBR, le Japon devrait rester, sauf changement majeur, la troisième économie mondiale jusqu'au début des années 2030, moment où il sera probablement dépassé par l'Inde. Cette dernière avait déjà devancé la France et le Royaume-Uni l'année passée, avant de reculer à la suite d'une chute momentanée de la valeur de la roupie.

L'Europe quant à elle, qui représente à ce jour 19% de la production du top dix de l'économie mondiale, devrait chuter à 12% d'ici 2035 –sans compter une potentielle aggravation si le Brexit se passe mal.

Le CEBR estime que les effets économiques de la pandémie de Covid-19 se traduiront par une inflation plus élevée, et non par un ralentissement de la croissance.

Les questions environnementales devraient également avoir un fort impact sur l'évolution de l'économie mondiale au cours des quinze prochaines années, les effets du dérèglement climatique étant de plus en plus sensibles.

Newsletters

Les petits patrons français en grand danger de burn-out

Les petits patrons français en grand danger de burn-out

Même si beaucoup ne travaillent pas ou peu à cause des restrictions sanitaires, la fatigue professionnelle des dirigeants de PME a presque doublé depuis mars 2019. 

Joe Biden dans la ligne économique de Franklin Roosevelt

Joe Biden dans la ligne économique de Franklin Roosevelt

À court terme, l'économie américaine va bénéficier d'un formidable accélérateur de croissance. À moyen terme, le diagnostic est plus difficile à établir.

Estimer la dette Covid, oui, la cantonner, non

Estimer la dette Covid, oui, la cantonner, non

Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire prévoit de transférer la dette publique imputable à la crise sanitaire dans une structure ad hoc disposant de ressources spécifiques pour la rembourser.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters