Politique / Monde

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 30 novembre au 6 décembre

Temps de lecture : 15 min

Plongée dans la logorrhée du futur ex-président américain.

Donald Trump à la fin d'un meeting des candidats républicains au Sénat, à l'aéroport de Valdosta (Gérorgie), le 5 décembre 2020. | Andrew Caballero-Reynolds / AFP
Donald Trump à la fin d'un meeting des candidats républicains au Sénat, à l'aéroport de Valdosta (Gérorgie), le 5 décembre 2020. | Andrew Caballero-Reynolds / AFP

Avertissement: cette chronique non exhaustive se base sur les tweets de la semaine jugés les plus pertinents. L'homme le plus puissant du monde a une production si pléthorique que l'analyse de toutes ses productions numériques nécessiterait des jours et des nuits de décorticage et de labeur selon des conditions de travail dénoncées par les conventions de Genève.

Si en coulisses, la transition entre les deux équipes présidentielles a doucement commencé, dans le fil Twitter, la tête de Trump et le cœur de ses fans, le combat continue.

Lundi 30 novembre

Altruisme ou truisme? Telle est la question.

«Ce n'est pas pour moi que je me bats, mais pour les 74.000.000 millions [sic] de personnes (sans compter les nombreux bulletins Trump “jetés”), un record pour un président en exercice, qui ont voté pour moi!»

Pouvoirs d'exception ou démocratie? Difficile de choisir.

«Pourquoi le Gouverneur @BrianKempGA, le malheureux Gouverneur de Géorgie, n'utilise-t-il pas ses pouvoirs d'exception, ce qui est facile à faire, pour passer outre son Secrétaire d'État têtu et comparer les signatures sur les enveloppes. Ce sera une “mine d'or” de fraude et nous GAGNERONS facilement l'État. Aussi, vérifiez rapidement le nombre d'enveloppes comparé au nombre de bulletins. Vous constaterez si ça se trouve qu'il y a beaucoup plus de bulletins que d'enveloppes. C'est tellement simple et si facile à faire. Les Républicains de Géorgie sont en colère, tous les Républicains sont en colère. Faites-le!»

Miracle ou prouesse scientifique? On n'a pas fini de se le demander.

«Moderna demande une Approbation d'Urgence pour son Vaccin. La @US_FDA DOIT AGIR VITE!!! “L'Operation Warp Speed a été un grand miracle des temps modernes.”»

Corruption ou frustration? La question elle est vite répondue.

«@OANN WOW, corruption électorale totale en Arizona. Auditions en ce moment! Pourquoi est-ce que @FoxNews ne retransmet pas les auditions en Arizona?»

Déontologie ou obéissance aveugle au leader suprême? Choix cornélien.

«Pourquoi une telle hâte à placer un Démocrate en poste, surtout quand tant de choses horribles concernant la fraude électorale sont en train d'être révélées dans l'audition en cours en ce moment. @OANN Que se passe-t-il avec @dougducey? Les Républicains s'en souviendront longtemps!»

Vrai ou faux?

«VRAI!»

Coup de fil ou coup de flippe? L'avenir nous le dira.

«Donald Trump téléphone en pleine audition sur la fraude électorale en Arizona: nous ne nous laissons pas faire via @BreitbartNews. Une audition très exaltante. Un si grand soutien de la part à la fois des témoins de la fraude électorale et des dirigeants politiques!»

Partir ou rester? Apparemment, c'est lui qui décide.

«Merci! Plein de Sénateurs et de Députés sont très contents que je sois venu. Je crois que je vais rester encore un peu!»

Mardi 1er décembre

Coup dur pour le président: aujourd'hui, William Barr, ministre de la Justice et grand allié de Trump, admet ne pas avoir constaté de fraude susceptible de modifier le résultat des élections. Ce qui n'a pas empêché Rudy Giuliani, le principal avocat du président, d'assurer que les enquêtes continueront.

On apprend également que le président envisage de ne pas assister à l'investiture de Joe Biden mais d'organiser au même moment son premier meeting de campagne pour 2024.

Petit tour d'horizon d'une partie des États où les résultats seraient frauduleux selon Trump: Nevada, Arizona, Michigan.

«De faux résultats électoraux au Nevada, aussi!»

«Des résultats impossibles»

«On a gagné le Michigan de loin!»

Trump, apparemment désœuvré (pas de dinde à gracier cette semaine) regarde beaucoup la télé et tweete une flopée d'extraits de Fox News et d'OANN, des extraits des auditions où les Républicains tentent de prouver, à grand renfort de témoignages de lanceurs d'alerte, que les urnes ont été bourrées et les élections truquées.

«J'espère que tout le monde regarde @OANN en ce moment. Les autres médias ont peur de montrer. Les gens interviennent comme jamais auparavant. De grands camions transportant des centaines de milliers de bulletins frauduleux (FAKE) dans un bureau de vote? C'EST TERRIBLE –SAUVEZ L'AMÉRIQUE!»

«L'audition sur la fraude électorale au Michigan a lieu en ce moment!»

Ces auditions sont une farandoles de témoignages plus ou moins fantaisistes:

«Jesse Morgan –camionneur (sous-traitant) d'USPS en Pennsylvanie...»

Le point d'orgue de la semaine a été celui, au Michigan, de Mellissa Carone, personnage haut en couleur dont l'attitude, le ton et les propos ont donné lieu à de nombreuses parodies –au point que certains se sont demandé si elle n'avait pas bu un petit coup de trop avant de venir (et que même Rudy Giuliani, pourtant loin d'être un parangon de pondération, a tenté de calmer un peu en pleine audition).

Mercredi 2 décembre

Retour de la section 230 du Communications Decency Act, qui dégage la responsabilité des fournisseurs de services internet et des usagers vis-à-vis du contenu de tiers qu'ils publient ou consultent. Elle permet aussi à ces fournisseurs de supprimer ou modérer certains contenus qu'ils estiment obscènes ou offensants –et c'est à ce titre que Twitter censure certaines publications du président américain (notez au passage que Trump travaille à un très beau bureau).

«La Section 230, qui est un cadeau de la part des États-Unis à “Big Tech” (les seules entreprises en Amérique à l'avoir –des subventions pour les sociétés!) lui permettant d'échapper à ses responsabilités, est une grave menace pour notre Sécurité Nationale & l'Intégrité des Élections. Notre Pays ne pourra jamais être sûr & en sécurité si nous permettons qu'elle reste en place. Par conséquent, si la très dangereuse & injuste section 230 n'est pas complètement retirée dans le cadre du National Defense Authorization Act (NDAA), je me verrai dans l'obligation d'opposer mon VETO à la Loi quand elle sera envoyée au très beau Resolute desk. Réappropriez-vous l'Amérique MAINTENANT. MERCI!»

«Médias censeurs!»

Autre buzz de la semaine: selon le New York Times, Donald Trump se serait renseigné sur les possibilités d'amnistier de façon anticipée ses trois plus grands enfants et Rudolf Giuliani.

«L'enquête sur les amnisties est une fake news!»

Aujourd'hui, le président Trump poste une vidéo de quarante-six minutes sur Facebook, filmée à la Maison-Blanche, pour parler à son peuple et mettre les choses au point. Elle débute ainsi:

«C'est peut-être le plus important discours que j'aie jamais fait.»

Il y explique que les élections sont truquées (graphiques à l'appui), qu'il continuera de se battre pour le prouver et que ses avocats continueront de déposer des plaintes pour fraudes.

Et elle se termine comme ça:

«Beaucoup de gens très intelligents m'ont félicité pour tout ce qu'on a fait [ici la liste de toutes ses réussites, ndlr]. Mais ensuite ils ont dit: aussi grands et importants qu'aient été ces événements, la plus grande réussite de votre présidence sera exactement ce que vous êtes en train de faire en ce moment: l'intégrité électorale pour notre pays.»

Bien sûr, Trump continue de publier moult extraits d'auditions censés prouver les fraudes à grande échelle:

Enfin, il annonce la tenue d'un prochain meeting en Géorgie, où en janvier 2021 se tiendra le deuxième tour des élections des représentants au Sénat, cruciales pour en déterminer la majorité. Si les Démocrates l'emportent en Géorgie, ils seront à égalité avec les Républicains au Sénat national et c'est la voix de la vice-présidente, en tant que présidente du Sénat, qui départagera les deux camps lors des votes.

«J'irai en Géorgie pour un grand Meeting Trump afin de soutenir nos deux super sénateurs républicains, David et Kelly. Ce sont des gens fantastiques qui aiment leur Pays et aiment leur État. Nous devons travailler dur et nous assurer qu'ils gagnent. #USA»

Jeudi 3 décembre

«Dans l'Arizona, il se trouve que 3% des voix exprimées dans l'échantillon de 100 bulletins étaient corrompues ou pire. Cela représenterait, si on continuait, environ 90.000 voix de plus que ce qui serait nécessaire pour que nous remportions l'État. On vient de nous donner un bien plus grand échantillon de travail. Wow!»

Faut-il le rappeler? Aucune preuve de fraude à grande échelle n'a été rapportée.

Mais Trump n'en démordra pas, jusqu'au bout. Ou tout au moins, jusqu'au lundi 14 décembre, le jour du vote des grands électeurs.

Ambiance de panique avec la publication par le président d'une vidéo anxiogène, réalisée par le Parti républicain de l'Arizona, qui devrait vous faire passer l'envie une bonne fois pour toutes de croire que les élections aient pu être intègres.

Aujourd'hui, Trump redéfinit la loyauté et ce que doit être un Républicain (s'il y met des guillemets, vous pouvez considérer que vous n'avez pas choisi le bon camp).

«On dirait que certains Sénateurs Républicains ont la frousse de mettre un terme à la Section 230 de Big Tech, un INCONTOURNABLE pour la Sécurité Nationale et l'Intégrité Électorale. Pendant des années, que du blabla et pas d'action. Sa fin doit être intégrée au Defense Bill!!!»

«Le Gouverneur “Républicain” de Géorgie, @BrianKempGA, et le Secrétaire d'État, DOIVENT immédiatement permettre de comparer les vérifications de signatures pour l'Élection Présidentielle. Si ça se fait, nous gagnons l'État rapidement et facilement et, très important, ouvrons la voie à une grande VICTOIRE pour David et Kelly!»

Tout cela au milieu d'un fil ininterrompu de témoignages bidon.

«Wow! Un témoignage de dingue en train de se tenir en ce moment en Géorgie. Des bourrages d'urnes par des Dems quand les Républicains ont été forcés de quitter la salle de dépouillement. Plein d'autres arrivent mais celui-ci à lui tout seul assure une victoire facile de l'État!»

Un peu de légèreté dans cette semaine si lourde: Trump remet la médaille présidentielle de la liberté à un entraîneur de football américain, «un ami à moi», précise-t-il dans son discours.

Enfin, pas de lumière au bout du tunnel pour la section 230:

«C'est très triste pour notre Nation, mais il semblerait que le Sénateur @JimInhofe ne mettra pas la clause éliminant la Section 230 dans le Defense Bill. Quel dommage pour notre Sécurité Nationale et l'Intégrité des Élections. C'est la dernière chance pour le faire. Je mettrai mon VETO!»

Vendredi 4 décembre

C'est le retour des majuscules en rafale.

«SOYEZ FERMES, LES RÉPUBLICAINS!»

«ÉLECTION TRUQUÉE!»

«RENDEZ SA GRANDEUR À L'AMÉRIQUE!»

«La seule chose plus TRUQUÉE que l'Élection Présidentielle de 2020 ce sont les MÉDIAS FAKE NEWS CENSURÉS. Peu importe que l'histoire soit énorme ou importante, si elle est ne serait-ce qu'un peu positive pour “nous”, ou négative pour “eux”, ils n'en parleront pas!»

«LES MARCHÉS FINANCIERS ATTEIGNENT DES NIVEAUX RECORD!»

Samedi 5 décembre

«25, wow! Je suis étonné qu'il y en ait autant. On commmence à peine le combat. Merci de m'envoyer la liste des 25 RINOS. Je lis le Washington Post Fake News aussi peu que possible!»

Les RINOS, ce sont les Republicans In Name Only, c'est-à-dire ceux qui n'ont de «républicain que le nom», qui ne suivent pas aveuglément la ligne de conduite tracée par le grand leader. Ici, il s'agit des 25 Républicains sur les 249 du Congrès qui, selon un article du Washington Post, auraient admis que Joe Biden était le président élu. Sous l'humour dont Trump semble vouloir faire preuve, l'idée de dresser une liste des dissidents du parti peut quand même créer une sorte de malaise.

«Je pars pour la Géorgie. À très vite!»

Donald Trump publie l'intégralité du meeting en Géorgie, qui a commencé par une allocution de Melania Trump (après l'habituelle chanson ultra-patriotico-cucul «God Bless the USA» des meeting électoraux). Très peu de participants étaient masqués. «Le président Trump continue à se battre pour vous chaque jour. Ne laissez pas votre voix être réduite au silence», a déclaré la Première dame, donnant le ton. Sans surprise, Trump a parlé fraudes électorales, projections de témoignages sur écran géant à l'appui.

(Notez que Twitter avertit que la totalité de l'heure quarante-cinq de vidéo mérite l'avertissement: «Cette affirmation de fraude électorale est sujette à polémique»).

Et voici l'ambiance:

(«Battez-vous pour Trump!» crie le public.)

«La réponse à la fraude électorale des Démocrates n'est pas de rester chez vous –c'est ce que Pelosi et Schumer veulent que vous fassiez. Si vous voulez vous vengez de la tentative de vol de l'élection par les Démocrates, où nous nous battons de toutes nos forces, il faut venir et voter en MASSE!»

Tant d'informations en un seul tweet. Tout d'abord, si Trump appelle à ne pas boycotter l'élection en Géorgie, c'est qu'il sait qu'évidemment, chaque électeur qui s'abstient favorise les adversaires de ses poulains républicains. Mais surtout, il se sent obligé de le dire car c'est son propre camp, en la personne de son ancienne avocate Sidney Powell, qui a invité les électeurs de Géorgie à boycotter les élections (et ça n'a rien à voir avec la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi ou le sénateur démocrate Chuck Schumer).

D'autre part, il est assez troublant de voir un président américain parler de vengeance. Certes le vocabulaire outrancier de Trump a perdu de son impact tant il est coutumier du fait, mais il n'en est pas moins d'une grande violence symbolique.

Finissons la journée par une petite galvanisation churchilienne:

«Nous ne plierons pas. Nous ne nous briserons pas. Nous ne cèderons pas. Nous ne renoncerons pas. Nous n'abandonnerons pas. Nous ne reculerons pas. Jamais, JAMAIS nous ne capitulerons!»

Dimanche 6 décembre

On ne peut pas reprocher à Trump de manquer de persévérance.

«J'AI GAGNÉ L'ÉLECTION, DE LOIN»

L'info de la journée, c'est l'annonce par le président que son avocat, Rudolf Giuliani, a attrapé le coronavirus (qui redevient le «virus chinois» pour l'occasion):

«@RudyGiuliani, de loin le meilleur maire de l'histoire de NYC, et qui travaille sans relâche à exposer l'élection la plus corrompue (de loin!) de l'histoire des USA, a testé positif au Virus Chinois. Bon rétablissement Rudy, on continue!!!»

Giuliani est un personnage haut en couleur qui n'a pas l'air de trop croire à la réalité du Covid compte tenu de son attitude en public, comme lorsqu'il s'est essuyé le visage avec un mouchoir qu'il venait d'utiliser (germophobes s'abstenir):

Ou lors d'une audition il y a quelques jours, lorsqu'il a demandé à une femme qui témoignait d'ôter son masque (lui-même n'en porte jamais –elle a refusé):

Audition pour laquelle il s'était déjà gagné une petite notoriété sur les réseaux sociaux [vidéo à regarder avec le son]:

Enfin pour finir cette semaine, n'oubliez pas LE PRINCIPAL:

«TELLEMENT VRAI. IMPOSSSIBLE QUE NOUS AYONS PERDU CETTE ÉLECTION!»

Retrouvez l'actualité de l'élection présidentielle américaine chaque mercredi soir dans Trump 2020, le podcast d'analyse et de décryptage de Slate.fr en collaboration avec l'Ifri et TTSO.

Qu'a tweeté Trump cette semaine?
Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 23 au 29 novembre

Épisode 22

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 23 au 29 novembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 7 au 13 décembre

Épisode 24

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 7 au 13 décembre

Newsletters

«The Crown» va-t-elle précipiter la chute de la monarchie britannique?

«The Crown» va-t-elle précipiter la chute de la monarchie britannique?

En revenant sur les années Diana, la série souligne une affaire qui a durablement entaché la réputation d'une Couronne de plus en plus embourbée dans ses traditions.

Avant l'arrivée de Biden, le grand ménage

Avant l'arrivée de Biden, le grand ménage

Une transition loin d'être paisible.

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Dernière ligne droite avant l'investiture de Joe Biden, ce 20 janvier, à Washington. Une investiture à laquelle Donald Trump, en bon perdant, ne se rendra pas. Le 45e président des États-Unis a enfin admis sa défaite, dans les mots et dans les...

Newsletters