Égalités / Culture

Les premiers rôles de Natalie Portman ont pesé sur sa sexualité

Temps de lecture : 2 min

Dans deux de ses trois premiers films, l'actrice a joué des jeunes filles très sexualisées, en proie au désir d'hommes bien plus âgés qu'elle.

Natalie Portman dans «Léon», de Luc Besson (1993) | capture d'écran via Youtube
Natalie Portman dans «Léon», de Luc Besson (1993) | capture d'écran via Youtube

Lorsque Léon sort dans les salles de cinéma, Natalie Portman n'a pas encore 13 ans et demi. Repérée dans une pizzeria à l'âge de 12 ans par un agent de la marque de cosmétiques Revlon, elle refuse alors de tourner dans des publicités, mais fait jouer ses nouvelles relations pour accéder à ce qui la fait vraiment rêver: les castings de cinéma. C'est finalement Luc Besson, alors connu pour Le Grand Bleu et Nikita, qui lui offre son premier rôle.

Il y a beaucoup à dire sur le réalisateur français, mais on peut notamment rappeler qu'en mars 1991, lors de la cérémonie des César qui consacra sa compagne Anne Parillaud en tant que meilleure actrice (pour Nikita), il tomba sous le charme d'une certaine Maïwenn Le Besco, qui n'avait pas encore 15 ans. Dès l'année suivante, Besson put l'épouser avec l'accord de ses parents, et elle donna naissance à leur fille début 1993. Elle avait alors 16 ans et demi. De quoi observer avec une attention toute particulière la façon dont il traite le personnage de Mathilda, joué par Natalie Portman, dans Léon.

Revenons-en à notre actrice: invitée du podcast Armchair Expert de Dax Shepard (l'épisode a été mis en ligne le 7 décembre dernier), elle a accepté d'évoquer ses premières expériences cinématographiques, à commencer par le tournage de Léon, et d'expliquer pourquoi celles-ci avaient eu un impact négatif sur sa propre sexualité.

Dans le film de Besson comme dans le Beautiful Girls de Ted Demme, qu'elle tourna quelques temps après, l'actrice fut très tôt sexualisée, érigée au rang de lolita des années 90. À peine adolescente, Portman est devenue un objet de fantasme, pour les réalisateurs qui l'ont engagée comme pour une partie du public masculin... Notons qu'entre Léon et Beautiful Girls, Portman tourna sous la direction de Michael Mann, qui la dirigea dans Heat sans la sexualiser.

Des écarts d'âge faramineux

Dans Beautiful Girls, elle joue une jeune fille très mûre pour son âge (c'est en tout cas le message que tente de faire passer le film), dont le personnage de Timothy Hutton, de 21 ans son aîné, croit tomber amoureux. La version intégrale de Léon étant assez explicite sur la nature de la relation entre Mathilda (Portman, née en 1981) et Léon (Jean Reno, né en 1948), le motif qui se dessine alors est on ne peut plus clair.

«Être sexualisée dès l'enfance m'a éloignée de ma propre sexualité, raconte l'actrice au micro de Dax Shepard, parce que tout ça me faisait peur. Jusqu'à la vingtaine, je me suis dit "Je ne veux pas de scènes d'amour ou de baiser". J'ai commencé à choisir des rôles moins sexy parce que la façon dont on pouvait me percevoir m'a beaucoup inquiétée, et parce que je ne me sentais pas en sécurité». De l'influence du male gaze sur le non-épanouissement des jeunes actrices.

Newsletters

Dans les comics, les gros sont rarement des super-héros

Dans les comics, les gros sont rarement des super-héros

Il s'agit soit de super-héros en crise existentielle, soit de super-vilains, soit de personnages secondaires... Quand leur surpoids n'est pas simplement le super-pouvoir qui les caractérise.

En Chine, un homme a dû verser 6.300 euros à son ex-femme pour les tâches domestiques effectuées

En Chine, un homme a dû verser 6.300 euros à son ex-femme pour les tâches domestiques effectuées

Depuis le 1er janvier 2021, une loi permet au conjoint qui s'occupe des tâches ménagères et des enfants de demander une compensation financière lors du divorce.

Le patriarcat patronymique, bordel de nom

Le patriarcat patronymique, bordel de nom

La France a quarante ans de retard sur le sujet par rapport à ses voisins.

Newsletters