Monde

Espions anglais: utiliser Facebook et Twitter ou la retraite

Temps de lecture : 2 min

Les missiles cachés dans les phares des voitures de James Bond ont fait long feu... Aujourd'hui, les espions de Sa Royale Majesté doivent être adeptes des réseaux sociaux s'ils ne veulent pas finir à la retraite.

Selon le Daily Mail, les services secrets britanniques se séparent de leurs membres les plus anciens au prétexte qu'ils ne maîtrisent pas assez les nouvelles technologies. Le principal risque rencontrés par le MI5 actuellement est la lutte contre le terrorisme. Or, les réseaux sont très implantés sur la Toile. Savoir se servir de Facebook ou de Twitter fait donc désormais partie de l'attirail du parfait espion.

Tant pis si cela laisse de côté les plus anciens. Jonathan Evans, le directeur des services de renseignements, a ainsi déclaré aux députés britanniques:

Je pense que certains de nos membres ne sont peut-être pas ceux que nous voudrons dans le futur.

[Lire l'article sur le Daily Mail]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Photo : Twitter, marcn via Flickr CC License by

Slate.fr

Newsletters

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

À la veille de la probable élection de Bolsonaro, de sombres nuages planent sur Rio

Le Brésil reste le Brésil, même pendant les trois semaines séparant les deux tours de l'élection présidentielle. Mais cette fois, la tristesse a envahi les visages.

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

La seconde vie de nos objets personnels après notre mort

En mars 2015, sur un coup de tête, Norm Diamond s'est rendu à une première vente d'objets d'occasion chez un particulier. Au cours des quinze mois qui ont suivi, ce photographe a visité plusieurs centaines de ventes à Dallas (Texas), où il...

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Au Canada, les vendeurs légaux de cannabis contournent la loi

Si la vente et la détention de cannabis sont désormais autorisées au Canada, sa promotion reste interdite.

Newsletters