Santé / Société

Pourquoi autant de couples se séparent depuis le début de la pandémie

Temps de lecture : 2 min

La crise sanitaire et économique provoque un cataclysme dans certains couples.

L'impact économique de la pandémie joue un rôle important dans la prise de décision d'une séparation. | Kelly Sikkema via Unsplash
L'impact économique de la pandémie joue un rôle important dans la prise de décision d'une séparation. | Kelly Sikkema via Unsplash

Depuis le début de la pandémie, le nombre de personnes se séparant ou divorçant est en augmentation. À titre d'exemple, le grand cabinet d'avocats britannique Stewarts a enregistré une hausse de 122% des demandes de divorce entre juillet et octobre 2020, comparé à la même période l'année précédente. Comment expliquer que tant de couples se brisent à l'ère du Covid-19?

Carly Kinch, avocate pour le cabinet Stewarts, estime que la pandémie a accéléré des problèmes déjà présents au sein des couples, forcés de passer beaucoup de temps ensemble à cause du confinement et des consignes de distanciation physique. Selon elle, la crise sanitaire a été vécue comme un cataclysme au sein des couples déjà fragiles.

Carly Kinch et son équipe n'ont pas été surpris par la hausse du nombre de demandes de divorce après le premier confinement britannique. En effet, il est courant que les couples se séparent après de longs moments passés ensemble, en vacances par exemple.

Le cabinet remarque toutefois une différence notoire: l'augmentation du nombre de femmes demandant le divorce. En effet, le cabinet Stewarts a comptabilisé que 76% des nouveaux dossiers étaient initiés par des femmes, quand ce chiffre était de 60% l'année précédente. L'avocate explique ce phénomène par le fait que beaucoup de femmes évoluant dans des couples hétérosexuels ont subi un partage inégal des tâches domestiques, dont elles se sont très majoritairement occupées pendant le confinement, y compris lorsque les deux membres du couple étaient en télétravail.

Selon des experts en relations humaines, même les couples les plus unis ont dû faire face à des problèmes liés à la pandémie, car cette dernière a renversé «des routines bien établies qui offraient du confort, de la stabilité et du rythme», commente le psychothérapeute Ronen Stilman.

Solitude et problèmes financiers

L'impact économique de la crise du Covid-19 sur les couples n'est pas à négliger et joue un rôle considérable dans la prise de décision d'un divorce ou d'une séparation. «Le nombre de divorces augmente toujours en période de récession économique, et ce depuis la Seconde Guerre mondiale», remarque d'ailleurs Glenn Sandström, professeur en histoire de la démographie à l'université d'Umeå en Suède.

Si certain·es espèrent retrouver bientôt une vie normale, plusieurs spécialistes en divorce ne sont pas convaincus que cela garantira une baisse du nombre de séparations. Glenn Sandström rappelle que les répercussions financières du Covid-19 mèneront probablement à une longue période de récession pendant laquelle les couples continueront à faire face à des défis financiers.

Pour Carly Kinch, en cas d'amélioration de l'économie, les demandes de divorce pourraient tout de même rester élevées. En effet, certaines personnes n'osent actuellement pas se séparer pour des raisons pratiques et financières, tandis que d'autres choisissent de rester avec leur partenaire par peur de la solitude, exacerbée par le Covid-19.

Newsletters

La crise sanitaire, une aubaine pour les sectes qui surfent sur les thérapies naturelles

La crise sanitaire, une aubaine pour les sectes qui surfent sur les thérapies naturelles

D'après un récent rapport publié par la Miviludes, les cures de bien-être et de développement personnel dangereuses se seraient multipliées pendant la pandémie.

La gestion de la crise du Covid-19 par Macron a balayé les oppositions de gauche

La gestion de la crise du Covid-19 par Macron a balayé les oppositions de gauche

De cette année passée, on retiendra que la gauche française a accepté d'exorbitantes restrictions des libertés publiques, obtempérant au discours sur la «guerre» du président Macron.

Méfions-nous des tests de personnalité

Méfions-nous des tests de personnalité

Cet article a été écrit par un ISFJ.

Newsletters