Politique / Économie

Agnès Pannier-Runacher: «Une entreprise entrée en bonne forme dans la crise peut s'en sortir grâce au prêt garanti par l'État»

Temps de lecture : 2 min

La ministre déléguée chargée de l'Industrie a répondu à Slate sur les risques de licenciements et de faillites d'entreprises en 2021.

Agnès Pannier-Runacher. | Capture d'écran via France Info
Agnès Pannier-Runacher. | Capture d'écran via France Info

Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée chargée de l'Industrie, était l'invitée de «Votre instant politique» sur la chaîne France Info, vendredi 4 décembre.

Hélène Decommer, rédactrice en chef de Slate, a pu l'interroger sur plusieurs points (à 45'50 de la vidéo):

  • Prévoyez-vous une stratégie pour convaincre les personnes réticentes à la vaccination d'accepter de se faire vacciner contre le Covid-19 le moment venu?
  • Louis-Charles Viossat, le «Monsieur Vaccin», a-t-il été placardisé pour éviter une offensive des antivax en raison de ses fonctions passées au sein de laboratoires pharmaceutiques?
  • Craignez-vous une vague de faillites d'entreprises et de licenciements quand les prêts garantis par l'État prendront fin?

À la dernière question, Agnès Pannier-Runacher a répondu: «Le prêt garanti par l'État, c'est un remboursement qui peut aller jusqu'à six ans. Donc lorsque vous entrez dans la crise en bonne forme, il n'y a aucune raison que vous n'arriviez pas, dans les cinq ans qui vous reste pour rembourser le prêt, à retrouver les moyens de rembourser.»

«Votre instant politique» est un magazine d'actualité quotidien de la chaîne France Info, présenté par David Delos. En partenariat avec Slate.fr tous les vendredis.

Newsletters

«The Crown» va-t-elle précipiter la chute de la monarchie britannique?

«The Crown» va-t-elle précipiter la chute de la monarchie britannique?

En revenant sur les années Diana, la série souligne une affaire qui a durablement entaché la réputation d'une Couronne de plus en plus embourbée dans ses traditions.

Avant l'arrivée de Biden, le grand ménage

Avant l'arrivée de Biden, le grand ménage

Une transition loin d'être paisible.

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Dernière ligne droite avant l'investiture de Joe Biden, ce 20 janvier, à Washington. Une investiture à laquelle Donald Trump, en bon perdant, ne se rendra pas. Le 45e président des États-Unis a enfin admis sa défaite, dans les mots et dans les...

Newsletters