Société

Le journal intime, précieux allié en temps de pandémie

Temps de lecture : 2 min

Écrire régulièrement ses pensées dans un carnet aurait beaucoup de bienfaits.

Cette activité permet de mettre des mots sur ses expériences. | Thought Catalog via Unsplash
Cette activité permet de mettre des mots sur ses expériences. | Thought Catalog via Unsplash

La pandémie actuelle nous fait vivre une période extraordinaire. Pour essayer d'y faire face au mieux, il peut être intéressant de tenir un journal intime. Cette activité, qui consiste à écrire régulièrement ses pensées dans un carnet, apporterait beaucoup de bienfaits.

Tenir un journal intime est une manière de se souvenir de son histoire. Au-delà de la trace laissée par nos mots, certains spécialistes affirment qu'il est bénéfique pour notre santé mentale de coucher par écrit ce qui nous contrarie et nous rend heureux. Le journal intime serait une sorte de thérapie gratuite.

Écrire ses tracas dans un carnet est un moyen efficace de les surmonter, en les analysant sous une nouvelle perspective. Cette activité personnelle nous aide à mieux comprendre nos peurs, mais aussi ce qui nous fait du bien.

James Pennebaker, psychologue et professeur à l'Université du Texas à Austin, a étudié les avantages du journal intime pendant des décennies. Selon lui, écrire sur un événement traumatique ou bouleversant est une façon «gratuite, simple et efficace de travailler sur les soucis qui nous gardent éveillé la nuit». Cela permet de trouver un sens à ces événements et de passer à autre chose plus rapidement.

D'après le chercheur, tenir un journal a de réels impacts sur notre vie quotidienne. Cela permet notamment de mieux dormir et d'améliorer nos relations sociales. Dans une de ses études, James Pennebaker remarque que ses élèves pratiquant cette activité souffrent moins que les autres de rhumes et de fatigue. Dans une autre de ses recherches, il s'intéresse à des individus ayant récemment perdu leur travail. Parmi eux, ceux qui tenaient un journal trouvaient un nouvel emploi plus rapidement que les autres.

Comment se lancer?

Pour se lancer dans un journal, rien de plus simple. Il suffit de choisir la structure qui sera employée, la fréquence à laquelle écrire, et les sujets traités. Cette liberté pouvant parfois être déconcertante, voici quelques conseils avant de commencer.

Premièrement, il convient de choisir la forme que prendra le journal. Préférez-vous tenir un journal de bord, dans lequel vous décrirez presque quotidiennement ce qu'il s'est passé dans votre journée? Opterez-vous plutôt pour une forme moins régulière, mais où il est davantage question de vos sentiments et de la façon dont certains événements vous touchent?

Ensuite, que la fréquence choisie soit quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle, il est important d'instaurer une routine. N'oubliez pas aussi de noter la date à chaque fois que vous écrivez une pensée. Enfin, choisissez si vous préférez utiliser un stylo ou plutôt votre clavier. Selon James Pennebaker, ce choix, très personnel, n'aura aucune incidence sur les bienfaits de l'activité, l'important étant surtout de mettre des mots sur ses expériences.

Newsletters

Comment mange-t-on dans les prisons françaises et américaines?

Comment mange-t-on dans les prisons françaises et américaines?

Fournir aux détenus des repas adaptés à leurs exigences confessionnelles ou éthiques fait régulièrement débat. Pourtant, rien ne change.

Petit·e Robert·e

Petit·e Robert·e

Nous sommes fatigués et le dire est une bonne chose

Nous sommes fatigués et le dire est une bonne chose

La fatigue contemporaine peut s'analyser comme une revendication sociale légitime, celle de la prise en compte de nos besoins vitaux.

Newsletters